Par Basile Keugoung
Facilitateur CoP Prestation des Services de Santé

Nous sommes à mi-parcours de l’année 2015. Une année cruciale ! La communauté scientifique mondiale va évaluer les progrès réalisés par chaque pays en rapport avec les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Même s’il est clair que beaucoup de pays d’Afrique sub-saharienne n’atteindront pas les objectifs qui étaient fixés. Certains pays ont fait des progrès importants en matière de réduction de la mortalité maternelle et infantile. D’autres par contre ont régressé. Au moment où Objectifs  de Développement Durable (ODD) vont être adoptés en septembre prochain pour remplacer les OMD, des questions se posent quant au contenu qui pourrait satisfaire les pays africains.

Les systèmes de santé et les processus d’émergence
Au-delà des discours politiques, ce sont les populations qui souffrent et qui payent le lourd tribu des dysfonctionnements de leurs systèmes de santé. En Afrique sub-saharienne, les maladies infectieuses persistent et sont responsables de la forte morbidité et mortalité. Malheureusement, les maladies chroniques non transmissibles résultat de multiples transitions, montent en flèche alors que les systèmes de santé sont mal préparés. Ces maladies sont le plus souvent dépistées tardivement ou au stade de complications, et du fait d’une prise en charge en général inadéquate (faible prévention et faible promotion de la santé), elles se traduisent par un appauvrissement des patients.
Par ailleurs, de nombreux pays d’Afrique sub-saharienne se sont lancés dans des programmes de développement devant conduire à leur émergence. L’émergence implique une accélération des transitions, un accroissement des classes moyennes et une recrudescence des maladies chroniques.

Penser au renforcement des systèmes de santé
L’émergence va se traduire par un accroissement du produit intérieur brut et un passage probable à un stade de pays à revenu intermédiaire, et une baisse des ressources des bailleurs.
Il est donc crucial pour les pays d’accélérer le renforcement de leurs systèmes de face pour éliminer les maladies infectieuses pour qu’elles ne soient plus des problèmes de santé publique. Même si le secteur de la santé joue un rôle clé (leadership) dans la définition des stratégies à utiliser, le rôle des autres secteurs de la société est capital. Ces autres secteurs agissent sur les déterminants sociaux de la santé. Nous pouvons citer quelques exemples. L’éducation est importante pour renforcer les capacités des individus à l’accès à l’information. La production agricole contribuerait à garantir l’autosuffisance alimentaire et à réduire la malnutrition. Les Mairies et les communes assureraient l’hygiène et l’assainissement urbain, l’approvisionnement en eau potable, la création des aires de jeux et des pistes cyclables pour promouvoir la santé des populations.
En termes de financement des soins et services de santé, l’émergence va aussi entrainer une augmentation des coûts des soins. En effet, la transition technologique va affecter le secteur de la santé. Il va falloir construire des hôpitaux adaptés aux nouveaux  besoins, acquérir des équipements de pointe et former des spécialistes.
Par conséquent, même si les ODD concernent tous les pays, l’Afrique sub-saharienne devrait avoir ses particularités ou ses spécificités. Elle devrait tirer les leçons des OMD pour bâtir un futur plus constructif.

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.