Chers Collègues,
Cette semaine, malgré un appel urgent du secrétaire général de l’ONU, le sommet du G8 en Italie ne répond pas aux attentes des militants de la santé mondiale comme le montre ce commentaire sur le site de AfGH.
Parmi les appels à renforcer les systèmes de santé, Chad Swanson demande une évaluation systématique de l’impact des initiatives mondiales pour la santé sur les systèmes de santé.
Concernant le financement de l’aide, trois experts de haut rang dans les maladies non transmissibles demandent au Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) que les maladies chroniques soient ajoutées à leur ordre du jour, si on veut atteindre l’objectif de réduction de la pauvreté défini dans les OMD. La KFF résume les principaux chiffres du dernier rapport statistique sur les programmes financés par le Fonds Mondial et un rapport de la Banque Mondiale montre que la crise financière a déjà des répercussions sur les programmes mondiaux de lutte contre le VIH/SIDA. Nicholas D. Kristof, chroniqueur du New York Times, écrit un commentaire sur les raisons pour lesquelles les gens/ pays riches sont prêt à fournir de l’aide pour sauver la vie de quelqu’un dans le besoin mais moins prêt à venir en aide à un groupe.
Dans une série sur le secteur privé, nous avons inclus un article du Wall Street Journal sur les récents efforts déployés par les entreprises pharmaceutiques privées pour accroître leurs ventes en ciblant les travailleurs pauvres dans les pays en développement. Dans cette série, il y a également un article sur le lancement de la campagne d’OXFAM contre la privatisation des soins de santé et un article sur la réglementation de la pratique privée pour les fonctionnaires du secteur de la santé publique au Vietnam.
Le Bulletin de l’OMS a publié un article qui discute l’utilisation des ARV comme outil de prévention du VIH et la façon dont cette stratégie devrait être étudiée plus avant. Enfin, une analyse publiée dans le BMJ souligne l’importance du diagnostic si l’on souhaite atteindre les objectifs à long terme dans la lutte contre le paludisme.
Sur notre site vous trouverez un lien vers le rapport complet de l’atelier sur l’intégration entre GHI et systèmes de santé tenu à Washington fin juin et dont nous vous parlions la semaine passée.

David Hercot & Kristof Decoster pour Wim Van Damme

—————–

G8 summit

1. Action for Global Health – Health at the G8: The ultimate delusion

http://www.actionforglobalhealth.eu/news/health_at_the_g8_the_ultimate_delusion

Action for Global Health (AfGH) et d’autres ONG n’approuvent pas le communiqué du G8 sur l’Afrique et le développement concernant la santé. Il manque des mesures concrètes d’autant plus à la lumière du risque de catastrophe sanitaire lié à la crise économique mondiale. Malgré cette crise, les ONG attendaient un engagement plus marqué pour la santé mondiale. Il n’y a par exemple pas de plan pour le paiement des 60 milliards de Dollars promis en 2008 pour lutter contre le SIDA d’ici 2011. L’impact de la crise sera catastrophique si les investissements sont insuffisants pour soutenir les systèmes de santé, la santé de la reproduction ou la lutte contre les pandémies. Les populations ont d’autant plus recours au service public en cas de crise. L’absence complète de référence au manque de financement de 3 milliards auquel fait face le Fonds Mondial est incroyable et très inquiétant.

2. BMJ – Rich nations are not giving enough for development goals to be met, says UN

John Zarocostas

http://www.bmj.com/cgi/content/full/339/jul07_1/b2765

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Ban Ki Moon a adressé un appel au G8 pour mettre sur pied un plan de financement permettant d’honorer les engagements pris à Gleaneagles en 2008. Par rapport à ces promesses, les fonds d’aide à l’Afrique sont inférieurs de 20 milliards de Dollars US chaque année.

La crise actuelle pourrait bien effacer les progrès enregistrés au cours des dernières années. Au rythme actuel, les OMD ne seront pas atteints. La malnutrition et la santé maternelle sont deux objectifs du millénaire qui ne progressent pas suffisamment. La santé publique a besoin de plus d’aide au développement. Les gouvernements doivent prendre le leadership et développer des partenariats avec le secteur associatif et privé pour développer les systèmes nationaux de santé.

*******

Health systems

3. Lancet – Call for global health-systems impact assessments

R Chad Swanson, Henry Mosley, David Sanders, David Egilman, Jan De Maeseneer, Mushtaque Chowdhury, Claudio F Lanata, Kirk Dearden, Malcolm Bryant

http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(09)61212-5/fulltext

Malgré l’augmentation sans précédent dans le financement de la santé mondiale au cours des dernières années, de grands défis restent à relever pour la réduction des disparités en santé mondiale. Des méthodes pour anticiper les effets des initiatives mondiales pour la santé (IMS) sur les systèmes de santé sont nécessaires pour améliorer la santé dans le monde. Ces méthodes devraient être développées et utilisées avant la mise en œuvre des initiatives mondiales pour la santé. Les auteurs demandent à tous les acteurs de la santé mondiale de signer leur appel pour l’évaluation de la santé mondiale sur les systèmes de santé. Il existe deux outils qui ont déjà été utilisés pour ce travail : Bennett et coll et Atun et coll. Trop d’analyse serait nocif à l’action mais un minimum d’évaluation de l’impact à long terme
des interventions envisagées est nécessaire. Sans cela les IMS vont continuer au mieux à dupliquer les efforts et disperser les ressources humaines au pire, elles vont éroder les capacités à long terme du système à produire les services que l’on attend de lui.

*******

Financing aid

4. Kaiser Family Foundation – ECOSOC’s Agenda Should Include Noncommunicable Disease Threat In Developing Countries

http://globalhealth.kff.org/Daily-Reports/2009/July/08/GH-070809-Noncommunicable-Diseases.aspx

Le Conseil Economique et Social des Nations Unies s’est réuni à Genève cette semaine pour étudier la mise en œuvre des objectifs relatifs à la santé publique. Malheureusement, jusqu’à ce jour, les maladies chronique telles que les maladies cardio-vasculaires, le diabète le cancer et les maladies respiratoires chroniques ne sont pas inscrites à l’agenda. Cette omission devrait rapidement être corrigée. Si les maladies infectieuses restent toujours importantes dans les pays en développement, les maladies chroniques progressent extrêmement vite et les pays en développement font déjà face à des défis sans précédant.

5. Kaiser Family Foundation – Global Fund-Financed Programs Reaching More People, Report Shows

http://globalhealth.kff.org/Daily-Reports/2009/July/09/GH-070909-Global-Fund.aspx

Le récent rapport statistique des programmes financés par le Fonds Mondial dans 140 pays montre des progrès impressionnants. Plus de 2 millions de personnes vivant avec le VIH ont bénéficié de traitements vitaux, 80 millions de personnes ont bénéficié de conseils de prévention et de dépistage du VIH ; 88 millions ont reçu des moustiquaires imprégnées et le Fonds Mondial a contribué à la mise sous traitement de 5,4 millions de patients tuberculeux.

6. Kaiser Family Foundation – Economic Crisis Already Crippling Global HIV/AIDS Treatment, Prevention Programs, UNAIDS, World Bank Report Says

http://globalhealth.kff.org/Daily-Reports/2009/July/07/GH-070709-UNAIDS-World-Bank-Report.aspx

Globalement, les programmes de prévention et de prise en charge du VIH souffrent déjà de la crise financière selon un rapport publié par l’UNAIDS et la banque mondiale. Sur les 71 pays étudiés, huit déclarent déjà sentir des effets sur les programmes d’ARV et un tiers anticipent que les programmes vont être touchés cette année. Dans près de la moitié des pays, les programmes de prévention ressentent déjà l’impact de la crise. Cette étude est un coup de semonce qui devrait nous réveiller. Beaucoup de gains engrangés à grand efforts au cours des dernières années pourraient être balayés par les effets de la crise économique a dit Michel Sidibe.

7. New York Times – Would you let this girl drown?

Nicholas D. Kristof

http://www.nytimes.com/2009/07/09/opinion/09kristof.html?_r=1&em

Dans cet article, l’auteur démontre par l’exemple que l’homme est plus enclin à donner lorsqu’il est confronté à la souffrance d’un individu plutôt qu’aux souffrances d’un groupe ou de toute une société. Selon lui, crier à tout va que des millions d’enfants meurent chaque année peut même être contre productif. Le monde humanitaire devrait changer sa stratégie marketing s’il veut engranger plus de moyens. Il termine en se demandant s’il ne serait pas plus bénéfique de mettre l’accent sur les succès, la réduction de la mortalité juvénile par exemple.

*******

Private sector

8. Wall Street Journal – Drug Firms See Poorer Nations as Sales Cure

http://online.wsj.com/article/SB124691259063602065.html

Le marché américain du médicament étant arrivé à saturation voir en léger recul, les grandes compagnies commencent à s’intéresser aux pays en développement. Ce choix stratégique permet aux compagnies de continuer à croitre. Elles calculent un coût de médicament acceptable pour les classes moyennes tout en leurs permettant de garder une marge bénéficiaire. Les médicaments contrefaits étant nombreux sur les marchés, un médicament de spécialité garde une certaine aura même s’il est nettement plus cher. Les compagnies investissent dans le démarchage et les cadeaux auprès des prescripteurs jusque dans les bidonvilles. Certains experts de la santé publique s’inquiètent que cette promotion ne dévalorise les médicaments génériques de qualité et ne pousse les malades à s’endetter pour acheter des médicaments inutilement plus chers. Certains patients pensent que des médicaments plus chers marchent mieux. Au Venezuela ou l’enquête a été menée, la réglementation sur les
médicaments génériques n’est pas appliquée uniformément à travers le pays ce qui laisse planer le doute et encourage le marché des spécialités.

9. BMJ – Health care in poor countries must be defended against privatisation, Oxfam says

Peter Moszynski

http://www.bmj.com/cgi/content/full/339/jul06_1/b2737

Oxfam a lancé en Angleterre une campagne demandant au gouvernement Britannique de s’engager pour des soins de santé pour tous. Pour que l’Angleterre fasse pression sur la banque mondiale et les organisations internationales en faveur d’investissements pour un service publique accessible gratuitement pour tous et arrête la promotion de services d’assurance de santé privé dangereux et inefficaces.

10. Thanh Nien – State staff cannot own private hospitals, legislators agree

http://www.thanhniennews.com/politics/?catid=1&newsid=49517

Cette coupure de presse vietnamienne relate une loi en débat actuellement qui confirme l’interdiction pour le personnel de la fonction publique du secteur de la santé d’ouvrir une pratique privée. Par contre, ils sont autorisés à traiter des patients dans ces cliniques en dehors de leurs heures. Cette mesure leur permet d’améliorer leurs revenus car les indemnités payées par l’état sont insuffisantes. Une deuxième partie de l’article traite de la réglementation sur l’agréation des médecins qui souffre au Vietnam d’une double politique, d’une part nationale et d’autre part locale.

**************

AIDS

11. WHO Bulletin – Preventing HIV transmission with antiretrovirals

Kevin M De Cock, Siobhan P Crowley, Ying-Ru Lo, Reuben M Granich & Brian G Williams

http://www.who.int/bulletin/volumes/87/7/09-067330/en/index.html

Dans cet article, les auteurs soulignent la triple révolution du SIDA au cours des 30 dernières années : l’émergence de la pandémie, l’émergence de la thérapie antirétrovirale et l’augmentation très importante du nombre de patients sous traitement. Alors que la prévention et le traitement semblent deux volets séparés, des études récentes suggèrent que le traitement précoce par ARV serait bénéfique sur le plan individuel autant que collectif. Il y a peu de doute que le traitement a des effets préventifs. La question se pose plutôt de comment l’utiliser au mieux. Les personnes HIV sont moins nombreuses que les séronégatives et sont responsables de la transmission. Une prévention ciblant ce groupe cible serait donc potentiellement plus efficace. L’OMS envisage de conduire une consultation sur l’utilisation des ARV en prévention au cours du dernier trimestre de 2009.

*******

Malaria

12. BMJ – Access to antimalarial therapy: accurate diagnosis is essential to achieving long term goals

Heidi Hopkins, Caroline Asiimwe, David Bell

http://www.bmj.com/cgi/content/full/339/jul07_1/b2606

La récente attention apportée au financement des traitements du paludisme a permis d’accroitre les moyens de la lutte contre ce fléau. Mais ne pas développer en parallèle les capacités de diagnostique risque à moyen et long terme de faire perdre les bénéfices engrangés.
La stratégie d’atteindre le plus grand nombre au plus vite se justifie dans certains contextes. Mais certaines situations d’épidémie moins généralisée et les progrès que l’on peut s’attendre à enregistré vont entrainer une réduction de l’incidence et de ce fait une augmentation du pourcentage de traitement inutiles et inefficaces.
La mise à disposition à grande échelle de traitement antipaludéen retarde le recours au praticien et au diagnostic d’autres pathologies tel la méningite ou la pneumonie qui ont un taux de mortalité élevé. Le diagnostic permet d’administrer l’artemisinine aux personnes qui en ont besoin. Ceci est primordial dans un contexte de rareté de l’artemisinine et de retards dans les approvisionnements. Le diagnostique permet de suivre les progrès enregistrés, de cibler la destination des moyens disponibles pour la lutte et de maintenir l’enthousiasme pour les programmes de lutte contre le paludisme. Un diagnostique étiologique permet d’économiser des ressources en traitant les patients qui en ont besoin avec le traitement le plus adéquat à leur situation. Enfin, le diagnostique étiologique permettra également de réduire l’apparition de résistance par une meilleur adhérence au traitement. L’incidence du paludisme va continuer à décroitre grâce aux mesures prises actuellement mais il est crucial d’investir en parallèle dans les infrastructures qui permettront d’améliorer la capacité des services offerts.

Back to archive list

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.