Par Basile Keugoung

La Journée mondiale de lutte contre la tuberculose s’est célébrée le 24 mars 2017 sous le thème « S’unir pour mettre fin à la tuberculose: ne laisser personne de côté ». Sur sa Page Facebook Saga Santé du Projet de Mobilisation 2.0 piloté la Communauté de Pratiques Prestation des Services de Santé, des informations clés ont été publiés sur la tuberculose.

On peut constater que la tuberculose touche 10,4 millions de personnes dans le monde et est responsable de 1,8 million de décès devenant ainsi la première cause de décès due à une maladie infectieuse. Par ailleurs, 26% des cas sont notifiés en Afrique. Ces dernières années ont également vu l’émergence de la tuberculose multirésistante, plus difficile à traiter avec plus de 480000 cas.

Seulement, les données 2014 montrent que des 9,63 millions de cas estimés, les services de santé ont dépisté 6,03 millions de cas et ont guéris 4,87 millions de cas ont été déclarés guéris soit près de la moitié des cas estimés.

L’appui Mondial

Le Fonds mondial appuie les pays dans la lutte contre la tuberculose. En juillet 2016, 30 milliards US$ avaient déjà été décaissés par le Fonds Mondial pour soutenir les programme de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. En Afrique subsaharienne, des programmes de lutte contre la tuberculose ont été créés pour coordonner la réponse des pays. Même si le traitement de la tuberculose est gratuit, les personnes suspectes doivent d’abord traverser les barrières financières liées à la consultation curative dans les services de santé polyvalents où le diagnostic de la tuberculose sera évoqué. Et même si des services spécialisés dans la tuberculose sont créés, la faible connaissance des populations sur les signes et symptômes de la tuberculose et la stigmatisation de cette maladie leur utilisation.

Renforcer la mobilisation sociale

Il est important de renforcer la mobilisation et la communication sociales pour la lutte contre la tuberculose. Des messages adaptés doivent être produits et les moyens de communication traditionnels (radio, télé, journaux) mais surtout les médias sociaux utilisés pour informer les populations. Le symptôme majeur de la tuberculose pulmonaire est une toux de plus de trois semaines.

Renforcer les systèmes de santé et surtout les services de santé de premier contact

La revue des cas de tuberculose a toujours montré que les patients visitent plusieurs formations sanitaires avant le diagnostic de la tuberculose et que de nombreuses opportunités sont manquées pour dépister plus précocement les cas. Or, plus le diagnostic est tardif, plus le patient qui a une tuberculose pulmonaire a temps que sa maladie s’aggrave d’une part et qu’il contamine d’autres personnes d’autre part. De plus, la tuberculose est la première affection opportuniste chez les personnes infectées par le VIH d’où l’importance d’une recherche plus active de cette maladie chez le sujet infecté par le VIH.

Le renforcement des capacités des services de santé surtout de premier contact est crucial pour que personne ne soit effectivement laissé de côté. Même si les examens de laboratoire ne sont pas effectués dans tous les centres de santé, les prestataires de ce niveau le plus décentralisé des soins doit être capable suspecter les cas, faire les prélèvements adéquats de crachats et éventuellement référer les cas suspects dans une formation sanitaire qui dispose d’un laboratoire de dépistage. De plus, ce niveau de soins est plus proche des populations pour mettre en œuvre des activités communautaires de sensibilisation, d’amélioration de l’adhérence au traitement et de recherche des perdus de vue. Le renforcement des systèmes de santé prôné par les Programmes nationaux de lutte contre la tuberculose ne devrait pas se limiter à la capacitation des centres de diagnostic et de traitement de la tuberculose. Mais il devrait aller au-delà et inclure les structures de premier contact. Il s’agit de leur fournir des directives opérationnelles de dépistage de la tuberculose, de former le personnel, d’intégrer la prise en charge de la tuberculose dans les activités de supervision et de doter ces structures d’équipements adéquats.

Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.