Cette semaine, des participants du Cours de Politiques Internationales de santé, IMT, Anvers nous donnent une réflexion sur la population galopante de certains pays en Afrique sub-saharienne, aubaine ou menace ? A vous de juger.

Nous avons résumé des articles sur les prix actuels des vaccins, et la lutte contre le paludisme. Ensuite, concernant les Politiques et le financement de la santé, vous trouverez un article sur l’influence du secteur privé sur l’émigration des médecins et l’impact financier des soins obstétricaux d’urgence sur les dépenses des ménages.

Bonne Lecture

L’Equipe Editoriale

 

Vous pouvez envoyer ce lien suivant à des collègues pour les inviter à s’inscrire et recevoir la Lettre chaque semaine : http://eepurl.com/eCpys

 

Editorial – 170 million de voisins Nigérians en 2012 ou 400 million à l’horizon 2050: aubaine ou menace?

Par Rodrigue Kohoun, Razack Adonon, et Catherine Lucet, Cours de Politiques Internationales de santé, IMT, Anvers

Lire ici

 

Vaccins

1. BMJ (blog) – Vaccins et pays en développement: pourquoi des prix élevés?

Titre original- Vaccines and developing countries: why the high prices?

Kate Elder & Jennifer Cohn;

http://blogs.bmj.com/bmj/2013/04/23/kate-elder-and-jennifer-cohn-vaccines-in-developing-countries-why-the-high-prices/

Par Basile Keugoung

Les leaders mondiaux pour la santé se sont réunis à Abu Dhabi les 24 et 25 Avril pour pour discuter de réalisations récentes pour la vaccination et pour chercher des moyens d’élargir l’impact de la vaccination des enfants dans la décennie des vaccins.

Grace à la vaccination,  environ de 2 à 3 million de vies ont été sauvées chaque année. Mais d’énormes lacunes demeurent. En 2011,  plus de 22 million d’enfants n’ont pas reçu tous les vaccins de base recommandés par l’OMS.

Bien que les vaccins sont souvent appelés «meilleur prix» dans la santé publique, le coût global de l’emballage des vaccins a grimpé en flèche durant la dernière décennie, passant de 1,37 US$ en 2001 (pour vacciner contre six maladies) à 38 US$ en 2011 (pour 11 maladies) –une  augmentation de 2700%. Les deux nouveaux vaccins, le vaccin antipneumococcique conjugué (VAP) et le vaccin contre le rotavirus (contre les diarrhées), représentent plus de 70% du coût de l’actuel paquet. Alors que 7 US$ par dose de VAP (ou 21 $ US pour les trois doses recommandées) peut ne pas sembler élevé, c’est un grand saut comparé à 0,25 US$ pour une dose de vaccin contre la rougeole. Une telle tendance n’est pas viable, et a c risques en laissant plus d’enfants derrière les programmes vaccination lutte sous le poids comme risque de laisser des enfants non vaccinés à cause de ces coûts accrus.

Alors pourquoi les nouveaux vaccins sont tellement plus chers? Eh bien, nous ne savons tout simplement pas. Dans le cadre du modèle d’affaires actuel, les prix des vaccins et des médicaments sont basés sur les coûts de la recherche et de fabrication. Certains nouveaux vaccins sont plus compliqués à produire que les plus âgés, ce qui contribue à leur coût plus élevé. Mais les fabricants de vaccins ne publient pas leurs coûts de recherche et de fabrication, une pratique qui rend l’industrie vaccin une des plus opaques du secteur de la santé. Et sans cette information essentielle, il n’existe aucune base objective pour les acheteurs de négocier un prix juste et approprié.

Les efforts visant à accroître la transparence sur les prix des vaccins, même pour les produits achetés par les fonds publics, ont été une montés. Un premier succès notable: en 2011, la Division des approvisionnements UNICEF a publié des données sur 10 ans sur les prix payés pour les vaccins (certaines entreprises ont refusé d’inclure leurs prix), révélant des écarts importants entre les fabricants.

Nous savons, cependant, que les blockbusters tels que Prevnar 13,  a eu d’énormes réussites. Prevnar 13 est l’une des grandes firmes de vente des vaccins au Monde avec 3,72 milliards US$  en de vente en 2012; son chiffre d’affaires devrait atteindre 6,75 milliards de dollars en 2018.

Un effort pour réduire les coûts et de stimuler l’adaptation de nouveaux vaccins pour les pays en développement est l’Engagement d’Achat à l’Avance de Vaccins (AAV) conçu par l’Alliance GAVI. GAVI a lancé l’initiative d’AAV en 2009 pour inciter à la recherche, répondre aux besoins des pays pauvres en créant un marché subventionné pour les producteurs. Jusqu’à présent, ce programme pilote a permis d’accélérer l’introduction du VAP dans les pays en développement et à distribuer 82 millions de doses. Une analyse indépendante récente a conclu que la subvention était probablement plus élevé que nécessaire pour inciter les grandes sociétés pharmaceutiques à négocier, ce qui entraîne des marges bénéficiaires importantes pour ces fabricants sans réductions suffisantes de prix. Les évaluateurs ont également noté que l’évaluation de l’AAV en matière de négociations de prix était difficile en raison du manque d’information sur les investissements en capital et les coûts de fabrication.

Pourtant, même ce prix AAV n’est disponible que pour GAVI directement. Bien que MSF vaccine plus de 10 millions d’enfants chaque année, y compris certaines des populations les plus vulnérables que d’autres programmes de vaccination n’atteignent pas, MSF ne peut pas acheter le VAP au prix GAVI, malgré près de cinq ans de va et vient des discussions avec les fabricants de vaccins, la même chose vaut pour les autres acteurs médicaux dans ces milieux.

Un pas vers la réduction de ce problème serait de GAVI Alliance d’étendre ses prix négociés aux organisations humanitaires médicales travaillant dans les pays qu’elle soutient. Comme le plus gros acheteur de nouveaux vaccins pour les pays en développement, GAVI pourrait tirer parti de sa part de marché à d’autres organismes d’achat et la livraison des vaccins dans ces milieux difficiles.

La boîte à outils actuelle de vaccins offre la promesse de réduire considérablement la morbidité pour les enfants du monde, mais cette promesse ne sera jamais réalisée sans des changements importants à la façon dont les vaccins sont vendus pour les pays à faible et moyen revenu. Il est grand temps de mettre fin aux prix prohibitifs, aux négociations à huis clos, et à des offres qui excluent les acteurs qui vaccinent des des enfants à risque du monde, et à la place, de considérer les besoins des enfants comme priorité.

Paludisme

2. Malaria (Commentary) – Il est temps de revoir les stratégies de lutte contre le paludisme

Titre original: It is time to rethink tactics in the fight against malaria

Laurence Slutsker et al.;

http://www.malariajournal.com/content/12/1/140/abstract

Par Basile Keugoung

Pour les auteurs, le contrôle du paludisme est l’un des succès de cette dernière décennie en santé mondiale. Il y a eu une augmentation du financement pour les moustiquaires imprégnées d’insecticides, les médicaments efficaces, le traitement préventif pour les femmes enceintes, et la pulvérisation intra-domiciliaire d’insecticides. Ceci a permis de sauver plus d’un million de vie. La morbidité et la mortalité ont réduit de 25% dans le monde (33% en Afrique sub-saharienne et 50% dans certains pays financés par PEPFAR). Au-delà de ces succès, 660000 personnes meurent encore de paludisme dans le monde. Le thème de la Journée Mondiale de lutte contre le paludisme ‘Investir dans le futur, gagner le paludisme’ donne la nécessité de maintenir le combat.

Avec la baisse de la prévalence, les programmes de lutte contre le paludisme et les partenaires devraient adapter leurs stratégies de lutte pour progresser vers l’élimination. La recherche active des cas et leur traitement sont déjà mise en œuvre dans certains pays. C’est seulement à ce prix que le paludisme pourrait être vaincu.

 

3. WHO – L’OMS lance une réponse d’urgence à la résistance aux antipaludiques

Titre original: WHO launches emergency response to antimalarial drug resistance

http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2013/world_malaria_day_20130424/en/index.html

Par Basile Keugoung

Lors de la Journée mondiale du paludisme, le 25 Avril, l’OMS reconnaît les réalisations importantes en matière de prévention et de lutte contre le paludisme, y compris dans les pays les plus touchés en Afrique subsaharienne, mais met en évidence la menace de la résistance aux antipaludiques dans le Sud de la sous-région du Grand Mékong en Asie de l’Est, où une intervention d’urgence est en cours de lancement.

La résistance aux antipaludiques

La résistance aux antipaludiques est devenue le premier un problème mondial dans les années 1960 lorsque le parasite a développé une résistance à la chloroquine, puis largement utilisé antipaludique. Resistance apparu d’abord dans le bassin du Mékong et s’est ensuite étendue à l’Afrique, déclenchant une augmentation spectaculaire de la morbidité et la mortalité liée au paludisme – en particulier chez les enfants.

Aujourd’hui, le traitement de choix est la combinaison à base d’artémisinine (ACT). La résistance à l’ACT a maintenant été identifiée au Cambodge, au Myanmar, en Thaïlande et au Viet Nam. Bien que des efforts importants sont en cours pour développer de nouvelles classes de médicaments antipaludiques, il n’y a pas de produits de remplacement à l’horizon immédiat.

Intensifier la riposte dans le bassin du Mékong

L’OMS lance une nouvelle intervention d’urgence à l’artémisinine. S’appuyant sur Plan mondial OMS 2011 pour le confinement de résistance à l’artémisinine, ainsi que d’une évaluation multi-partenaire des efforts de confinement à ce jour, le cadre d’intervention d’urgence guidera une mise à l’échelle majeure des stratégies recommandées par l’OMS pour lutter contre cette résistance.

Le cadre exhorte les pays touchés à éliminer les médicaments antipaludiques de mauvaise qualité et des monothérapies à base d’artémisinine par voie orale de la circulation, car leur utilisation compromet à la fois l’efficacité de l’artémisinine et les médicaments combinés. Selon la dernière évaluation de l’OMS ce mois-ci, au moins 31 entreprises à travers le monde commercialisent des monothérapies. Au niveau mondial, 44 pays ont retiré l’autorisation de commercialisation de ces pilules, mais 14 pays continuent de permettre leur commercialisation.

L’intervention d’urgence, qui comprend également la création d’un pôle régional de l’OMS à Phnom Penh pour soutenir les efforts de confinement, a reçu le soutien financier de la Fondation Bill & Melinda Gates et AusAID. En outre, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a récemment annoncé l’affectation de 100 millionUS$ pour lutter contre cette menace au cours des trois prochaines années.

Alors que ce sont des étapes importantes, l’OMS estime actuellement que près de 300 à 350 million US$ de financement additionnel serait nécessaire entre 2013-2015 pour assurer efficacement les activités de confinement et de lutte contre le paludisme dans les pays touchés dans le bassin du Mékong.

Besoin de financement global de la lutte contre le paludisme

Au total, on estime que 5,1 milliard US$ sont nécessaires chaque année entre 2011 et 2020 pour atteindre l’accès universel à la prévention du paludisme, des tests de diagnostic et de traitement dans le monde entier. Bien que de nombreux pays ont augmenté le financement national de lutte contre le paludisme, le financement mondial total disponible est demeuré à 2,3 milliard US$ en 2011 – moins de la moitié requise. Beaucoup de personnes n’ont toujours pas accès aux mesures de prévention –  et sont incapables d’obtenir des tests de diagnostic et des médicaments efficaces pour traiter le paludisme. Tout aussi inquiétant, il y a un réel danger que le récent ralentissement dans les marchés de moustiquaires pourrait conduire à des résurgences et les épidémies.

En 2012, la transmission du paludisme a eu lieu dans 99 pays et territoires à travers le monde, en mettant soit environ 3,3 milliard de personnes à risque de maladie. En 2010, on estime que 219 million des cas sont survenus au niveau mondial (extrêmes: de 154 à 289 million) alors que la maladie a tué environ 660 000 personnes (extrême: 490 000-836 000), principalement des enfants de moins de cinq ans.

Le bassin du Mékong comprend le Cambodge, la province chinoise du Yunnan et la Région autonome Zhuang du Guangxi, Laos, Myanmar, Thaïlande et Viet Nam. La résistance à l’artémisinine a été détectée dans quatre pays: le Cambodge, le Myanmar, la Thaïlande et le Viet Nam.

Politiques et Financement de la santé

4. OMS – Contributions du secteur privé et leur effet sur l’émigration des médecins dans les pays en voie de développement

Lawrence C Loh, Cesar Ugarte-Gil & Kwame Darko

Titre original:  Private sector contributions and their effect on physician emigration

in the developing world

http://www.who.int/bulletin/volumes/91/3/12-110791.pdf

Par Bangaly Doumbouya

La contribution apportée par le secteur privé aux soins de santé dans les pays à revenu faible ou intermédiaire peut modifier les taux d’émigration des médecins de ces pays. L’importance croissante du secteur privé dans les soins de santé dans les pays en voie de développement a suscité un regain d’intérêt académique dans les influences de ce secteur sur de nombreux aspects des systèmes de santé. La croissance de l’émigration des médecins des pays en voie de développement a conduit à plusieurs tentatives d’identifier à la fois les facteurs qui incitent les médecins à émigrer et les effets de l’émigration des médecins sur les soins primaires et la santé de la population dans les pays qu’ils quittent. Lorsque les données pertinentes sur les économies émergentes du Ghana, de l’Inde et du Pérou ont été étudiées, il est apparu que la proportion de médecins qui participent à la prestation des soins privés, le pourcentage de dépenses de santé financées publiquement et le montant du financement des soins de santé privés par habitant ont été chacun inversement proportionnels au taux d’expatriation des médecins. Ainsi, la prestation et le financement de soins de santé privés peuvent réduire l’émigration des médecins. Il existe clairement un besoin de recherches similaires dans d’autres pays à revenu faible et intermédiaire, ainsi que d’études pour voir si, au niveau du pays, les tendances temporelles de la contribution aux soins de santé par le secteur privé peuvent être liées aux tendances correspondantes de l’émigration des médecins. Les façons dont les soins de santé privés peuvent être associés à des problèmes d’accès pour les pauvres et, par conséquent l’équité réduite, méritent également une enquête plus approfondie. Les résultats devraient intéresser les décideurs politiques qui visent à améliorer les systèmes de santé à travers le monde.

 

5. OMS – Soins obstétricaux d’urgence au Mali: les dépenses catastrophiques et leurs effets appauvrissants sur les ménages

Catherine Arsenault et al.

Titre original: Emergency obstetric care in Mali: catastrophic spending and its

impoverishing effects on households

Source : http://www.who.int/bulletin/volumes/91/3/12-108969.pdf

Par Bangaly doumbouya

L’objectif est d’étudier la fréquence des dépenses catastrophiques en soins obstétricaux d’urgence, explorer leurs facteurs de risque et évaluer l’effet de ces dépenses sur les ménages dans la région de Kayes, au Mali.

Les données de 484 urgences obstétricales (242 décès et 242 accidents évités de justesse) ont été recueillies sur la période 2008-2011. Les dépenses catastrophiques en soins obstétricaux d’urgence ont été évaluées à différents niveaux, et leurs facteurs associés ont été étudiés par régression logistique. Une enquête a ensuite été effectuée auprès d’un échantillon imbriqué de 56 ménages, afin de déterminer comment les dépenses catastrophiques les avaient affectés.

Malgré la politique d’exonération de frais pour les césariennes et le système de maternité de référence, conçu pour réduire la charge financière des soins obstétricaux d’urgence, les dépenses moyennes étaient de 152 US$ (équivalent à 71 535 FCFA), et 20,7% à 53,5% des ménages faisaient face à des dépenses catastrophiques. Des dépenses élevées pour les soins obstétricaux d’urgence ont forcé 44,6% des ménages à réduire leur consommation alimentaire, et 23,2% d’entre eux étaient encore endettés, dix mois à deux ans et demi plus tard. Vivre dans des zones rurales reculées était associé au risque de dépenses catastrophiques, ce qui montre que le système de référence ne peut éliminer les obstacles financiers pour les ménages éloignés. Les femmes ayant subi une césarienne ont continué à faire face à des dépenses catastrophiques, en particulier lorsque les médicaments prescrits n’étaient pas inclus dans les kits de césarienne fournis par le gouvernement.

Le fait que les soins obstétricaux d’urgence soient difficilement accessibles et peu abordables a des conséquences au-delà des décès maternels. Fournir gratuitement des médicaments et passer à un système de référence plus durable, financé au niveau national permettrait de réduire les dépenses catastrophiques pour les ménages en situation d’urgence obstétricale.

 

 

 

 

 

 

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.