La Coupe du Monde de football au Brésil connait ses finalistes: Allemagne et Argentine. Il n’y aura donc pas un ‘noviste’ en finale. L’Europe et l’Amérique se disputeront encore le précieux trophée. Le temps n’est pas au pronostic car chacun des deux pays possède des atouts indéniables qui peuvent lui permettre de gagner. La balle sera ronde et le terrain plat pour tous. Chaque joueur sera autorisé à marcher, courir, sauter, frapper sur le ballon avec toutes les parties du corps sauf les membres supérieurs. Les joueurs et les arbitres auront au moins 90 minutes pour mener  ces activités physiques. Dans les gradins, des milliers de spectateurs vont sautiller, applaudir et crier pour encourager leur équipe.

Au-delà du football, le sport sortira vainqueur et nous rappellera la nécessité de faire des activités physiques de façon régulière pour lutter ou prévenir de nombreuses maladies chroniques non transmissibles. En effet, le diabète, l’hypertension artérielle et d’autres maladies cardiovasculaires menacent aujourd’hui la santé individuelle et publique. Les experts sont unanimes sur la contribution de la sédentarité. En effet, la population urbaine augmente, les moyens de transport se multiplient. En Afrique sub-saharienne, l’utilisation de la moto dans les villes et les campagnes s’est accrue et les petites distances jadis couvertes par une marche à pied sont devenues des trajets desservis par les motos. Elles ont l’avantage de passer plus facilement sur les pistes, sentiers, et même les mauvaises routes, d’être rapides  et le coût du transport est plus abordable. En plus, les motos peuvent faufiler entre les embouteillages souvent interminables aux heures de pointe.

Si jadis, le diabète ou l’hypertension étaient considérés comme les maladies du ‘riche’, ils touchent aujourd’hui autant le pauvre que le riche car le pauvre est devenu donc aussi sédentaire que le riche. Le régime alimentaire du pauvre contient autant de graisses voire d’alcool que celui du riche. Le riche se déplace en voiture et le pauvre à moto. Donc tous sont sédentaires.

Malheureusement, le pauvre n’a pas les moyens pour faire le lourd et cher bilan de laboratoire, ni pour acheter régulièrement les médicaments, ou rencontrer les meilleurs spécialistes. En plus, il est plus exposé aux maladies infectieuses car ils habitent plus dans les bidonvilles où l’hygiène et la salubrité laissent à désirer. Dans bon nombre de pays d’Afrique sub-saharienne, l’accès aux soins est conditionné par les paiements directs par le malade.

La Coupe du monde du Football devrait donc nous interpeller pour que nous fassions régulièrement des activités physiques pour réduire notre sédentarité et améliorer notre santé. Elle devrait aussi interpeller les gouvernements (nationaux, régionaux et locaux) pour qu’ils mettent en place des infrastructures permettant aux populations d’être physiquement plus actifs.  D’ailleurs, en créant de petits stades dans chaque Commune, le football gagnerait à travers la pratique régulière de ce sport par les jeunes et ceci permettrait de détecter des futurs Eto’o Fils, Messi, Neymar, Ronaldo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.