Chers collègues,

Veuillez trouver, ci après, notre sélection d’articles de la semaine.

Pour atteindre une meilleure efficience, une plus grande équité et plus de sécurité, Margaret Chan appelle à un retour aux principes et aux approches des soins de santé primaires tels qu’ils avaient été définis initialement à Alma Ata. Dans un article de nos collègues de l’IMT, Claudia Hanson et al, analyse méthodiquement les trois rapports mondiaux sur la santé parus au cours du deuxième semestre de 2008.

David Mc Coy et al. ont analysé les donations réalisées par la fondation Bill et Melinda Gates au cours de ces dernières années. Dans un éditorial, le Lancet commente cette recherche et souligne le manque de transparence dans la gestion de la fondation. Robert Black souligne lui le financement proportionnellement insuffisant pour les maladies infanto-juvéniles.

Nous avons également inclut un rapport sur un nouveau mécanisme de collecte de fonds développé par le Fonds Mondial pour collecter les fonds du monde de la finance. Deux rapports ont été publiés récemment, l’un sur les dépenses des pays asiatiques dans le secteur de la santé maternelle et infantile et l’autre sur l’efficacité de l’aide du programme de la banque mondiale pour la santé, la nutrition et la population. Nous avons inclus deux commentaires sur ces rapports.
Enfin, parmi les dizaines d’articles traitant de la pandémie, nous avons sélectionné une évaluation épidémiologique de l’épidémie parue dans le Lancet et un article de El Païs traduit en Français dans le courrier international.

Wim Van Damme & David Hercot
—————–

Gouvernance Mondiale

1. Lancet – Soins de santé primaires pour atteindre la sécurité sanitaire

Margaret Chan
Pour permettre une meilleure efficience, une plus grande équité et plus de sécurité, Margaret Chan appelle à un retour aux principes et aux approches des soins de santé primaires tels qu’ils avaient été définis initialement à Alma Ata. Les soins de santé primaires devraient être curatifs et préventifs mais aussi inclure les interventions non sanitaires et être centrés sur les personnes.
Selon elle, les programmes verticaux ne doivent pas être stigmatisés. Ils ont permis de révéler les lacunes existantes d’un système de santé faible, insuffisamment financé et peu soutenu depuis des générations. Mais de plus en plus, les programmes verticaux investissent eux même dans le renforcement de ces systèmes.
Le résultat de toutes nos politiques au niveau international devrait être de permettre au plus grand nombre de bénéficier d’une vie meilleure. Les systèmes de santé renforcés et basés sur les soins de santé primaires sont la voie pour atteindre plus d’efficience et de justice dans les soins de santé et plus de sécurité dans le secteur de la santé et au delà.

2. TMIH:Trois raports mondiaux: vers un consensus?

From: Claudia Hanson, Wim Van Damme, Monique Van Dormael, Dirk Van der Roost, Francisco Songane
Cet article de nos collègues de l’IMT, analyse méthodiquement les trois rapports mondiaux sur la santé parus au cours du deuxième semestre de 2008 : Le rapport mondial de la santé, le rapport sur les déterminants sociaux de la santé et le rapport Global Health Watch2 ou « Rapport Mondial alternatif
de la santé ».
Les trois rapports critiquent les effets négatifs du marché dérégulé et du manque de leadership pour la santé aussi bien au niveau national qu’international. Ils soulignent tous les trois l’importance du leadership pour permettre un accès universel à la santé et la mise en œuvre de soins de santé primaires intégrés et globaux qui répondent aux besoins de chacun.
En conclusion, les auteurs suggèrent qu’il y a actuellement une fenêtre d’opportunité pour agir dans trois axes. Tout d’abord il est souhaitable de promouvoir la recherche sur l’évidence, le suivi et l’évaluation des actions. Deuxièmement pour développer des politiques et un leadership efficace et basé sur les preuves aussi bien dans l’architecture de l’aide que dans le leadership par les pays eux même. Enfin, ceci devrait permettre de mettre en œuvre des soins de santé primaires axés sur les individus. La santé de tous devrait s’améliorer si nous progressons dans ces trois domaines.
http://www.ghwatch.org/
http://www.who.int/whr/2008/fr/index.html
http://www.who.int/social_determinants/fr/index.html

******************

Initiatives Mondiales pour la Santé

3. Lancet – What has the Gates Foundation done for global health?

Editorial The Lancet

4. Lancet – The Bill & Melinda Gates Foundation’s grant-making programme for global health

Dr David McCoy DrPH, Gayatri Kembhavi MScPT, Jinesh Patel BSc, Akish Luintel BSc

5. Lancet – Accelerating the health impact of the Gates Foundation

Robert E Black, Maharaj K Bhan, Mickey Chopra, Igor Rudan, Cesar G Victora

David Mc Coy et al. ont analysé les donations réalisées par la fondation Bill et Melinda Gates (la Fondation Gates) au cours de ces dix dernières années. Dans leur analyse, ils soulignent à quel point l’on sait peu des donations réalisées par la fondation Gates malgré son importance. La contribution de la fondation Gates à la santé mondiale a presque atteint le budget de l’OMS en 2007 (USD 1,22 milliard vs USD 1,65 milliard).
Parmi les 1094 dons étudiés entre 1998 et 2007, alloués à la santé globale, et atteignant un montant de 8,95 milliards, 65% ont été alloué à 20 organisations multinationales. Le GAVI, le fonds mondial, l’OMS, la banque mondiale, certaines universités et ONG sont parmi les bénéficiaires principaux.
Une des questions qui se pose est de savoir si la fondation investit là où les besoins sont les plus pressants.
On peut poser la question de savoir si investir dans le développement de nouveaux vaccins tel le rotavirus est la première chose à faire alors que l’on sait les difficultés pour acheter et administrer les vaccins actuels dans beaucoup de contextes. Les technologies existantes permettent de soigner beaucoup de problèmes qui pourtant continuent de toucher des millions d’individus.

Dans un éditorial, le Lancet commente cette article et souligne que si d’un part l’émergence de la fondation Gates a permis de voir grand et d’être plus ambitieux, elle a d’autre part étonné certains de par ses choix de priorités qui ne reflètent pas le poids des maladies. Le Lancet propose cinq recommandations à la fondation : Améliorer la gouvernance, accroitre la transparence et la responsabilité dans le processus de prise de décision au sein de la fondation, allouer les dons en fonction du poids des maladies et des besoins de ceux qui souffrent, investir plus dans les systèmes de santé et les capacités de recherche dans les pays les moins avancés et enfin accepté le dialogue avec les collègues qui se battent avec de même objectifs.

La fondation Gates s’est donné pour objectif de favoriser la recherche. Robert Black, dans son article, souligne que les priorités de recherche actuelle de la fondation ne sont pas optimales en prenant l’exemple de la survie de l’enfant qui est une des priorités annoncées de la fondation. Il
suggère de corriger légèrement les priorités pour accroitre significativement l’impact de la fondation sur la survie de l’enfant et tenir l’engagement de réduire de moitié la mortalité infanto-juvénile en 20 ans:

  • Plus de recherche opérationnelle et moins d’achat de médicaments à des
    grandes sociétés des pays industrialisés
  • Plus de recherche sur la mise en œuvre des interventions existantes plutôt que
    sur le développement de nouvelles technologies
  • Plus de recherche sur des maladies très répandues et négligées (pneumonie et
    diarrhée) au lieu de pathologies surfinancées
  • Plus de soutien aux instituts de recherche dans les pays en développement et
    non dans les pays industrialisés

6. Lancet – Global Fund looks to boost private sector contributions

Tatum Anderson
Le fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme a lancé un nouveau mode de collecte de fonds. Ils proposent aux sociétés financières d’allouer une partie des revenus engrangés par leur activité au fonds mondial. Cette démarche s’inscrit dans une recherche par les grandes initiatives mondiales pour la santé de trouver de nouveaux financements; pour accroitre le financement de la santé ou simplement pour mitiger les effets de la crise sur la capacité et volonté des pays de l’OCDE de maintenir leurs engagements- Le consortium Concord prévoit que l’aide va se contracter de 14% (25 milliards) entre 2008 et 2010. D’autres nouvelles initiatives ont été lancées au cours des derniers mois pour tenter de collecter de l’argent autrement. L’obligation de la banque HSBC pour GAVI (USD 75 million) ; la taxe sur les billets d’avion au profit de UNITAID ou encore la campagne RED pour financer les programmes de lutte contre le SIDA. Ce qui est sûr c’est que ce dont le monde à besoin c’est plus de stabilité dans les flux financiers et les galas et autres activités pour la jet society ne répondent pas à cette exigence.

*******************

Dépenses de santé

7. BMJ – Asian countries’ spending on child and maternal health is inadequate, bank says

Ben Bland
Les dépenses de 14 des 34 pays asiatiques dans le secteur de la santé ne permettront pas d’atteindre les objectifs du millénaire pour la survie de la mère et de l’enfant (OMD 4 et 5). Plus d’argent et ciblé vers les personnes qui en ont besoin sera nécessaire. Le rapport souligne que malgré que l’on connaisse les interventions à haut impact (bon rapport coût efficacité), celle-ci ne sont pas financées comme elle le devrait, citant la vitamine A, l’allaitement maternel ou les moustiquaires imprégnée comme des interventions à haut rendement insuffisamment mises en oeuvre. L’allocation de ressource -toujours insuffisante- vers les soins de première ligne et les soins de santé primaires plutôt que vers des services hautement spécialisés permettrait également de faire des progrès significatifs.

8. AfGH – World Bank healthcare programmes failing to reach the poorest

Action For Global Health commente le rapport publié récemment par le groupe indépendant d’évaluation des résultats de la Banque Mondiale dans le domaine de la fourniture de soins de santé pour les plus pauvres. Le rapport souligne notamment que, en Afrique 73% des projets mis en œuvre dans le cadre du projet santé nutrition population de la Banque Mondial sont catalogués comme ayant échoués et que moins de la moitié des fonds ont bénéficié aux pauvres.
Les ONG de la société civile s’insurge que la banque qui a une si faible performance soit toujours financée à 100% tandis que le fonds mondial qui est méticuleusement évalué et a de bons résultats n’a pas pu rassembler les fonds dont il a besoin.
*******

Influenza

9. Lancet – Questions raised over response to influenza A outbreak

Anastasia Moloney
Avons nous réagit assez rapidement à l’épidémie d’influenza A?
Cet article retrace la chronologie des évènements, entre les premiers cas signalés par l’agence nationale de surveillance sanitaire mi mars et le passage en niveau 5 sur l’échelle de pandémie humaine par l’OMS le 29 avril. Ce qui est sur c’est que les mesures prévues n’ont pas permis de contenir l’épidémie. Beaucoup de mesures de prévention ont été prises au Mexique et aux USA à partir du 23 avril mais celle-ci sont intervenues plus d’un mois après les premiers cas. Heureusement pour nous, il semble que pour l’instant ce virus ne soit pas si méchant et de rappeler que chaque année, la grippe saisonnière tue de 35 à 37 000 personnes aux Etats-Unis contre seulement 26 actuellement pour le virus H1N1 actuel (chiffre du 8 mai).

[Commentaire par David Hercot : La question que l’on peut se poser c’est s’il est réaliste de vouloir tuer dans l’œuf une telle pandémie où plutôt devons nous concentrer nos efforts pour en mitiger les effets. Il est probable qu’aucun pays fût-il industrialisé boucle tout un périmètre dés l’annonce d’une épidémie respiratoire localisée. D’une part celles-ci surviennent bien trop souvent et le plus souvent pour des germes bénins et, d’autre part, il y aura toujours un délai, probablement trop long, entre les premiers cas d’une nouvelle pathologie et la circulation de l’information jusqu’à un niveau d’analyse et de décision adéquat.]

10. Envisager tous les scénarios, et surtout les pires
JAVIER SAMPEDRO

Article en Français

Y qué pasaría si todo fuera mal?

Article en Espagnol

Retour à la la lettre en Anglais/ Back to english version

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.