Bonjour à tous,

Le mois de septembre est celui des rentrées. Dans l’édito de cette semaine, nous proposons de créer et de combiner la rentrée scolaire à une rentrée sanitaire pour un meilleur épanouissement des enfants.

Puis 4 articles ont été sélectionnés cette semaine. Le premier article porte sur l’Evaluation conjointe externe du Règlement Sanitaire International 2005. Le deuxième concerne l’épidémie de choléra en cours à Nord-Est du Nigéria. Le troisième article est une revue de littérature sur l’appropriation du processus de prise de décision pour les politiques de financement en Afrique sub-saharienne. Enfin, le quatrième article propose des modèles d’évaluation des interventions de renforcement des systèmes de santé.

N’hésitez à diffuser la Newsletter auprès de vos collègues et à partager vos commentaires.

Bonne Lecture

Basile Keugoung

Facilitateur

Edito : Combiner la rentrée scolaire à une rentrée sanitaire

Par Basile Keugoung

Lire ici

Politiques de santé

1. The Lancet : Processus d’Evaluation conjointe externe du Règlement Sanitaire International 2005: associer plusieurs secteurs pour la sécurité sanitaire mondiale

Titre original: Joint external evaluation process: bringing multiple sectors together for global health security

http://www.thelancet.com/journals/langlo/article/PIIS2214-109X(17)30264-4/fulltext

Le Règlement Sanitaire International 2005 (RSI 2005) est un outil légal de prévention, de protection, de contrôle et de réponse à la propagation des maladies à un risque de santé publique. Les pays devraient développer leurs capacités au plus tard en 2014.

Le Comité de Revue a recommandé le passage des auto-évaluations à des approches qui combinent des autoévaluations, la revue par les pairs, et des évaluations externes. Le cadre conceptuel de suivi et d’évaluation a été développé et l’une des composantes est l’Evaluation Conjointe Externe (Joint External Evaluation).

Un des aspects importants de cette approche est la reconnaissance que la gestion efficace du RSI 2005 nécessite l’implication de plusieurs secteurs clés de santé humaine, animale et environnementale, la faune, la sécurité, le secteur législatif, les finances… Le but de l’Evaluation conjointe Externe est d’appuyer les pays à prévenir, détecter et mettre en place une réponse multisectorielle efficace et si nécessaire solliciter la mobilisation internationale. Le deuxième aspect est l’appropriation. Les actions prioritaires sont identifiées pour chacune des 19 composantes techniques. En mai 2017, 43 pays ont déjà effectué leur Evaluation Conjointe Externe et 30 pays sont dans le processus.

L’Evaluation Conjointe Externe permet de mettre ensemble les représentants de divers secteurs nationaux et des organisations internationales, de catalyser le dialogue entre ces différents secteurs et de changer de paradigme d’une approche de santé humaine vers une approche Une-Santé plus globale, intégrée et multisectorielle.

Choléra

2. OMS : L’OMS et les partenaires appuient les autorités à riposter à l’épidémie de choléra au Nord-Est du Nigéria

http://www.afro.who.int/news/who-and-partners-supporting-health-authorities-rapidly-respond-cholera-outbreak-north-eastern

L’OMS et les partenaires appuient les autorités nigérianes à lutter contre l’épidémie de choléra dans un camp de déplacés dans le Nord-Est du pays.           Au 29 aout 2017, 69 cas et 5 décès avaient été notifiés à Muna Garage, un camp de près de 44000 déplacés à la périphérie de Maiduguri dans l’Etat du Bornou. Dans cet Etat, plus de 7 millions de personnes nécessitent de l’assistance et 60% de formations sanitaires fonctionnent partiellement ou pas du tout. Les capacités de surveillance et de suivi ont été renforcés dans cet Etat depuis un an, ce qui a facilité la détection précoce de cette épidémie. Le Ministère de la Santé coordonne les partenaires dans la riposte avec la création d’un centre de traitement, la communication sur les risques et l’évaluation de l’utilisation du vaccin oral anti-cholérique dans la zone. L’OMS a pré-positionné les kits de prise en charge, a formé 56 personnels de santé dans la prévention et le contrôle de l’infection et appuie les activités communautaires de recherche active des cas et leur référence dans les formations sanitaires.

Financement de la santé

3. Global Health Research and Policy – Politiques de financement de la santé en Afrique sub-saharienne : appropriation des gouvernements ou influence des bailleurs ? Une revue des processus de décision politique

Titre original – Health financing policies in Sub-Saharan Africa: government ownership or donors’ influence? A scoping review of policymaking processes

Lara Gautier & Valéry Ridde; Global Health Research and Policy;

La mise à l’agenda de la couverture sanitaire universelle au niveau international s’est accompagnée par la promotion d’une variété de politiques de financement de la santé. Les grands bailleurs ont présenté l’assurance maladie, les politiques de gratuité des soins et les politiques de financement basé sur la performance comme des instruments pour atteindre la couverture sanitaire universelle en Afrique sub-saharienne.

L’orientation des politiques par les bailleurs pour atteindre la couverture sanitaire universelle pose des inquiétudes sur l’appropriation de ces politiques par les gouvernements. L’appropriation ayant des implications pour le succès de ces politiques, une revue de l’évidence de l’appropriation du processus de décision par les gouvernements a été faite.

Une revue a été faite pour la période 2001-2015 sur l’appropriation par les gouvernements des prises de décision politiques pour atteindre la couverture sanitaire universelle en Afrique sub-saharienne. AU total, 35 articles ont été examinés. Les données ont été extraites, synthétisées et analysées pour identifier les informations sur l’appropriation aux 5 stades de prise de décision politique : émergence, formulation, financement, mise en œuvre et évaluation.

La majorité des articles (24/35) a montré des résultats mixtes. L’appropriation était identifiée à un ou plusieurs niveaux de processus de prise de décision politique mais pas à toutes les étapes. Seuls 5 articles ont donné des évidences d’appropriation à toutes les étapes.

Quand l’article relevait les insuffisances d’appropriation, il a été note que les bailleurs n’ont pas nécessairement joué un rôle : l’implication d’autres acteurs tel que le secteur privé contribuait à limiter cette appropriation dans la prise de décision. Par ailleurs, l’appropriation par le gouvernement et l’influence des bailleurs peut coexister.

D’autres études devraient aller au-delà des indicateurs d’appropriation par le gouvernement pour analyser les facteurs historiques qui expliquent le déséquilibre entre les différents acteurs au cours des négociations politiques. Il faudra investiguer comme certains acteurs nationaux deviennent des champions politiques et influencent la formulation des politiques. Pour assurer l’appropriation par les gouvernements des politiques de financement visant la couverture sanitaire universelle, nous recommandons de renforcer les fonctions gouvernementales de coordination et de mobilisation des ressources, et de sécuriser une forte implication d’acteurs gouvernementaux (techniques et politiques) par les bailleurs.

Systèmes de santé

4. BMJ Global Health : Un carré dans un trou rond : repenser l’approche d’évaluation du renforcement du système de santé dans les pays à faible et moyen revenus

Titre original – Square peg in a round hole: re-thinking our approach to evaluating health system strengthening in low-income and middle-income countries

Josephine Borghi, Zaid Chalabi

http://gh.bmj.com/content/2/3/e000406?cpetoc

Pour fonctionner efficacement, les systèmes de santé ont besoin d’un financement adéquat, de ressources humaines de qualité, d’une information fiable pour la prise de décision, et des médicaments et de la technologie sanitaire pour offrir des services de santé de qualité aux populations. Dans les pays à faible et moyen revenus, les systèmes de santé sont limités et n’arrivent pas couvrir les besoins des populations.

Il y a une variété de méthodes complexes qui peuvent être utilisées pour désagréger la complexité des systèmes de santé telles que l’analyse des réseaux, le scénario de planification et les modélisations mathématiques systémiques ou basés sur les agents. Ces modèles peuvent être utilisés pour évaluer la réponse du système de santé à un stimulus ainsi que des effets induits.

Les modèles offrent un cadre expérimental mathématique d’optimisation de la performance du système de santé avant la mise en œuvre de l’intervention ou pour renforcer la résilience du système de santé à des problèmes exogènes. La modélisation systémique est top-down et s’intéresse au macro-comportement du système tandis que la modélisation d’agent est de bas en haut et concerne le niveau micro notamment les interactions entre les composantes du système de santé (exemple : gestionnaires et patients, ou prestataires et patients). La structure du modèle comporte les processus et les relations entre les variables. Celles-ci peuvent être obtenues à partir des interviews et des ateliers avec les personnes ressources et de la revue de littérature. Il est aussi important de faire des analyses de sensibilité globales pour évaluer la sensibilité des effets attendus. Ces méthodes ont été jusqu’ici peu appliquées pour évaluer les interventions sur le système de santé. Elles offrent un grand potentiel pour évaluer l’efficacité des interventions de renforcement des systèmes de santé et d’optimiser leur conception avant la mise en œuvre.

Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.