Politiques et Financement de la santé

 

WHO, UNFPA, UNICEF & WB estimates – Trends in maternal mortality 1990 – 2010

http://www.unfpa.org/

Résumé : Bouchra Assarag

La haute Commission sur l’information et la responsabilisation de la santé de la femme et de l’enfant comptait parmi ses 10 recommandations un qui est spécifique à l’amélioration de mesure des décès maternels et infantiles. Cette recommandation stipule que « d’ici 2015, tous les pays ont pris des mesures importantes pour mettre en place un système d’enregistrement des naissances, décès et les causes du décès, et ont le bon fonctionnement des systèmes d’information de santé qui combiner les données provenant des structures de soins, les sources administratives et d’enquêtes”. Considérant que seulement un tiers des pays sont caractérisés comme ayant un système d’enregistrement civil complet avec l’attribution de bonne cause au décès, il est impératif que les pays avec des données des systèmes d’enregistrement d’état civil incomplètes de prendre des mesures pour renforcer ces systèmes. Ce sera d’améliorer considérablement l’estimation de la mortalité maternelle et le suivi des objectifs du Millénaire (OMD)5: Améliorer la santé maternelle. Les deux cibles pour évaluer l’OMD 5 sont la réduction du ratio de la mortalité maternelle (RMM) de trois quarts entre 1990 et 2015, et la réalisation l’accès universel à la santé génésique d’ici 2015.

Les estimations sur la mortalité maternelle présentées dans ce rapport sont le sixième d’une série d’exercices faite par les organismes des Nations Unies. Pour la deuxième fois, le groupe inter- agence des Nations Unies de l’estimation de la mortalité maternelle (MMEIG), comprenant l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Organisation des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), la Division des Nations Unies pour la population, et la Banque mondiale, en collaboration avec une équipe à l’Université de Californie à Berkeley, États-Unis d’Amérique ont travaillé ensemble pour produire des estimations comparables au niveau international. Une équipe consultative technique (TAG) fournit des conseils techniques indépendants à MMEIG. Basé sur la réalisation de la dernière étape, les nouvelles données disponibles collectées par MMEIG et obtenues lors de la consultation des pays ont été intégrées, et les estimations des tendances de 1990 à 2010 ont été générées. Globalement, on estime que 287 000 décès maternels sont survenus en 2010, soit une baisse de 47 % par rapport à niveaux de 1990. L’Afrique subsaharienne (56 %) et l’Asie du Sud (29 %) représentaient 85 % du fardeau mondial (245 000 décès maternels) en 2010. Au niveau des pays, deux pays représentent pour un tiers des décès maternels: l’Inde à 19 % (56 000) et le Nigeria à 14 % (40 000). Le RMM mondial en 2010 était de 210 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes, soit une baisse de 400 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes en 1990. Le RMM dans les régions en développement (240) était 15 fois plus élevé que dans les régions développées (16). L’Afrique sub-saharienne comptait le plus fort RMM à 500 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes, tandis que l’Asie  orientale, la plus faible parmi les régions concernées par les OMD, avec 37 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes. Les RMM des régions concernées par les OMD, dans l’ordre décroissant des décès maternels pour 100 000 naissances vivantes sont l’Asie du Sud (220), Océanie (200), l’Asie du Sud-Est (150), en Amérique latine et dans les Caraïbes (80), l’Afrique du Nord (78), l’Asie occidentale (71) et dans le Caucase et du Centre Asie (46).

Le cinquième OMD vise à améliorer la santé maternelle, avec un objectif de réduction du RMM de 75 % entre 1990 et 2015. Les pourcentages de réduction pour les 10 pays qui ont déjà atteint l’OMD 5 d’ici 2010 sont les suivants: Estonie (95 %), les Maldives (93 %), la Biélorussie (88 %), la Roumanie (84 %), Bhoutan (82 %), la Guinée équatoriale (81 %), République islamique d’Iran (81 %), Lituanie (78 %), Népal (78 %) et le Viet Nam (76 %). Pour les autres pays, une façon de mesurer les progrès accomplis est d’examiner si elles ont eu l’attendu de RMM baisse annuelle en moyenne de 5,5 % de 1990 à 2010. Parmi les pays avec RMM ≥ 100 en 1990, neuf pays sont « Sur la bonne voie », en plus de ceux mentionnés ci-dessus: l’Érythrée (6,3 %), Oman (6,2 %), l’Égypte (6 %), Timor-Leste (6 %), le Bangladesh (5,9 %), la Chine (5,9 %), La République démocratique populaire lao (5,9 %), Syrie (5,9 %) et le Cambodge (5,8 %). En outre, la Pologne (6,1 %) et la Turquie (5,8 %) ont connu des baisses annuelles moyennes de plus de 5,5 %, mais parce que le RMM en 1990 était moins de 100 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes, elles ne sont pas classées comme étant sur la bonne voie. En outre, 50 pays font « des progrès ». À l’inverse, 14 pays ont fait « Progrès insuffisants », et 11 sont caractérisées comme ayant fait « aucun progrès » et sont susceptibles de manquer la cible des OMD à moins d’interventions accélérées sont mis en place.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.