Chers Lecteurs,

Le 4 février s’est célébrée la Journée Mondiale de lutte contre le cancer. Cette semaine, Nangue Charlette, Anatomopathologiste au CHU de Yaoundé au Cameroun analyse dans son éditorial pourquoi le chemin reste encore long en Afrique sub-saharienne pour assurer un dépistage précoce des cas de cancers.
De bonnes nouvelles pour GAVI qui a pu lever les fonds pour garantir la continuité de la vaccination dans les pays à faible revenu pour la période 2016-2020.
Ensuite vous trouverez des articles sur le VIH/SIDA, les 10 thématiques majeures de santé en 2015, l’opportunité que pourrait offrir la maladie à virus Ebola pour le renforcement des systèmes de santé et enfin un article sur les 5 bougies de la Communauté de Pratique Financement Basé sur la Performance.

Bonne Semaine
Basile Keugoung

Edito – Lutte contre le cancer du col: adopter de bonnes pratiques

Par Dr. Nangue Charlette
Lire ici

Vaccination

1. GAVI- Levée des fonds pour la vaccination par GAVI à Berlin

http://www.gavi.org/Library/News/Press-releases/2015/record-breaking-commitment-to-protect-poorest-children-with-vaccines/
Gavi a pu lever  7,5 milliards US$ le 27 janvier 2015 à Berlin lors de la réunion des partenaires afin couvrir ses besoins pour les 5 prochaines années (2016-2020). Ainsi, 300 millions d’enfant seront vaccinés et 5 à 6 millions de décès seront prévenus. Les bénéfices que tireront les pays à faible revenu sont estimés entre 80 à 100 milliards US$. De même, les pays bénéficiaires vont participer à l’achat des vaccins à hauteur de 1,2 milliard US$ et ceci renforcera l’appropriation et la pérennisation des interventions.

VIH/SIDA

2. Global Public health – la circoncision pour la prévention de l’infection VIH en Afrique sub-saharienne : l’évidence justifie la mise en œuvre

Titre original : Male circumcision for protection against HIV infection in sub-Saharan Africa: The evidence in favour justifies the implementation now in progress
D Klausner et al.;
http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/17441692.2014.989532
Cet article répond à une étude publiée dans Global Public Health par de Camargo et al. portant sur trois essais contrôlés randomisés (ménés dans trois pays africains) sur la prévention du VIH à travers la circoncision masculine. Ces essais ont confirmé les données issues d’observations au cours des précédentes décennies et qui montrent que la circoncision réduit de 60% ​​le risque de transmission du VIH chez les hommes hétérosexuels . Au vu de ces résultats, la circoncision a été adoptée par les décideurs mondiaux et nationaux comme une stratégie de prévention du VIH et mise en oeuvre  de façon volontaire dans 14 pays d’Afrique sub-saharienne. Les auteurs pensent que la perception de la circoncision comme un débat ou une controverse serait une erreur. Dans leur critique, de Camargo et al . ont mal présenté et ont mal interprété les évidences en faveur de la circoncision, ont en même temps omis la dénonciation des arguments antérieurs identiques aux leurs et enfin ont ignoré les résultats des études scientifiques en faveur de la circoncision.
Les auteurs orientent les lecteurs vers des évidences grandissantes sur la circonsion en termes d’efficacité, de sécurité, d’acceptabilité et de faible coût pour la prévention du VIH.

Politiques et Financement de la santé

3. Humanosphere – 10 thématiques de santé à suivre en 2015

Titre original : 10 global health issues to watch in 2015
Margarite Nathe;
http://www.humanosphere.org/global-health/2015/01/guest-post-10-global-health-issues-to-watch-in-2015/
Voici les 10 thématiques qui sont supposées faire la une en 2015. Il s’agit par ordre décroissant de i) la santé mentale; ii) les cancers; iii) le VIH/SIDA; iv) le planning familial v) la technologie mobile; vi) la sécurité et la surveillance sanitaires mondiales; vii) la guerre et les conséquences sociales; viii) Ebola; ix) les Objectifs de développement durable; et enfin x) les systèmes de santé centrés sur le populations.

  1. Santé mentale

Elle pourrait prendre une place importante à cause des de la résurgence des dépressions, des désordres post-traumatiques et autres problèmes de santé mentale qui affectent aussi bien les pays à haut et faible revenu. L’OMS a élaboré un plan d’action 2013-2020 de lutte contre les maladies mentales.

  1. Les cancers

Les résultats d’une large étude  sur les cancers ont été publiés par le Lancet le mois dernier. Elle a montré que les cancers tuent plus de personnes que le VIH, le paludisme et la tuberculose dans le monde. Certains pays mettent malheureusement très peu de ressources sur la lute contre les cancers.

  1. VIH/SIDA

Pour l’ONUSIDA, si les efforts ne sont pas faits pour mettre à l’échelle les interventions, il pourrait avoir une augmentation de nouvelles infections à des taux supérieurs à ceux d’aujourd’hui. En 2014, l’ONUSIDA a publié la stratégie pour arrêter l’épidémie en 2030. Aujourd’hui, la moitié des 35 millions de personnes infectées par le VIH ne connaissent pas leur statut.

  1. Le planning familial

Entre 2012 et 2013, le nombre de femmes sous contraceptif moderne a augmenté de 8,4 millions dans le monde. FP2020, une Initiative globale de santé qui a déjà 3 ans et qui voudrait rendre accessible le planning familial. Elle a déjà permis d’éviter 77 millions de grossesses non désirées et de sauver 125000 vies. Le Sénégal a de bons résultats à travers une nouvelle méthode de distribution des contraceptifs qui réduit le risque de rupture de stock.

  1. La technologie de l’information et de la communication mobile

La technologie mobile pourrait transformer les soins de santé. Le personnel même dans les coins les plus reculés peut recevoir l’information à jour et offrir des soins de qualité. Elle peut aider les patients  et connecter les professionnels de santé entre eux pour le partage d’expériences et de connaissances. In 2014, le  Liberia a utilisé mHero  pour disséminer des informations importantes aux professionnels de santé sur leurs téléphones mobiles. En 2015, cette technologie va aider  d’autres pays à combattre Ebola et à les préparer à faire face à d’autres menaces.

  1. Sécurité et surveillance sanitaires mondiales

En 2014, à coté d’Ebola, une épidémie de rougeole a été dépistée aux Etats-unis et 350 cas de polio ont été notifiés par 8 pays. En 2015, les pays doivent continuer à lutter contre ces menaces et établir des politiques et une réglementation qui favorisent une meilleure surveillance et renforcent les systèmes de santé.

  1. Les guerres et les conséquences sociales

Plusieurs pays (Syrie, République centrafricaine, Nigéria, Ukraine…) ont actuellement des conflits armés internes. La communauté internationale devra chercher des solutions à ces conflits afin de protéger les professionnels et les services de santé et faciliter l’offre de soins.

  1. Ebola

La maladie à virus Ebola a tué plus de 8,000 personnes en 2014 y compris plusieurs centaines de personnel de santé. En 2015, l’Afrique de l’Ouest et le monde devra continuer les efforts pour contenir l’épidémie. Nous verrons également les conséquences sur les autres problèmes de santé tels que le VIH/SIDA, la santé maternelle, les traumatismes psychologiques ou les orphelins. Avec cette épidémie, il est ressorti la nécessité d’investir dans les systèmes de santé.

  1. Objectifs de développement durable

Cette année 2015 est l’échéance fixée pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement qui ont permis de faire des progrès considérables les 25 dernières années. Les nouveaux  Objectifs de développement durable pourraient unir tous les pays autour de l’objectif de couverture sanitaire universelle.

  1. Systèmes de santé centrés sur les populations

L’épidémie d’Ebola a montré l’importance des populations dans les systèmes de santé. Chaque segment du système de santé nécessite des personnes pour que l’offre de soins fonctionne, pas seulement les cliniciens, mais les statisticiens, les économistes, les techniciens et tous ceux qui ont besoin des soins de santé. Une question importante devrait être posée par chaque pays : ‘comment faire des êtres humains la priorité quand nous renforçons les systèmes de santé ?

EBOLA

4. Médecine et Santé Tropicales- Ebola : une opportunité pour les systèmes de santé ?

Milleliri JM
http://www.jle.com/fr/revues/mst/e-docs/ebola_une_opportunite_pour_les_systemes_de_sante__303586/article.phtml?tab=texte
Il peut paraître indécent de dire que la maladie à virus Ebola qui sévit depuis le début de l’année 2014 peut représenter une opportunité pour remettre en ordre les systèmes de santé des pays touchés par l’épidémie, et sans doute aussi ceux des autres, épargnés, qui préparent leur riposte. Pourtant, c’est sans doute parce que cette épidémie a montré que son extension trouvait une des raisons de prospérer dans la faiblesse des systèmes de santé que, en plus de répondre à l’urgence sanitaire, les États, l’OMS et les partenaires internationaux concentrent leurs efforts sur leur renforcement. Il n’est jamais ni facile ni recommandé de reconstruire une maison tout en cherchant à éteindre l’incendie qui la ronge mais c’est pourtant ce que font le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée : dans l’urgence, mais avec une lucidité éclairée par les constats et les analyses d’yeux extérieurs qui avaient peut-être cessé de regarder vers ce côté de l’Afrique.
Revenir aux fondamentaux est sans doute une nécessité et peut-être la crise Ebola est-elle une opportunité pour relever les systèmes de santé qui ont montré leurs limites face à cet événement épidémique. C’est d’ailleurs pour saisir cette opportunité de lier réponse à la crise Ebola et renforcement des systèmes de santé que s’est tenue à Genève sous l’égide de l’OMS, les 10 et 11 décembre 2014, une « Réunion de haut niveau sur le développement de systèmes résilients pour la santé dans les pays touchés par la maladie à virus Ebola ».
Il reste donc à concrétiser les bonnes intentions et les discours de circonstances, et redonner aux systèmes de santé la place qui est la leur dans le développement. Les leçons du passé semblent ne pas avoir été toujours retenues, et si le directeur exécutif d’Onusida clame qu’« Ebola et sida, même combat », c’est que cette épidémie filovirale reproduit les mêmes échecs, trente ans après le début de celle rétrovirale, au rang desquels la peur et la discrimination font aussi le lit de la diffusion.
L’opportunité est donc là, et il ne faudrait pas que, retombées les bonnes volontés après le contrôle de cette épidémie, les acteurs nationaux et internationaux oublient leurs engagements. Car il y aura un avant et un après Ebola : le tragique éclairage donné à la santé en Afrique par les cas d’Ebola survenus aux États-Unis a fait prendre conscience au monde du chemin à parcourir sur le continent africain pour lutter contre les inégalités d’accès aux soins. La remise à flot des systèmes de santé, causes et victimes de la maladie à virus Ebola, nécessite une mise en œuvre urgente.

5. Health Financing in Africa- CoP PBF: cinq ans déjà

Par Bruno Meessen
http://www.healthfinancingafrica.org/home/communaute-de-pratique-financement-base-sur-la-performance-cinq-ans-deja
FBB_5ansLa Communauté de Pratique Financement Basé sur la Performance (FBP) a 5 ans!!!  Même si Elle reste encore un enfant, elle a tout de même agrandi. En effet, du 2 au 6 février 2010, plus de 100 experts se réunissaient à Bujumbura pour un atelier sur le FBP.
Ils profitèrent de l’occasion pour lancer la communauté de pratique du même nom. Ceux qui étaient présents se rappellent certainement cette semaine de discussions passionnées entre pairs, sans interférence d’agendas d’agences ou de projets. Déjà à l’époque, nous avions abordé beaucoup des sujets qui continuent à nous mobiliser et nous inspirer: le lien entre FBP et qualité des soins, le défi de problème de santé telle que la nutrition, le passage à l’échelle ou le FBP communautaire (pour ne citer que certaines des sessions couvertes lors de cet atelier – les ppt restent disponibles ici).  Lire la suite.

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.