Bonjour Chers Lecteurs,

Cette semaine, nous analysons la situation des systèmes de santé en Afrique sub-saharienne et nous proposons que le renforcement des systèmes de santé soit retenu comme un point clé des Objectifs de Développement Durable qui seront adoptés en septembre 2015.

Cette semaine, nous avons retenu deux articles sur la santé communautaire et plus précisément sur les agents de santé communautaire. Cette stratégie d’offre des soins et services de santé revient en effet à la mode ces dernières années. Ensuite, vous lirez un article sur la couverture vaccinale et les déterminants de la vaccination dans un district de santé et une mise à jour de la situation d’Ebola en Guinée, Libéria et Sierra Leone.

Bonne semaine,

Basile Keugoung

Edito –Renforcement des systèmes de santé : un point des Objectif de Développement Durable ?

Par Basile Keugoung
Lire ici

Ressources humaines

1. Global Health Action – Que pensent les agents de santé communautaire sur leur travail, et comment cela peut améliorer la conception de leur programme ? Une étude de cas au Kenya

Titre original: What do community health workers have to say about their work, and how can this inform improved programme design? A case study with CHWs within Kenya

M Oliver et al; http://www.globalhealthaction.net/index.php/gha/article/view/27168

Les Agents de santé communautaire (ASC) sont de plus en plus utilisés pour faire face  à la pénurie en personnels de santé. Leur rôle est souvent décrit au niveau politique et il n’est pas clair comment cela est mis en œuvre en pratique, ou comment valoriser ce travail et enfin comment ce travail est interprété par les acteurs locaux et les ASC eux-mêmes.

Une étude de cas en a 4 étapes a été conduite. D’abord, les groupes d’ASC de deux communautés ont été rencontrés pour décrire leur travail quotidien. Ensuite, les ASC ont été interviewés pour avoir plus de détails et leurs expériences. Puis, les notes et les observations étaient prises lors des réunions des comités de santé. Enfin, les données étaient analysées de façon thématique notamment la description du travail des ASC et les tensions et les défis auxquels ils font face.

Les ASC décrivent leur travail comme des généralistes qui travaillent pour servir la communauté et l’intégrer dans le système de santé officiel. Leur travail comporte la référence des cas, le suivi, le reportage et l’éducation sanitaire. Ils font face à l’insuffisance de ressources et de formation, travaillent dans des systèmes établis de pouvoir communautaire et d’autorité formelle plutôt dans une perspective de position subalterne qui nécessiterait une intervention extérieure. De plus, leur travail est largement apprécié mais certains ménages refusent leur service ou doutent de leur manière et expertise. L’insuffisance du matériel qu’ils ont a les aspects pratiques et communautaires car la pénurie renforce la solidarité entre les ASC. Les programmes conçus avec les ASC seraient plus faciles à mettre en œuvre car ils seront en phase avec leurs pratiques et expériences alors que ceux qui utilisent les ASC comme un instrument pour la mise en œuvre des priorités externes auront tendance à perturber leur travail.

2. Lancet Global health – Community health workers as partners in the management of non-communicable diseases

H Balcazar et al; http://www.thelancet.com/pdfs/journals/langlo/PIIS2214-109X(15)00142-4.pdf

Les Agents de Santé Communautaires (ASC) sont des ressources humaines idéales pour travailler comme membres d’équipes interdisciplinaires nécessaires pour faire face aux problèmes des maladies  non transmissibles. Les ASC devraient être incorporés dans le système de détection et de référence des cas de maladies cardiovasculaires. Une étude publiée dans le Lancet a montré que 42 ASC de 4 pays ont effectué 4049 détections dans un temps relativement court avec une efficacité de 96,8%.  Or les pays à faible et moyen revenu ont 80% de la charge mondiale des MTN et un déficit en médecins et infirmiers pour couvrir les besoins des populations. Ceci nécessite 1- 2 semaines de formation. Ainsi, cette approche permet  de:

  • atteindre les populations chez qui un risque de maladie cardiovasculaire n’a pas encore détecté
  • examiner au moins 100 personnes en 4-6 semaines dans les lieux publics et à domicile
  • référer les cas dans les formations sanitaires pour assurer une continuité des soins

Cette stratégie avancée à base communautaire a le potentiel de joindre la prévention, la prise en charge et le contrôle des MTN avec le renforcement du modèle communautaire à travers l’incorporation des ASC dans le système de soins.

Il y a toutefois un certain nombre de défis :

  • la place des ASC dans le système de santé doit être règlementée et doit sortir de l’approche des volontaires ou des temporaires des projets pilotes pour qu’ils deviennent des acteurs qualifiés du système de santé qui peuvent offrir des soins préventifs et curatifs.
  • Les modèles cliniques et des études supplémentaires sont nécessaires pour montrer la faisabilité et l’efficacité des ASC pour des activités autres que l’éducation sanitaire.
  • Au niveau politique, la valeur du travail des ASC devrait être évaluée de façon systématique car un accent particulier devrait être mis sur la sélection des services les plus efficients dans des contextes à ressources limitées.
  • Des études qui pourraient identifier les conditions d’un passage à échelle du travail des ASC sont requises. Une étude a estimé qu’un ASC pour 650 habitants couterait 6,56 US$ par habitant par an en Afrique sub-saharienne.

Vaccination

3. BMC Public Health- couverture vaccinale et déterminants de la vaccination incomplète des enfants de 12-23 mois à Dschang, Région de l’Ouest Cameroun : un enquête transversale durant une épidémie de polio

Titre original: Vaccine coverage and determinants of incomplete vaccination in children aged 12–23 months in Dschang, West Region, Cameroon: a cross-sectional survey during a polio outbreak

Russo et al.

http://www.biomedcentral.com/1471-2458/15/630

La faible couverture vaccinale et l’augmentation du risque d’épidémies dues aux maladies évitables par la vaccination restent un problème en Afrique. Cette étude réalisée à Dschang pendant l’épidémie de polio a estimé la couverture vaccinale chez les enfants de 12-23 mois et a identifié les déterminants de la faible couverture vaccinale et le risque de dissémination du poliovirus.

Une étude transversale a été réalisée en novembre-décembre 2013 en utilisant un questionnaire chez les parents d’enfants de 12-23 mois. Le statut vaccinal était évalué sur les cartes de vaccination et la mémoire des parents.

Au total, 3248 ménages ont été visités et 502 enfants étaient enrôlés. La couverture vaccinale était de 84,5% suite à la vérification sur les cartes de vaccination (85,9% selon les déclarations des parents). Tous les enfants ont reçu au moins un vaccin et la couverture en VPO3 était supérieure à 90% et 73,4% des enfants ont suivi le calendrier vaccinal recommandé avant l’âge d’un an. Les facteurs associés à la faible couverture vaccinale étaient la rétention de la carte de vaccination, la faible utilisation des services de consultation prénatale, le rang de l’enfant > 3, le jeune âge de la mère, l’attitude négative des parents vis-à-vis de la vaccination, le faible accès des parents sur l’information relative à la vaccination et la longue distance à parcourir par les parents pour atteindre les points de vaccination. La bonne couverture en VPO3 est rassurante pour la lutte contre l’épidémie de polio.

Ebola

4. WHO – Rapport de situation au 22 juillet 2015

http://apps.who.int/ebola/current-situation/ebola-situation-report-22-july-2015

Dans la semaine du 19 juillet 2015, 26 cas d’Ebola ont été reportés dont 22 cas à Conakry en Guinée et 4 cas à Freetown en Sierra Leone. Il y a une amélioration dans le suivi des contacts. La majorité des cas (22 au total) ont été diagnostiqués parmi les contacts. Il y avait deux et un personnels de santé infectés par Ebola en Guinée et en Sierra Leone respectivement. Au total, 879 personnels de santé ont été infectés dont 510 décès. En Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, 27705 cas d’Ebola et 11269 décès ont été notifiés.

 

 

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.