Chers Lecteurs,

L’élection du futur Directeur régional OMS AFRO constitue le menu de cette semaine.

Ensuite vous lirez la Déclaration de l’OMS concernant la prise en charge de la fièvre Ebola, un article sur les facteurs qui influencent le processus de prise de décision des stratégies de lutte contre le paludisme et enfin un article sur un protocole de revue systématique.

Bonne semaine

Bonne Lecture

Basile Keugoung

 

Editorial: Election au poste de Directeur régional OMS AFRO, cinq candidats

par Basile Keugoung

La région OMS Afro connaitra entre le 1er et le 5 septembre au pays du « VODOO », son nouveau Directeur régional lors de la 64e session du Comité régional. Cinq candidats tenteront de recueillir le maximum de voix des 47 pays admis à participer aux élections. Il s’agit de Dr. Jean-Marie Okwo-Bele de la RDC, Pr  Thérèse Aya N’dri-Yoman de la Côte d’Ivoire, du Pr Dorothée Akoko Kindé-Gazard du Benin, du Dr Traoré Fatoumata Nafo du Mali et de la candidate du Botswana. Comme toutes les élections au monde, les candidats promettent, la main sur le cœur, font rêver,  d’ailleurs, ce sont les motifs de tout vote.

lire ici

 

Fièvre Ebola

 

1.  OMS- Considérations éthiques liées à l’utilisation d’interventions non homologuées contre la maladie à virus Ebola

http://www.who.int/mediacentre/news/statements/2014/ebola-ethical-review-summary/fr/

Déclaration
12 août 2014

L’Afrique de l’Ouest est en train de subir la flambée de virus Ebola la plus étendue, la plus sévère et la plus complexe enregistrée dans l’histoire. Les flambées de cette maladie peuvent être contenues en mettant en œuvre des interventions disponibles comme le dépistage et l’isolement précoces des cas, la recherche et le suivi des contacts et le respect de procédures rigoureuses de lutte contre l’infection. Néanmoins, disposer d’un traitement ou d’un vaccin spécifique serait un atout puissant pour contrer le virus Ebola.

Au cours de la dernière décennie, des efforts de recherche ont été consacrés à la mise au point de médicaments et de vaccins contre la maladie à virus Ebola. Certains des produits en cours de développement ont donné des résultats prometteurs en laboratoire, mais leur efficacité et leur innocuité n’ont pas encore été évaluées chez des êtres humains. Le grand nombre de personnes touchées par la flambée de 2014 en Afrique de l’Ouest et le fort taux de létalité ont suscité des appels à utiliser des interventions médicales encore à l’étude pour tenter de sauver les vies des malades et d’infléchir la tendance de l’épidémie.

C’est pourquoi, le 11 août 2014, l’OMS a convoqué une consultation pour examiner et évaluer les implications éthiques pour la prise de décisions cliniques de l’utilisation potentielle d’interventions non homologuées.

Dans les circonstances particulières de cette flambée et sous réserve que certaines conditions soient respectées, le groupe d’experts est parvenu par consensus à la conclusion qu’il était conforme à l’éthique de proposer comme traitement ou prophylaxie potentielle des interventions qui n’ont pas encore fait leurs preuves et dont l’efficacité et les effets indésirables sont encore inconnus.

Des principes éthiques devront guider la fourniture de ces interventions, dont notamment la transparence de tous les aspects des soins, le consentement éclairé, la liberté de choix, la confidentialité, le respect de la personne, la préservation de la dignité et l’implication de la communauté.

Pour en savoir plus sur l’innocuité et l’efficacité de ces interventions, le groupe a indiqué qu’au cas où elles seraient utilisées pour traiter des malades, il y aurait une obligation morale de collecter et de communiquer toutes les données générées, y compris celles relatives aux traitements délivrés à titre compassionnel (accès à un médicament non approuvé en dehors d’un essai clinique).

Les experts ont exploré les possibilités d’évaluer scientifiquement l’utilisation de ces interventions en cours d’étude pour garantir l’obtention en temps utile d’informations exactes sur leur innocuité et leur efficacité. Ils se sont accordés de manière unanime sur l’existence d’un devoir moral d’évaluer également ces interventions (pour le traitement ou la prévention) dans le cadre des meilleurs essais cliniques possibles dans ces circonstances, afin de prouver catégoriquement leur innocuité et leur efficacité ou de fournir des éléments conduisant à stopper leur utilisation. L’évaluation en cours devra guider les interventions futures.

En plus de ces conseils, le groupe d’experts a repéré des domaines requérant une analyse et un examen plus poussés, comme:

  • les moyens éthiques de collecter des données tout en s’efforçant de délivrer des soins optimaux dans les circonstances qui prévalent;
  • les critères éthiques pour définir des priorités dans l’utilisation de traitements ou de vaccins expérimentaux non homologués;
  • les critères éthiques pour parvenir à une distribution juste au sein des communautés et entre les pays, face à un nombre grandissant de nouvelles interventions possibles, dont aucune probablement ne sera en mesure de répondre à court terme à la demande.

Un compte-rendu de la réunion sera mis à la disposition du public le 17 août 2014.

 

Infectious diseases

2.  Malaria Journal – Facteurs influençant le processus de prise de décision politique pour le contrôle du paludisme au Kénya, en Ouganda et en Tanzanie

Titre original : Factors influencing malaria control policy-making in Kenya, Uganda and Tanzania

Clifford M Mutero et al. ;  http://www.malariajournal.com/content/13/1/305/abstract

 

Les politiques de lutte contre le paludisme sont souvent difficiles à prendre parce que les décideurs doivent soigneusement examiner une panoplie d’options et répondre aux besoins d’un grand nombre d’intervenants. Cette étude a évalué les facteurs et les objectifs spécifiques qui influent sur les décisions de politique de contrôle du paludisme, comme une première étape cruciale vers l’élaboration d’un outil d’analyse inclusive de la prise de décision de paludisme.

L’engagement national des intervenants à l’aide de questionnaires structurés a été effectué au Kenya, Ouganda et en Tanzanie. Les répondants ont été sélectionnés de manière raisonnée en ciblant les gestionnaires du ministère de la santé et les ONG dont les décisions politiques et les interventions peuvent avoir un impact sur le paludisme.

Les conclusions importantes à travers les pays ont révélé qu’il y a une croyance que les préférences et l’agenda des bailleurs exerçaient trop d’influence sur les politiques de paludisme dans les pays. Les répondants ont également pensé que certains objectifs pertinents tels que l’implication des parlementaires par le programme de contrôle du paludisme n’avait que peu de considération dans le processus de prise de décision.

Les facteurs qui influencent la prise de décision pour les stratégies de contrôle du paludisme sont l’agenda des bailleurs, les coûts, l’efficacité des interventions, l’impact sanitaire et environnemental, l’adhérence et l’acceptabilité des interventions, la pérennité des financements et la résistance des moustiques aux insecticides.

Les décideurs de contrôle du paludisme au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie tiennent compte de l’impact environnemental et sanitaire ainsi que des incidences financières des différentes stratégies d’intervention. L’implication des parlementaires et des autres décideurs est nécessaire afin d’accroître le financement interne, réduire la dépendance aux bailleurs, soutenir les interventions et consolider les acquis actuels dans la lutte contre le paludisme.

 

Talents Emergents (Emerging Voices)

3. Systematic reviews – Efficacité et sécurité des combinaisons antirétrovirales contenant l’abacavir comme traitement de première intention des enfants et adolescents infectés par le VIH : protocole de revue systématique

Titre original- Antiviral efficacy and safety of abacavir-containing combination antiretroviral therapy as first-line treatment of HIV-infected children and adolescents: a systematic review protocol

Olatunji O Adetokunboh et al. http://www.systematicreviewsjournal.com/content/3/1/87/abstract

 

Abacavir est l’un des inhibiteurs nucléosidiques recommandé pour le traitement des infections à VIH chez les enfants et les adolescents. Toutefois, certains pensent que l’efficacité antivirale de l’abacavir pourrait être faible par rapport aux autres inhibiteurs nucléosidiques surtout chez les enfants. Il y a aussi des préoccupations qu’abacavir peut conduire à des effets indésirables graves tels que des réactions d’hypersensibilité et des maladies cardiovasculaires.

Méthodes 

Nous ferons une revue systématique pour évaluer l’efficacité antivirale et la sécurité des médicaments contenant de l’abacavir dans la trithérapie antirétrovirale comme traitement de première intention des enfants infectés par le VIH âgés de 3 mois à 18 ans, par rapport aux autres inhibiteurs nucléosidiques. Nous rechercherons dans des bases de données Scopus, Cochrane Central Register of Controlled Trials, MEDLINE et Web of Science pour les études admissibles indépendamment du statut de langue ou de la publication. Nous vérifierons les listes bibliographiques des études incluses, les rapports des colloques de recherche, les auteurs des études incluses seront contactés par courriel et nous rechercherons également les essais non publiés et en cours dans les registres d’essais cliniques prospectifs. Deux auteurs liront indépendamment les résultats de la recherche, sélectionneront les études, vont extraire des données et évaluer le risque de biais dans les études incluses. Tous les désaccords seront résolus par la discussion et le consensus. Lorsque les données le permettent, nous mènerons une méta-analyse pour des participants similaires, les plans d’études, des interventions et des résultats similaires. Si les résultats sont statistiquement homogènes, nous utiliserons le modèle à effets fixes ; dans le cas contraire, nous utiliserons le modèle à effets aléatoires pour  explorer les raisons de l’hétérogénéité en utilisant des analyses de sous-groupes. Hétérogénéité sera évaluée avec le test de Khi-carré et quantifiée avec la statistique ‘I’ au carré.

Les résultats seront utiles aux décideurs et aux responsables de programmes VIH/SIDA pour clarifier les informations sur le traitement et la gestion du VIH chez les enfants et adolescents et pour identifier les lacunes pour de futures recherches.

 

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.