Chers lecteurs,

Cette semaine, la Doyenne de la Faculté de Médecine de l’Université de Montréal (Canada) nous présente dans l’éditorial l’expérience nord-américaine des soins dans les sociétés pluralistes et le sommet mondial sur la Santé qui se tiendra à Montréal les 8 et 9 mai 2017. Nous vous invitons vivement à lire cet éditorial et à donner votre point de vue.

Dans le menu de cette semaine, nous vous annonçons la série de quatre webinaires que les CoPs HHA vont organiser dans les prochaines semaines sur l’achat stratégique en santé. Des webinaires à suivre absolument par ceux impliqués dans des programmes de couverture sanitaire universelle.

Le deuxième article porte sur l’impact des programmes d’amélioration des approvisionnements et la distribution des médicaments et consommables médicaux sur l’efficience et l’efficacité des systèmes de santé.

Le troisième article concerne la Semaine mondiale de la Vaccination qui se célèbre du 24-30 avril 2017. Le quatrième article rappelle les futures élections du DG de l’OMS prévue lors l’Assemblée Mondiale de la Santé. Trois candidats sont en lice dont un éthiopien.

Le cinquième article rappelle l’important rôle joué par le traitement à base communautaire et les femmes dans la lutte contre les maladies tropicales négligées. Enfin le sixième article donne des critères pour évaluer les patients et identifier ceux susceptibles d’avoir de mauvais indicateurs afin d’offrir des soins différentiés plus efficaces.

Bonne Lecture

Basile Keugoung

Facilitateur

Edito : Mieux soigner dans nos sociétés pluralistes, l’expérience nord-américaine

Par Hélène Boisjoly, Doyenne de la Faculté de Médecine de l’Université de Montréal, et Présidente du Sommet.

Lire ici

Financement de la santé

1. CoP HHA : 4 webinaires sur le récent livre publié par l’OMS “Strategizing National Health in the Twenty-First century- A Handbook

Les CoPs HHA organisent une série de webinaires relatifs à l’Achat stratégique en santé au 21e siècle. Il s’agit d’un passage obligé pour tous les pays embarqués dans le processus de couverture sanitaire universelle. Même si ces webinaires seront en anglais, nous vous recommandons vivement de les suivre. Ils se dérouleront les 11 mai, 26 mai, 8 juin, et le 22 juin. Notez bien ces dates sur votre agenda. Pour chaque webinaire, vous avez la date, l’heure et le lien web pour suivre la présentation en direct. Pour chaque webinaire, vous pourrez poser des questions.

Voici le programme détaillé et les heures (après-midi : heure africaine) :

Premier webinaire : Priority Setting for Health Policies, Strategies & Plans by Agnes Soucat– Director of Health Systems Governance & Financing at WHO HQ. This webinar will take place on Thursday the 11th of May from 12noon to 1.30pm GMT/ 2:00pm-3.30pm Europe summer time. Webinar Link: https://itg-training.webex.com/itg-training/k2/j.php?MTID=t5cf689b1ad6a92f144b8b7b7e247ff97

Second webinaire : Strategic Planning: Transforming Priorities into Plans by Dheepa Rajan– Health Systems Expert at WHO HQ and one of the editors of the handbook. This webinar will take place on Friday the 26th of May from 12 noon to 1.30pm GMT/ 2:00pm-3.30pm Europe summer time. Webinar Link: https://itg-training.webex.com/itg-training/k2/j.php?MTID=ta425124a14071b0c956ff7c7001505be

Troisième webinaire: Budgeting for Health with Helene Barroy, Senior Health Financing Specialist at WHO HQ. This webinar will take place on Thursday 8th of June from 1:00pm to 2.30pm GMT/ 3:00pm-4.30pm Europe summer time. Webinar Link: https://itg-training.webex.com/itg-training/k2/j.php?MTID=t1f30b6d888f20177323671f72838b75c

Quatrième webinaire: Monitoring and Evaluation of National Health Policies, Strategies and Plans by an expert from the Global Platform for Measurement and Accountability. This webinar will take place on Thursday the 22nd of June from 1:00pm to 2:30pm GMT/ 3:00pm-4.30pm Europe summer time. Webinar Link: https://itg-training.webex.com/itg-training/k2/j.php?MTID=tf04eb0e36a982098b038db4bbf030860.

2. BMJ Global Health – Des changement dans les processus d’approvisionnement améliorent-ils les gains et la disponibilité en médicaments, vaccins et produits médicaux ? Une revue systématique de l’évidence dans les pays à faible et moyen revenus

Titre original : Do changes to supply chains and procurement processes yield cost savings and improve availability of pharmaceuticals, vaccines or health products? A systematic review of evidence from low-income and middle-income countries

G Seidman & R Atun; http://gh.bmj.com/content/2/2/e000243

L’amélioration de la performance des systèmes de santé surtout dans les pays à ressources limitées peut améliorer la santé des populations. L’efficience et l’efficacité des systèmes d’approvisionnement en médicaments, vaccins et autres produits médicaux ont des implications sur la performance du système de santé. En effet, les produits médicaux représentent une part importante des dépenses santé et sont indispensables pour l’offre de soins. Par conséquent, des programmes qui permettent de réduire des coûts d’approvisionnement améliorent l’efficience du système de santé et ceux qui améliorent la disponibilité augmentent l’efficacité.

Une revue systématique a été effectuée en utilisant les directives PRISMA sur PubMed, Embase, CINHAL et Health Economic Evaluation Database. Au total 38 sur 1264 articles trouvés ont été inclus dans l’étude. L’approvisionnement centralisé réduit les coûts, et les programmes de de gestion des approvisionnements réduisent les ruptures de stocks et améliorent la disponibilité des médicaments pour les populations. Il existe un éventail de programmes qui peuvent améliorer les stratégies des systèmes de santé pour acheter et distribuer les produits médicaux. Les décideurs et les gestionnaires de programmes doivent examiner les causes profondes de l’inefficience dans les processus d’achat et de distribution des produits médicaux dans le but d’améliorer la performance de leur système de santé.

Vaccination

3. Semaine Mondiale de la Vaccination (24-30 Avril) : Les Vaccins, ça marche

http://www.who.int/campaigns/immunization-week/2017/en/

Aujourd’hui, le nombre d’enfants qui, dans le monde, ne sont pas vaccinés ou qui le sont insuffisamment est encore de 19,4 millions. Le principal objectif de la campagne 2017 est de mieux sensibiliser l’opinion publique à l’importance vitale de la vaccination tout au long de la vie, et à son rôle pour atteindre les Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030.

Quelques chiffres de 2015:

  • 116 millions de nourrissons ont été vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche
  • 85% des enfants avaient reçu une dose de vaccin contre la rougeole avant leur deuxième anniversaire.
  • Le nombre des cas de poliomyélite a diminué de plus de 99% depuis 1988, La transmission endémique se poursuit dans trois pays : Pakistan, Afghanistan et Nigéria.

http://www.who.int/campaigns/immunization-week/2017/event/fr/

La Semaine mondiale de la vaccination – célébrée la dernière semaine d’avril – vise à promouvoir l’utilisation des vaccins pour protéger de la maladie les personnes de tout âge. L’objectif est de mieux sensibiliser l’opinion publique à l’importance vitale de la vaccination complète tout au long de la vie, et à son rôle pour atteindre les objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

À mi-chemin de la Décennie de la vaccination

En 2017, nous sommes à mi-chemin du Plan d’action mondial pour les vaccins – approuvé par les 194 États Membres de l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2012 – qui a pour objectif de prévenir des millions de décès dus à des maladies évitables par la vaccination d’ici à 2020 moyennant un accès universel à la vaccination.

Malgré les améliorations obtenues dans certains pays et un rythme d’introduction de nouveaux vaccins qui est soutenu au niveau mondial, la progression vers toutes les cibles fixées pour l’élimination de maladies telles que la rougeole, la rubéole, et le tétanos maternel et néonatal, a pris du retard.

Pour que chacun, où qu’il soit, puisse survivre et s’épanouir, les pays doivent faire des efforts plus concertés pour atteindre les objectifs du Plan d’action mondial d’ici à 2020. En outre, les pays qui ont réalisé des progrès en vue d’atteindre ces objectifs doivent travailler pour que ces efforts soient soutenus sur le long terme.

Dans le cadre de la campagne 2017, l’OMS et ses partenaires visent à:

  • souligner l’importance de la vaccination en tant que principale priorité en matière d’investissement en faveur de la santé au niveau mondial;
  • favoriser la compréhension des mesures nécessaires pour atteindre les objectifs du Plan d’action mondial pour les vaccins;
  • démontrer le rôle joué par la vaccination dans le développement durable et la sécurité sanitaire mondiale.

Pourquoi la vaccination est-elle plus importante aujourd’hui qu’auparavant?

Élargir l’accès à la vaccination est indispensable pour atteindre les objectifs de développement durable. La vaccination systématique est l’un des éléments essentiels de soins de santé primaires solides et de la couverture sanitaire universelle – elle est une occasion de contact pour les soins au début de la vie et offre à chaque enfant la chance d’une vie en bonne santé dès le départ.

La vaccination est aussi une stratégie fondamentale pour atteindre d’autres priorités sanitaires, qu’il s’agisse de maîtriser l’hépatite virale, d’inverser la tendance de la résistance aux antimicrobiens, de créer un espace pour la santé des adolescents ou d’améliorer les soins prénatals et les soins au nouveau-né.

OMS

4. Election du Directeur Général de l’OMS

Basile Keugoung

Il reste quelques semaines pour l’élection du nouveau Directeur Général de l’OMS lors de l’Assemblée Mondiale de la Santé qui se tiendra du 22 au 31 mai 2017. Pour rappel, 3 candidats sont en lice :

Avec ses 47 membres l’OMS Afro a la possibilité de diriger cette organisation. Il faudrait alors convaincre aussi les autres Etats africains membres de l’OMS EMRO pour accroitre ses chances. Ce poids électoral de plus de 25% permettrait au candidat éthiopien d’arriver au second tour. Ici l’Union Africaine a un rôle important à jouer pour nouer des partenariats avec la Région Panaméricaine par exemple. En effet, cette zone géographique qui ne présente pas de candidat va donc arbitrer le match entre les 3 candidats (Afrique, Europe et Asie). Au-delà des compétences, c’est la géopolitique et les intérêts des acteurs qui qui sont en jeux. Le monde a besoin d’un Directeur de l’OMS qui maitrise les problématiques des pays pauvres, et qui imprimera une nouvelle vision pour redonner à l’OMS sa crédibilité et son rôle de leader en santé mondiale. Tous les trois candidats ont de l’expérience. Tedros Adhanom Ghebreyesus va certainement apporter la touche africaine pour que l’Afrique cesse d’être le continent avec les mauvais indicateurs de santé, qui menace la sécurité sanitaire dans le monde.

5. Lancet Global Health (Comment) – Reconnaitre le rôle des traitements à base communautaire et des femmes dans la lutte contre les maladies tropicales négligées

Titre Original : Recognising the role of community-directed treatment and of women in the fight against NTDs

U Amazigo et al; http://www.thelancet.com/journals/langlo/article/PIIS2214-109X(17)30171-7/fulltext

Cette année mérite la reconnaissance et la célébration de deux facteurs clés responsables des amélioration de la santé et du bien-être des personnes marginalisées: le programme de distribution de l’ivermectine contre l’onchocercose et le rôle des femmes dans la lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN).

Le concept innovant de traitement à base communautaire a été formulé il y a près de 25 ans. Il s’agit du renforcement des capacités des communautés affectées par l’onchocercose pour distribuer l’ivermectine. Depuis 2002, d’autres interventions communautaires se sont ajoutées comme le traitement du paludisme à domicile, la distribution des moustiquaires et de la vitamine A. Ceci a démontré que le traitement des MTN et d’autres maladies qui ne nécessite pas une technologie sophistiquée peut être effectués au niveau communautaire par les volontaires pour faciliter l’accès surtout aux populations marginalisées.

Un programme sur les questions de genres a aussi démontré le rôle crucial des femmes qui ont la plus grande charge morbide des MTN et sont les plus résilientes pour les combattre. En effet, elles sont engagées et persuasives et leur sous-utilisation a été souvent la cause de l’échec de certains programmes communautaires.

En Afrique près de 190000 communautés reçoivent régulièrement l’ivermectine. De plus, un réseau de volontaires qui appuient les services de santé a été mis en place. Plus d’un million de DALYS ont été gagnés grace aux traitement à base communautaire. En 2015 991 millions sur 1,56 milliards de personnes exposées ont reçu des médicaments contre les MTN. Sur 185,6 millions de personnes exposées à l’onchocercose, seuls 119 millions ont été traitées. De plus en plus, le rôle des femmes dans l’atteinte de ces résultats est de plus en plus reconnu.

VIH/SIDA

6. Plos Med (Policy Forum) – Des outils de décision clinique sont requis pour identifier des patients VIH positifs à haut risque de mauvais résultats après initiation de la trithérapie antirétrovirale

Titre original : Clinical decision tools are needed to identify HIV-positive patients at high risk for poor outcomes after initiation of antiretroviral therapy

Margaret McNairy et al http://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.1002278

Il y a nécessité d’une identification des patients VIH positifs à risque d’avoir de mauvais résultats pour que des approches spécifiques de soins leur soient offerts.

Le premier groupe est constitué des patients qui ont un risque élevé de de mortalité après initiation de la trithérapie tels que les patients à un stade avancé de la maladie, et la première année d’initiation de la trithérapie. Pour les enfants, les facteurs prédictifs de mortalité sont le retard de croissance, le stade avancé de la maladie et le jeune âge.

Le deuxième groupe est fait de patients perdus de vue. Le taux de perdus de vue est plus élevé la première année de traitement. De plus, les patients retrouvés après un an d’interruption de traitement se retrouvent à un stade avancé de la maladie. Chez les adultes, les hommes, les adolescents, la pauvreté et le faible niveau d’éducation étaient les facteurs de risque. Les autres facteurs sont l’âge<5 ans, le stigma, le transport à la formation sanitaire, et la non révélation du test à l’enfant.

Pour les deux groupes, il faudrait identifier ces patients au moment de l’initiation de la trithérapie, pour prévenir l’abandon du traitement et pour améliorer leur suivi en adaptant les stratégies en fonction des caractéristiques des patients.

 

Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.