Bonjour Chers Lecteurs,

La Communauté de Pratique Prestation des Services de Santé vous souhaite une excellente année 2017 !

Vivez une année de développement professionnel et de parfaite santé !!!

Bonne et Heureuse Année 2017 !

Nous vous proposons quatre articles sur l’influence des bailleurs sur l’offre des soins et la santé des populations, et l’influence du Financement basé sur la performance sur les soins et services de santé. Le troisième article porte sur le lien entre l’épidémie d’Ebola et la qualité des systèmes de santé en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Enfin le quatrième article étudie les effets de la mise à échelle des soins et services de prise en charge du VIH sur les relations et le personnel des centres de santé en Zambie.

N’hésitez pas à diffuser : voici le lien : www.santemondiale.org.

Pour recevoir la Newsletter chaque semaine, voici le lien pour s’inscrire : http://www.santemondiale.org/ihpfr/sabonner-par-email/

Pour L’Equipe Editoriale

Basile Keugoung, MD, MPH, PhD

Edito –Mobilisation 2.0 des Equipes Cadre de District : l’équipe de coordination se mobilise

Par Basile Keugoung

Lire ici

Politiques et Financement de la santé

1. Health Policy and Planning : La prolifération des bailleurs de l’aide au développement affecte-t-elle l’offre de soins et la santé des populations ? Analyse par régression inter-pays de 1995 à 2010

Titre original : Does donor proliferation in development aid for health affect health service delivery and population health? Cross-country regression analysis from 1995 to 2010

Sarah Wood Pallas  et Jennifer Prah Ruger; Email: [email protected]

Source: http://heapol.oxfordjournals.org/content/early/2016/12/24/heapol.czw164.short?rss=1

D’autres auteurs ont relevé que l’augmentation du nombre de bailleurs de l’aide au développement peut réduire l’efficacité de l’aide. Toutefois, ceci n’a pas été testé dans le secteur de la santé qui a connu une augmentation substantielle en termes de nombre de bailleurs et de volume de l’aide.

A partir des données de 1995-2010 de 139 pays à faible et moyen revenu qui reçoivent l’aide des pays de l’OCDE, l’étude a utilisé le modèle de régression logistique à deux étapes pour tester si le nombre de bailleurs d’aide à la santé et l’index de fragmentation de l’aide des bailleurs pour la santé affectent l’offre de soins (mesurée par le taux de DTCoq3) et l’impact sur la santé (taux de mortalité infantile) pour 3 sous-secteurs de l’aide pour la santé-aide totale, aide générale à la santé et l’aide à un domaine spécifique de la santé).

Pour les 3 sous-secteurs, l’augmentation du nombre de bailleurs était associée à celle de la couverture en DTCoq3 et à la réduction de la mortalité infantile. L’augmentation de l’index de fragmentation des bailleurs était associée à une baisse de la couverture en DTCoq3 et à une augmentation de la mortalité infantile. Aucune de ces relations n’était statistiquement significative.

Pour l’aide générale et celle liée à la santé reproductive, une augmentation de 1% du nombre de bailleurs était associée à une baisse de 0,23% de la couverture en DTCoq (p< 0,01). Par contre, une augmentation de la fragmentation des bailleurs était associée à 0,54% de la couverture en DTCop3 (p< 0,01). Les associations avec la mortalité infantile étaient similaires à celles de l’aide globale.

Les résultats ne montrent pas d’évidences claires pour soutenir l’hypothèse selon laquelle la prolifération des données affecte négativement les résultats de développement dans le secteur de la santé. Les suggestions sur l’efficacité de l’aide devront distinguer les réponses à la prolifération des bailleurs de celles de la fragmentation des bailleurs et s’adapter au sous-secteur spécifique de l’aide à la santé.

2. BMC Health Services – Performance-based financing for improving HIV/AIDS service delivery: a systematic review

A Suthar et al; http://bmchealthservres.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12913-016-1962-9

Même si les financements domestiques alloués au VIH/SIDA sont en augmentation, les financements internationaux stagnent. L’utilisation des financements basés sur la performance dans les systèmes  de santé pourrait aider les pays à avoir plus de ressources. L’étude a fait une revue systématique des effets du FBR sur l’offre de soins pour le VIH/SIDA.

PubMed, l’Index Medicus de l’OMS, les bases de données des conférences, les registres des essais cliniques ont été consultés en Avril 2015 pour identifier les essais randomisés, les études comparatives et les études de type temps-séries. Les études qui évaluaient l’utilisation du FBR pour les soins des personnes vivant avec le VIH étaient inclues quand elles rapportaient la qualité, l’accès ou le coût des services. Les méta-analyses n’ont pas été faites à cause des données limitées. Cette étude est enregistrée au N° CRD42015023207 dans PROSPERO.

Quatre études réalisées en Afrique sub-saharienne et publiées entre 2009 et 2015 concernant 173 262 personnes ont été inclues.

Même si les données limitées suggèrent des effets positifs sur l’accès et la qualité des services pour les soins VIH, les effets sur la gouvernance et les systèmes de santé dans leur ensemble restent peu documentés. D’autres études sont nécessaires pour informer les décideurs.

Ebola

3. Globalization & Health – Lien entre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest et les systèmes de santé de Guinée, Libéria et Sierra Leone

Titre original: The link between the West African Ebola outbreak and health systems in Guinea, Liberia and Sierra Leone: a systematic review

H Shoman et al ; http://globalizationandhealth.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12992-016-0224-2

Une épidémie d’Ebola a débuté en Décembre 2013 en Guinée et s’est répandue au Libéria et en Sierra Léone en 2014. Les systèmes de santé des trois pays ont manque d’infrastructures et de préparation pour riposter rapidement à l’épidémie. L’OMS a déclaré le 8 août 2014, l’urgence de santé publique internationale.

L’objectif de cette étude est de déterminer sur les effets de l’organisation et de la performance des systèmes de santé sur l’épidémie d’Ebola en Guinée, Libéria et Sierra Leone. Les 6 piliers des systèmes de santé ont été utilisés pour évaluer la performance des systèmes de santé des trois pays.

Une revue systématique des articles publiés depuis l’épidémie jusqu’en juillet 2015 était faite suivant les directives PRISMA. Les bases de données électroniques Medline, Embase, Global Health, and the Cochrane library ont été consultées. La littérature grise était recherchée sur Google Scholar et Scopus. Les articles étaient téléchargés et sélectionnés en fonction des critères d’inclusion et d’exclusion prédéfinis. Les données étaient extraites et une analyse descriptive était effectuée. Chaque article était évalué selon l’outil d’évaluation critique de Crowe. La revue de littérature était complétée par les interviews de participants identifiés à partir des citations dans les articles et en utilisant la méthode de boule de neige.

Au total, 13 articles étaient inclus dans l’étude et sis experts de plusieurs organisations ont été interviewés. Les données ont été analysées en utilisant le cadre des 6 piliers du système de santé. La pénurie du personnel avait un impact important sur le contrôle d’Ebola et a été le plus marquant lors de l’épidémie. Ceci était suivi par ordre d’importance la recherche et l’information sanitaire ; les médicaments et la technologie sanitaire ; le financement de la santé ; et enfin le leadership et la gouvernance. La faible qualité de la surveillance et le déficit en communication ont aussi contribué à la survenue de l’épidémie. L’insuffisance des financements a réduit la capacité de paiement et d’achat des ressources essentielles et des médicaments. Le leadership et la gouvernance ont été peu documentés mais il a été relevé qu’ils auraient pu améliorer la réponse précoce, une coordination et une gestion adéquates des ressources.

La disponibilité de ressources humaines de qualité est capitale pour avoir un système de santé fort et une riposte rapide au cours de nouvelles épidémies. L’offre de soins adéquate est le résultat d’une meilleure qualité des autres piliers du système. Le financement de la santé et la gestion sont cruciaux pour assurer la disponibilité des médicaments et consommables médicaux, le paiement des personnels et l’achat des équipements. Le leadership et la gouvernance doivent être rigoureusement explorés sur leur déficit dans le contrôle d’une épidémie.

VIH/SIDA

4. BMJ Global Health – Comment le passage à échelle rapide des services VIH influence la confiance au service et au personnel dans les services de soins de santé primaires en Zambie : une analyse du système de santé basée sur des études de cas

Titre original: How did rapid scale-up of HIV services impact on workplace and interpersonal trust in Zambian primary health centres: a case-based health systems analysis

Steph Topp (EV 2013) et al; http://gh.bmj.com/content/1/4/e000179

En Afrique sub-saharienne, d’importants financement sont orientés vers les soins et la prise en charge du VIH avec souvent des allégations d’effets sur le renforcement du système de santé. Ceci allégations portent d’ailleurs rarement sur l’impact sur les relations humaines et la prise de décision qui sont fondamentales pour un système de santé fonctionnel.

Cette étude examine comment la mise en place des services de prise en charge du VIH financés par les bailleurs influence les relations de confiance au niveau des centres de santé en Zambie.

Des études de cas multiples incluant 4 centres de santé urbain, péri-urbain et rural ont été faites. Les données étaient collectées au travers des interviews de 60 personnels de santé et de 180 patients, l’observation directe pendant 2 semaines dans chaque centre de santé, et 14 entretiens en profondeur de personnes ressources. Les entretiens étaient enregistrés et retranscrites. L’analyse thématique était inductive et déductive sur la base d’un cadre d’analyse qui incluait les concepts de confiance au service, d’effets positifs et négatifs de la mise à échelle sur la confiance, et de motivation intrinsèque et extrinsèque.

La mise à échelle des services VIH a influencé la confiance positivement et négativement. Les investissements spécifiques au VIH au niveau des infrastructures, des commodités et des mécanismes d’assurance qualité ont renforcé la confiance au centre de santé et la motivation du personnel de santé et la qualité de la relation entre le patient et le prestataire dans les départements VIH à court terme.

Dans les centres de santé, les investissements et l’appui des ONGs étaient perçus par le personnel de santé comme un désintérêt ou une incapacité à offrir un environnement de travail de qualité.

L’aggravation des perceptions d’iniquité et de népotisme systémiques, la mauvaise répartition des opportunités de développement personnel et professionnel liés aux services VIH ont contribué à des conflits entre les Services VIH et les autres services, et a renforcé les pratiques visant à protéger les intérêts individuels.

Les résultats illustrent les effets à long terme des ressources et de l’appui verticaux du VIH qui n’adressent pas et parfois aggravent la perte de confiance du personnel de santé vis-à-vis de leur gouvernement et des superviseurs. Les effets à court et moyen terme de la réduction de la confiance au service sur la motivation et la performance du personnel montrent l’importance de mieux comprendre comment ces relations jouent un rôle dans la création d’un cercle vertueux ou vicieux sur les relations entre acteurs et sur les résultats de santé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.