Les Communautés de Pratiques (CoPs) soutenues par l’Initiative Harmonisation pour la Santé en Afrique (HHA) viennent d’organiser une série de trois webinaires sur le virus Zika. Les CoPs ont mobilisé six éminents panelistes issus de l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers-Belgique(IMT) et de l’Organisation Mondiale de la Santé à Genève-Suisse (OMS). Nadège Ade et Joel Arthur Kiendrébéogo ont assuré la préparation logistique et l’organisation technique était faite par l’IMT.

Une capacité de mobilisation des experts                            

Aujourd’hui, les CoPs HHA ciblent toutes les composantes des systèmes de santé en particulier le financement (CoP Accès financier), l’offre de soins (CoP Prestation des Services de Santé), la gouvernance (CoP Planification et Budgétisation des Services de Santé), la qualité des soins (QUAHOR), les médicaments (eMed)… Elles traitent aussi des questions transversales. Chacune de ces CoPs a plus d’un millier d’experts mobilisables et a noué des relations avec d’autres organisations telles que les Institutions traditionnelles de l’Initiative Harmonisation pour la Santé en Afrique (Unicef, OMS, FNUAP, …), des Centres de recherche (CERRHUD au Bénin, IRD) et des Associations (Développement et Santé en France). D’autres partenariats sont d’ailleurs en cours de mise en place.

Les CoPs : une alternative au modèle traditionnel de renforcement des capacités

Les CoPs s’inscrivent dans le renforcement des capacités pour l’amélioration de la performance des systèmes de santé. Elles proposent des solutions à distance (remote solution) qui ne requièrent pas le déplacement des bénéficiaires de leur poste de travail et qui peuvent être mises en œuvre dans plusieurs pays à la fois. L’une de ces solutions est le webinaire. Comme dans un séminaire ou une conférence, un expert sur une thématique via internet et interagit avec son audience qui pose des questions ou fait des contributions.

Internet : une haute barrière en Afrique sub-saharienne

En Afrique sub-saharienne, des membres des CoPs surtout ceux qui travaillent au niveau district ont relevé leur difficulté voire leur incapacité à se connecter sur internet. Même si l’on note une forte pénétration du téléphone mobile, les frais d’accès à internet restent élevés. Bien plus, la qualité est encore mauvaise voire médiocre rendant difficile le suivi en live des présentations.

Accès à internet : une piste de renforcement des systèmes de santé

La majorité des organisations et des programmes ont inscrit le renforcement des systèmes de santé dans leur agenda. En Guinée, au Libéria et en Sierra Leone par exemple, des programmes de reconstruction des systèmes de santé pour les rendre résilients sont mis en place. Renforcer les capacités des équipes cadres de district est un axe majeur. Malheureusement, est-ce possible sans l’accès à l’information, à la multitude de possibilités qu’offrent les CoPs et à l’interaction entre les pairs. L’accès à internet devrait devenir une priorité majeure des acteurs des systèmes de santé en Afrique sub-saharienne. Par rapport aux Nouvelles technologies de l’information et de la communication, la barrière du téléphone a été traversée, il reste la barrière à internet. Le franchissement de cette barrière est fondamental. Il ouvrira aux professionnels de santé du niveau décentralisé de se rapprocher mutuellement d’une part et de se connecter aux autres experts à travers des plateformes mises en place par les CoPs HHA.

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.