Bonjour à tous,

Nous souhaitons qu’à la suite de la mobilisation internationale qui grandit chaque jour, que celle des acteurs de terrain soit encore plus forte. Elle permettra de guider les acteurs internationaux dans le soutien aux pays, dans la contextualisation des stratégies et dans une offre appropriée de ressources. En effet, les coûts opérationnels de certaines aides ont par le passé dépasser les bénéfices réels sur le terrain.

Les Communautés de Pratiques Prestations des Services de Santé, Accès Financier aux soins, Financement basé sur la performance, Emed, et Planification et Budgétisation des systèmes de santé voudraient aider les acteurs de terrain en leur offrant des plateformes d’expression et d’échanges d’expériences. L’éditorial de cette semaine invite et nous invite à une forte mobilisation pour la lutte contre la maladie à virus Ebola. Bonne Lecture Basile Keugoung

 

Editorial- Ebola: pouvons-nous contribuer d’une quelconque façon?

Par l’Equipe de facilitation des CoPs

Pour beaucoup d’entre nous, le mois d’août aura probablement été celui de la prise de conscience : cette épidémie d’Ebola est vraiment différente des précédentes. Les semaines avancent et le drame se déroule, au Liberia, en Sierra Leone, en Guinée et dans des zones plus reculées en RDC. Ainsi, au Liberia, durant la semaine du 1 au 7 septembre, plus de 400 cas confirmés et suspectés ont été enregistrés, un nombre qui représente presque le double des nouveaux cas déclarés la semaine précédente. Dans ce pays, la transmission du virus s’accroit à un rythme exponentiel. On sait aussi que ces chiffres, collectés par le système de santé, sont inférieurs à la réalité.

Lire la suite ici

 

VIH/SIDA

1. BMC Public Health – D’où viendra l’argent ? Mécanismes alternatifs au financement par les bailleurs

Titre original : Where will the money come from? Alternative mechanisms to HIV donor funding

Itamar Katz et al.;  http://www.biomedcentral.com/1471-2458/14/956/abstract

Le financement des bailleurs pour les programmes VIH s’est stabilisée au cours des dernières années, ce qui limite la capacité de ces programmes dans le monde pour atteindre l’accès universel et soutenir les progrès en cours. Cette étude examine les mécanismes alternatifs de mobilisation de ressources.

 

Méthodes

Les sources de financement potentielles non liés aux bailleurs pour les réponses nationales au VIH dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire ont été explorées par l’examen de la littérature et de la documentation du Fonds mondial, y compris les données provenant de 17 pays. Nous avons identifié la source, l’agent, de l’ampleur des ressources, la fréquence de la disponibilité de financement, ainsi que l’activation et les facteurs de risque.

 

Résultats

Quatre sources de financement alternatives pour les programmes de VIH ont été identifiés: les budgets nationaux; la mutualisation des risques des programmes tels que l’assurance maladie; la conversion de la dette, dans laquelle le pays créancier réduit la dette du pays débiteur et alloue au moins une partie de cette réduction à la santé; et les prêts concessionnels des banques internationales de développement, qui, contrairement à des subventions, doivent être remboursés. Les deux premiers sont des sources récurrentes de financement, tandis que les deux derniers sont généralement des sources ponctuelles qui pourraient affecter négativement l’économie du pays débiteur. Les régimes d’assurance dans cinq pays africains couvrent moins de 6,1% des dépenses du VIH, tandis que l’assurance-maladie sociale dans quatre pays d’Amérique latine couvrent 8-11% des dépenses du VIH; en Colombie et au Chili, ils couvraient jusqu’à 69% et 60%, respectivement. La plupart des pays à faible revenu trouveront prêts concessionnels difficiles à rembourser parce que leurs programmes sur le VIH coûtent 0,5-4% du PIB. Même dans un pays à revenu intermédiaire comme l’Inde, 255 millions US$ de prêts concessionnels à rembourser dans 25 ans ne couvrent que 7,8% des besoins de lutte contre le VIH sur une période de 5 ans. Des taxes destinées à la lutte contre le VIH couvrent 15% des besoins de financement  au Zimbabwe et au Kenya. La conversion de la dette couvre 15% des besoins en Indonésie et 45% au Pakistan.

 

Conclusions

Les sources intérieures de financement sont des alternatives importantes à prendre en compte et pourraient être en mesure de remplacer le financement des bailleurs dans la lutte contre le VIH dans les contextes nationaux spécifiques, couplées à de mesures efficaces de priorisation et d’efficience. La conception et la mise en œuvre de la mobilisation des ressources nécessitent une étroite collaboration avec d’autres secteurs, en particulier avec le ministère des Finances, afin de s’assurer que le nouveau mécanisme de financement est entièrement synchronisée avec la croissance économique et que les investissements du VIH procurent des bénéfices sociaux plus élevés.

 

Politiques & Financement de la santé

2. Financing Health in Africa – Cartographie des régimes de financement de la santé dans 12 pays d’Afrique francophone

Mapping fragmentation of health care financing in 12 Francophone African countries

http://www.healthfinancingafrica.org/home/mapping-fragmentation-of-health-care-financing-in-12-francophone-african-countries

Cette recherche a été effectuée par la CoP Accès financier aux soins. Elle dresse l’état des lieux du financement de la santé dans 12 pays d’Afrique francophone. On note une grande fragmentation du système de financement dans ces pays avec très souvent un taux élevé de paiements directs. Vous pouvez accéder au rapport complet en français en cliquant sur le lien suivant : http://www.healthfinancingafrica.org/resources.html.

 

3. Plos – Politiques des médicaments essentiels de l’OMS et utilisation dans les pays à revenu faible et intermédiaire: une analyse des enquêtes de mise en œuvre et d’utilisation des politiques de médicaments

Titre original: Essential Medicines Policies and Use in Developing and Transitional Countries: An Analysis of Reported Policy Implementation and Medicines Use Surveys http://www.plosmedicine.org/article/info:doi/10.1371/journal.pmed.1001724

Kathleen Holloway and David Henry

L’utilisation sous-optimale des médicaments est un problème mondial de santé publique. Depuis 35 ans, l’OMS a encouragé des politiques de médicaments essentiels pour améliorer l’utilisation correcte (de qualité) des médicaments (UCM), mais la preuve de leur efficacité fait défaut, et l’adoption par les pays reste faible. Notre objectif était de déterminer si les politiques des médicaments essentiels de l’OMS sont associées à une meilleure UCM.

Méthodes et résultats

Nous avons comparé les résultats des enquêtes menées indépendamment dans les pays qui ont fait  et ceux qui n’ont pas fait de rapport sur la mise en œuvre des politiques des médicaments essentiels de l’OMS. Nous avons extrait des données des enquêtes dix indicateurs de l’UCM validés et 36 variables reportées par les pays et contenues dans les bases de données OMS de 2002-2008. Nous avons calculé la différence moyenne (en pourcentage) pour les indicateurs de l’UCM entre pays déclarants par rapport à ceux qui ne déclarent pas la mise en œuvre de politiques spécifiques. Les politiques associées à des effets positifs ont été inclus dans une régression d’un score composite d’UCM sur le nombre total des politiques mises en œuvre. Les données étaient disponibles pour 56 pays.

Vingt-sept des politiques ont été associées à une meilleure utilisation d’au moins deux points de pourcentage. Dix-huit politiques ont été associées à une meilleure utilisation (non ajustés p <0,05), dont quatre ont été associées à des différences positives de 10% ou plus: la formation universitaire des médecins dans les directives de traitement standard, la formation des infirmiers dans les directives de traitement standard, la création d’une unité unique au ministère de la santé pour promouvoir l’usage rationnel des médicaments, et la fourniture gratuite de médicaments essentiels aux patients.

Dans les analyses de régression, la richesse nationale était associée positivement avec le score composite d’UCM et le nombre de politiques rapportées comme étant mises en place dans le pays. Il y avait une corrélation positive entre le nombre de politiques (sur les 27 politiques avec un effet de taille supérieure à 2%) que les pays ont déclaré la mise en œuvre et le score composite d’UCM ( r = 0,39, IC à 95% 0,14 à 0,59, p = 0,003 ). Cette corrélation s’est affaiblie mais est restée significative après inclusion de la richesse nationale dans l’analyse en régression linéaire multiple. Plusieurs politiques étaient plus fortement associées avec un score d’UCM dans les 28 pays dont le revenu national brut par habitant était inférieur à la valeur médiane de 2333 US$ ( r = 0,43, IC 95% de 0,06 à 0,69, p = 0,023) que dans les 28 pays avec des valeurs supérieures à la médiane ( r = 0,22, IC à 95% -0,15 à 0,56, p = 0,261). Les principales limites de l’étude sont le recours à l’auto-évaluation de la mise en œuvre et les mesures de l’utilisation des médicaments de petites enquêtes. Bien que les données puissent être utilisées pour explorer l’association des politiques et l’utilisation des médicaments, ils ne peuvent pas être utilisés pour comparer les performances des pays.

 

Conclusions

Les politiques des médicaments essentiels de l’OMS sont associées à une meilleure UCM, en particulier dans les pays à faible revenu.

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.