Dr TAPTUE rapporte dans l’éditorial de cette semaine, une expérience du financement basé sur la performance (FBP) en zone urbaine, à Douala au Cameroun.  Cette stratégie contribue à réguler le secteur privé et à l’aligner sur les objectifs de finalité publique, notamment l’amélioration de la qualité des soins et l’offre des soins préventifs telle que la planification familiale (PF). Avant le démarrage du FBP, les FOSA privées ne se focalisaient que sur des soins curatifs et la qualité des soins qu’elles offraient aux populations était faible.

Vous trouverez ensuite cinq autres articles qui forment le menu de la Newsletter de cette semaine. Ces articles traitent de la santé maternelle, de la gratuité des soins, de l’efficacité des méthodes d’autopsie verbale et de l’hypertension artérielle.

Pour L’Equipe éditoriale

Basile Keugoung

 

Editorial – Le Financement Basé sur la Performance peut-il aligner le secteur privé sur les objectifs de finalité publique ?

Par TAPTUE FOTSO Jean Claude

MD, MPH – Manager de l’Agence d’Achat des Performances du Fonds Régional Pour la Promotion de la Santé du Littoral, Douala, Cameroun

Lire ici

 

Santé maternelle

1. OMS – Mobiliser les communautés pour améliorer la santé maternelle: résultats d’une intervention dans les zones rurales de la Zambie

Titre original: Mobilizing communities to improve maternal health: results of an intervention in rural Zambia

Source : http://www.who.int/bulletin/volumes/92/1/13-122721.pdf

Tim Ensor et Al.

Par Bangaly Doumbouya

Il s’agissait de déterminer si une intervention communautaire complexe dans les zones rurales de la Zambie a amélioré la compréhension de la santé maternelle et augmenté l’utilisation des services de soins de santé maternelle.

L’intervention a eu lieu dans six districts ruraux choisis par le ministère de la Santé zambien. Cela impliquait des discussions communautaires sur le thème de la grossesse et de l’accouchement sans danger, dirigées par des bénévoles formés, ainsi que la fourniture de transports d’urgence. Les bénévoles ont travaillé par le biais des groupes d’action pour une maternité sans risque existants, créés par le gouvernement. Les indicateurs de santé maternelle de référence ont été obtenus auprès de femmes dans les districts de l’intervention (n = 1 775) et dans les districts témoins (n = 1 630). Les effets de l’intervention sur ces indicateurs ont été évalués à l’aide d’une approche de la différence du deuxième degré quasi expérimentale, qui implique l’appariement et l’ajustement des coefficients de propension, tels que le niveau d’étude, la richesse, la parité, l’âge et la distance pour se rendre à un établissement de soins de santé.

Les auteurs ont noté que la comparaison de la différence du deuxième degré a montré l’intervention à associer aux augmentations significatives des indicateurs de santé maternelle: 14–16% du nombre des femmes qui savaient quand demander des soins prénatals; 10–15% du nombre des femmes qui connaissaient trois signes de dangers obstétricaux; 12–19% du nombre des femmes qui ont utilisé un transport d’urgence; 22–24% des accouchements impliquant un accoucheur qualifié; et 16–21% des accouchements dans un établissement de soins de santé. Le taux d’abandon des bénévoles était faible. Le coût marginal estimé par accouchement supplémentaire impliquant une sage-femme était d’environ 54 dollars, ce qui est comparable aux autres interventions côté demande dans les pays en voie de développement.

Au total, il a été conclue que l’intervention communautaire était associée à des améliorations significatives des connaissances des femmes sur les soins prénatals et des signes de dangers obstétricaux, l’utilisation des transports d’urgence et les accouchements impliquant des accoucheurs qualifiés.

 

2. USAID – L’USAID annonce un financement pour prévenir et  réparer les fistules obstétricales

Titre original : USAID Announces new award to prevent and repair obstetric fistula

USAID press release

Par Basile Keugoung

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) annonce l’attribution du projet Fistula Care Plus pour EngenderHealth et son partenaire institutionnel, le Conseil de la population.

Fistula Care Plus est un accord de coopération de cinq ans avec un plafond de 74,49 million US$. L’objectif global du projet est de renforcer la capacité du système de santé pour la prévention de la fistule, la détection, le traitement et la réinsertion en Afrique sub-saharienne et en Asie du Sud. Les activités commenceront immédiatement au Bangladesh, en République Démocratique du Congo, en Sierra Leone, au Niger, au Nigeria et en Ouganda. Le projet permettra de renforcer les environnements pour permettre de prévention et de traitement de la fistule, accroître la sensibilisation et le soutien pour les femmes et les jeunes filles souffrant de fistules communauté, de réduire les obstacles à l’accès à la prévention, la détection et les soins, et d’améliorer la base de données probantes pour les approches pour améliorer les soins de la fistule. Les activités seront axées sur de nouveaux partenariats, des innovations et des approches durables.

Depuis 2004, l’USAID a financé plus de 33000 chirurgies réparatrices des fistules et a formé des milliers de personnes, y compris les chirurgiens, les infirmières et les soins de santé et des travailleurs de proximité, sur la chirurgie et les soins réparation de la fistule.

 

Politiques et Financement de la santé

3. The European Journal of Health Economics- Impact des politiques d’exemption des paiements directs sur les paiements directs des familles: evidences contre l’hypothèse d’inéquité inverse à partir d’une enquête populationnelle au Burkina Faso

Titre original: The impact of user fee removal policies on household out-of-pocket spending: evidence against the inverse equity hypothesis from a population based study in Burkina Faso

Ridde V et al.

Par Basile Keugoung

L’abolition des paiements directs a été évaluée par rapport à son impact sur l’accès aux soins et rarement par rapport aux dépenses des ménages surtout des plus pauvres liées aux paiements directs. Cette étude évalue l’impact de la politique de réduction des frais d’accouchements dans les formations sanitaires mise en œuvre depuis 2007. Ces frais s’élevaient à 900 francs CFA pour tous et étaient gratuits pour les plus pauvres. Tenant compte des difficultés de mise en œuvre d’une telle politique, nous voulons tester l’hypothèse que la politique de réduction des coûts a favorisé le moins pauvre que le pauvre.

Nous avons utilisé les données de six rounds consécutifs d’enquêtes ménages effectuées entre 2006-2011 dans le district de santé de Nouna. Les données primaires sont la proportion des ménages exemptés (20% des plus pauvres) et le niveau des dépenses de ménages pour les accouchements dans les formations sanitaires. L’estimation de l’effet est basée sur le modèle de sélection de Heckman. Ce modèle permet d’estimer des changements dans les paiements directs dans différentes strates socioéconomiques en relation avec les changements dans l’utilisation des services engendrée par la politique.

Au total, 2316 femmes ont accouché entre 2006 et 2011. Les dépenses des ménages ont baissé de 3287 FCFA en 2006 à 1523 FCFA en 2011 sans différence significative entre les niveaux socioéconomiques en termes de ménages bénéficiant de la gratuité totale ou de montant payé. Les paiements étaient régressifs et supérieurs aux 900 FCFA prévus.

La politique a permis une réduction significative et maintenue des paiements directs dans tous les groupes socioéconomiques mais n’a pas pu ciblé les plus pauvres pour que le système de paiement soit progressif.

 

Recherche

4. OMS – Renforcement du système de santé et sensibilisation, traitement et contrôle de l’hypertension: données de l’étude longitudinale de la santé et de la retraite en Chine (CHARLS)

Titre original : Health system strengthening and hypertension awareness,  treatment and control: data from the China Health and Retirement  Longitudinal Study

Source: http://www.who.int/bulletin/volumes/92/1/13-124495.pdf

Auteurs : Xing Lin Feng, Mingfan Pang & John Beard

Par Bangaly Doumbouya

L’objectif était de surveiller la prévalence, la sensibilisation, le traitement et le contrôle de l’hypertension en Chine deux à trois ans après une réforme majeure du système de santé.

Les données d’une enquête nationale menée en 2011-2012 auprès de Chinois âgés de 45 ans ou plus (qui comprenait des mesures anthropométriques détaillées) ont été utilisées pour estimer la prévalence de l’hypertension et les pourcentages de patients souffrant d’hypertension, qui ne connaissaient pas, ne recevaient pas de traitement et/ou ne surveillaient pas correctement leur hypertension. Des modèles de Poisson modifiés ont été utilisés pour estimer les risques relatifs (RR).

L’étude a revélé qu’au moment de l’enquête, près de 40% des individus chinois âgés de 45 ans ou plus présentaient un trouble de l’hypertension. Parmi les personnes souffrant d’hypertension, plus de 40% ignoraient leur maladie, environ 50% ne recevaient aucun médicament pour la traiter et environ 80% ne la surveillaient pas correctement. En comparaison avec les autres individus souffrant d’hypertension, ceux qui étaient affiliés à des régimes d’assurance couvrant les coûts des soins ambulatoires étaient plus susceptibles d’être au courant de leur hypertension (RR ajusté, rra: 0,737; intervalle de confiance à 95%, IC: 0,619 à 0,878), à recevoir un traitement pour la traiter (rra: 0,795; IC à 95%: 0,680 à 0,929) et à la contrôler efficacement (rra: 0,903; IC à 95%: 0,817 à 0,996).

En Conclusion, les auteurs ont déclaré qu’en Chine, de nombreux cas d’hypertension restent non détectés et non traités, même si le système de santé semble offrir des soins efficaces aux personnes qui savent qu’elles souffrent d’hypertension. Une réduction des coûts des soins ambulatoires prodigués aux patients pourrait probablement améliorer la gestion de l’hypertension en Chine.

 

5. BMC Medicine – Utilisation de l’autopsie verbale pour mesurer les causes du décès: analyse comparative avec les méthodes existantes

Titre original- Using verbal autopsy to measure causes of death: the comparative performance of existing methods

Christopher Murray et al.;

http://www.biomedcentral.com/1741-7015/12/5

Par Basile Keugoung

Plusieurs méthodes sont utilisées pour rechercher la cause du décès. L’autopsie verbale est l’une des méthodes mais son application est limitée par l’incertitude sur sa validité.

L’étude a investigué la validité de  méthodes d’autopsie verbales d’identification de la cause du décès : InterVA-4, Random Forest (RF), Simplified Symptom Pattern (SSP), Tariff method (Tariff), and King-Lu (KL). En plus, nous avons revu les fiches d’autopsie verbale de 12535 cas où la cause de décès était réellement établie. Pour les adultes, les enfants, les nouveau-nés et les mort-nés, la performance était évaluée séparément en utilisant la sensibilité, la spécificité, le Kappa, et la corrélation corrigée liée à la chance.

Trois méthodes de diagnostic automatique Tariff, SSP, and RF, mais pas InterVA-4 sont meilleures que la revue des formulaires d’autopsie verbale par un médecin dans tous les groupes (RFAM), les sites d’études et pour la majorité des causes de décès.

– Pour les adultes, la précision de la cause de mortalité spécifique allait d 0,764 à 0,770 comparé à 0,680 pour la RFAM et 0,625 pour InterVA-4. La corrélation corrigée liée à la chance variait de 49,2% à 54,1% comparé à 42,2% pour la RFAM, et 23.8% pour InterVA-4.

– Pour les enfants, la précision était de 0,783 pour Tariff, 0,678 pour la RFAM, et 0,520 pour InterVA; La corrélation corrigée liée à la chance était de 52,5% pour Tariff, 44,5% pour RFAM, et 30,3% pour InterVA.

– Pour les nouveau-nés, la précision était de 0,817 for Tariff, 0,719 pour la RFAM, et 0,629 pour InterVA; La corrélation corrigée liée à la chance variait de 47,3% à 50.3% pour les trois méthodes, 29,3% pour RFAM, et 19,4% pour InterVA.

La revue des questionnaires d’autopsie verbale par un médecin est moins précise que les méthodes automatiques informatiques pour identifier les causes de décès au niveau individuel et populationnel. La méthode Tariff est plus performante que les autres méthodes et devrait être largement appliquée dans les systèmes de surveillance de routine de la mortalité qui ont des pratiques de certification des décès de faible qualité.

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.