Dans l’éditorial de cette semaine, nous vous présentons une expérience de terrain sur le Système d’Information Sanitaire (SIS). Kevine Laure Nkaghere met en perspective  la situation du SIS dans son pays et l’atelier de Cotonou de décembre 2015 organisé par la CoP Prestation des Services de Santé.

Elle propose un changement de paradigme dans la gestion du SIS dans nos systèmes de santé en Afrique sub-saharienne.

En rappel, nous vous recommandons de lire la note conceptuelle de l’atelier et nous faire part de vos observations. De plus, si vous voulez participer à l’atelier pour partager une expérience sur l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication en santé, envoyer un mail à [email protected] et une présentation ppt de 15 diapos.

Dans le menu de la semaine, nous vous proposons quatre articles sur la gestion d’une épidémie de fièvre typhoïde, la polio, la circoncision masculine comme méthode de prévention du VIH et enfin la situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en Afrique de l’Ouest.

Bonne lecture et Bonne semaine

Basile Keugoung, MD, MPH, PhD

Edito – Le Système d’information sanitaire de routine : outil négligé du pilotage stratégique au niveau opérationnel

Par NKAGHERE MBUEMBUE Kévine Laure, MD, MPH

Lire ici

Fièvre typhoïde

1. Médecine d’Afrique Noire : Epidémie de fièvre typhoïde à Gassa, Extrême-Nord Cameroun en 2011

Gake B, Ebole C, Gake NM, Keugoung B, et Mevoula Onana DE

La fièvre typhoïde est une maladie à transmission oro-fécale survenant dans des zones à hygiène précaire. Du 15 juin au 24 juillet 2011, une épidémie de typhoïde a sévi à Gassa, localité située dans l’aire de santé de Doulek, district de santé de Méri dans la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Une équipe multidisciplinaire s’est rendu sur les lieux pour investiguer l’épidémie avec des critères de définition de cas. Les cas en cours ont été examinés. Des prélèvements (sang et selles) ont été effectués et les points d’eau ont été testés à la recherche de germes pathogènes.

Salmonella typhi a été isolée dans la plupart des échantillons permettant d’affirmer l’épidémie de fièvre typhoïde. Au total, 171 cas suspects ont été recensés soit un taux d’attaque de 684 cas pour 10000 habitants et le taux de létalité était de 2,23%. Les sujets de moins de 30 ans étaient les plus touchés avec un âge moyen de 16 ans. En général, le début des symptômes était brutal avec une fièvre en plateau et des céphalées chez 93% des patients, des douleurs abdominales (75%), la diarrhée (56%). Le typhus était retrouvé chez 5 patients et la splénomégalie chez 16% de patients. Les autres signes généraux, digestifs, neurologiques et cardiovasculaires étaient observés comme décrits dans la littérature. L’épidémie a duré 40 jours.

L’absence de latrine et de point d’eau potable dans le village ont été les facteurs favorisant la survenue de l’épidémie. L’évolution a été favorable grace à l’implication des différents partenaires (administration territoriale, défense, autorités traditionnelles, membres du comité de santé délégation régionale de la santé, Laboratoire national de référence de Garoua) et à la prise en charge adéquate des cas.

Conclusion : la lutte et la prévention d’une épidémie de fièvre typhoïde passe par la maîtrise de la définition de cas, de la déclaration et de la prise en charge adéquate de tout cas suspect, de la sensibilisation et de l’éducation de la population sur l’hygiène et de l’implication de tous les partenaires.

Polio

2. Lancet (World Report) – Et puis, il restait deux… pays endémiques de polio

Titre original: And then there were two…polio-endemic countries

http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(15)00524-3/fulltext

L’espoir d’éradiquer le polio monte dans la communauté de santé mondiale avec le Nigéria qui a été enlevé de la liste des pays endémiques de polio par l’OMS. Le 25 septembre 2015, 27 années de bataille ont permis à la lutte contre la polio de franchir un pas. En effet, l’OMS a annoncé que le Nigéria n’avait pas rapporté de cas de poliovirus sauvage depuis 12 mois. Et si la région ne notifie pas de cas durant les 24 prochains mois, l’Afrique sera déclaré exempte de polio. Quatre des 6 régions de l’OMS ont déjà atteint cet objectif –Amérique (1994), Pacifique de l’Ouest (2000), Europe (2002), Asie du Sud-Est (2014). Les efforts concernent aujourd’hui  les deux pays endémiques restants : Afghanistan et Pakistan.

L’optimisme de l’atteinte de cet objectif réside dans les résultats obtenus à ce jour depuis le lancement de l’Initiative Mondiale d’Eradication de la Polio en 1988. En effet, 350000 cas étaient notifiés par au moins 125 pays en 1988 et seuls 359 cas ont été reportés par 9 pays en 2014 et 43 cas ont déjà été notifiés cette année. Cette baisse de 99% des cas a coûté 11,3 milliards US$. La date butoir de l’éradication est 2018.

Le chemin le plus difficile reste l’Afghanistan et surtout le Pakistan qui a rapporté 85% des 359 cas en 2014. Il est difficile d’organiser la vaccination dans les pays ravagés par la guerre civile et où les professionnels de santé sont souvent attaqués par les groupes armés.

Un autre problème est la capacité du virus vaccinal de muter et de causer la paralysie. Les pays riches qui ont éradiqué la polio utilisent aujourd’hui le vaccin injectable qui ne contient que des virus tués. D’ici avril 2016, tous les pays devront utiliser le vaccin bivalent 1 et 3. En effet, 90% des paralysies issues au vaccin sont dues au virus de type 2. Enfin, pour améliorer l’immunité, au moins une dose de vaccin injectable devra être administrée.

VIH/SIDA

3. BMC Public Health : Circoncision masculine et infection VIH chez les hommes sexuellement actifs au Malawi

Titre original : Male circumcision and HIV infection among sexually active men in Malawi

Mutombo N, Maina B, Jamali M

http://www.biomedcentral.com/1471-2458/15/1051

L’épidémie de VIH reste une problème majeur de santé publique. En 2013, environ 35 millions de personnes vivaient avec le VIH dans le monde. La circoncision masculine est de plus en plus adoptée comme une méthode de prévention de la transmission du VIH. L’OMS et l’ONUSIDA ont demandé d’ajouter cette pratique à la liste des interventions de prévention du VIH.

Au Malawi, en 2010, la prévalence du VIH était de 11% et celle de la circoncision masculine de 21,6%. Cet article examine la relation entre la circoncision et le statut VIH chez les hommes au Malawi.

Les données ont été collectées à partir de l’Enquête Démographique et de Santé 2010 chez des personnes âgées de 15 à 54 ans qui étaient testées au VIH et avaient répondu aux questions sur la circoncision durant l’enquête. Au total, 61% des 7175 hommes interrogées ont répondu aux critères d’inclusion.

Il n’y avait pas de différence significative entre la prévalence VIH des hommes circoncis (12%) et non circoncis (10%). Parmi les circoncis,  l’âge et le nombre de partenaires sexuels étaient les facteurs corrélatifs dominants du statut VIH. Les hommes circoncis qui ont eu des rapports sexuels rituels sont deux fois plus de risque d’être infectés par le VIH que ceux qui n’ont pas eu de rapports sexuels rituels (OR : 2,399).

Cette étude a démontré que la circoncision traditionnelle masculine n’était pas associée à l’infection VIH avant 2010 au Malawi. Parmi les hommes circoncis, l’âge et le nombre de partenaires sont corrélés au statut VIH.

Ebola

4. OMS: Mise à jour de l’épidémie de Maladie à Virus Ebola

http://apps.who.int/ebola/current-situation/ebola-situation-report-21-october-2015

Après deux semaines consécutives sans cas de maladie à virus Ebola, la Guinée a notifié 3 cas dans la semaine du 12 au 18 octobre 2015 dont un cas à la capitale Conakry et deux cas dans la Sous-préfecture de Kaliah, Forecariah. Il y a actuellement 246 personnes contacts sous suivi en Guinée. La Sierra Leone n’a pas notifié de cas depuis 5 semaines.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.