Le 28 avril 2013 s’est célébrée la Journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail. L’Editorial de Basile Keugoung revient sur cette importante Journée mondiale.

Vous trouverez ensuite 3 articles qui traitent des maladies infectieuses notamment la rougeole, la polio, le paludisme. Ensuite, nous vous proposons un article très intéressant sur la place du leadership des équipes cadres de district dans la performance des districts de santé. Enfin, deux articles sur la santé maternels vous sont offerts.

Bonne Lecture

Vous pouvez envoyer ce lien suivant à des collègues pour les inviter à s’inscrire et recevoir la Lettre chaque semaine : http://eepurl.com/eCpys

Conférence sur les 25 ans après la Déclaration d’Harare sur le renforcement des districts de santé, cliquer Envoyez vos abstracts au plus tard le 15 mai 2013.

 

Editorial – 28 avril : Journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail

Par Basile Keugoung

Lire ici

Rougeole

 

1. OMS – Identifier les zones à haut risque d’épidémies sporadiques de rougeole: les leçons de l’Afrique du Sud

 Benn Sartorius, C Cohen, T Chirwa, G Ntshoe, A Puren & K Hofman

Titre original: Identifying high-risk areas for sporadic measles outbreaks:

lessons from South Africa

Source : http://www.who.int/bulletin/volumes/91/3/12-110726.pdf

Par Bangaly Doumbouya

Les auteurs envisageaient mettre au point un modèle permettant d’identifier les zones à haut risque d’épidémies sporadiques de rougeole, sur la base d’une analyse des facteurs associés à une épidémie nationale en Afrique du Sud, entre 2009 et 2011.

Les données sur les cas survenus avant et pendant l’épidémie nationale ont été obtenues auprès du programme sud-africain de surveillance de la rougeole, et les données sur la vaccination contre la rougeole et la taille de la population auprès du système d’informations sanitaires des districts. Un modèle hiérarchique bayésien de Poisson a été utilisé pour étudier l’association entre le risque de rougeole chez les nourrissons dans un district et la couverture vaccinale pour la première dose, la densité de la population, la prévalence sous-jacente de l’infection par VIH et l’échec attendu de la séroconversion. Les projections du modèle ont été utilisées pour identifier les nouvelles zones à haut risque en 2012.

Un schéma spatial clair des zones à haut risque a été observé, avec de nombreuses zones interconnectées (c’est-à-dire voisines). Un risque accru d’épidémie de rougeole a été significativement associé à la constitution préalable d’une population vulnérable ainsi qu’à la densité de population. Le risque était aussi élevé lorsque plus de 20% des nourrissons dans une zone fortement peuplée n’avaient pas reçu une première dose du vaccin. Le modèle a été en mesure d’identifier les zones à haut risque d’épidémie de rougeole en 2012, ainsi que là où des mesures préventives supplémentaires pourraient être prises.

L’épidémie de rougeole en Afrique du Sud a été associée à la constitution d’une population vulnérable (en raison d’une couverture vaccinale médiocre), à la prévalence élevée de l’infection par le VIH et à une forte densité de population. Le modèle prédictif développé pourrait être appliqué à d’autres contextes sensibles aux épidémies sporadiques de rougeole et à d’autres maladies qui peuvent être prévenues par la vaccination.

 

Paludisme

2. Cahiers d’Etudes et de Recherches Francophones / Santé  –  Usage des antipaludiques en automédication pour le traitement de la fièvre chez les enfants au Gabon

http://www.jle.com/fr/revues/sante_pub/san/e-docs/00/04/74/55/article.phtml

Denise Patricia Mawili-Mboumba, Marielle Karine Bouyou-Akotet, Maryvonne Kombila

La lutte contre le paludisme a été entravée par le développement de la résistance de Plasmodium falciparum aux antipaludiques. L’un des axes des nouvelles stratégies de lutte recommandées par l’OMS est l’utilisation rationnelle et appropriée des combinaisons thérapeutiques à base de dérivés d’artémisinine (CTA) pour le traitement du paludisme simple, afin de retarder l’apparition de nouvelles souches de parasites résistants. L’automédication qui favorise le développement de la résistance aux antipaludiques doit être contrôlée au sein des populations vivant en zone d’endémie. L’objectif de la présente étude était d’estimer la fréquence d’utilisation des antipaludiques en automédication dans une population d’enfants fébriles et d’en connaître la nature. Les données ont été recueillies au cours de deux études évaluant la prévalence du paludisme et les performances diagnostiques des TDRs chez des enfants fébriles vus en zone rurale au centre hospitalier d’Oyem (CHRO), urbaine au centre hospitalier de Libreville (CHL) et semi-urbaine au centre communautaire d’Owendo (CSCO) entre 2008-2009. La notion d’automédication a été retrouvée chez 21,4 % des 2 543 enfants inclus au cours des études. Elle était plus fréquente au CHRO (29 %) où la prévalence des cas de paludisme était la plus importante (39 %). Parmi ces 548 enfants, 421 (soit près de 80 %) n’étaient pas infectés. Les molécules les plus utilisées étaient les CTA (43,8 %) et la quinine (12 %). Au Gabon, comme dans de nombreux pays au Sud du Sahara, l’automédication avec des antipaludiques est fréquente et constitue un frein à la lutte contre le paludisme. Leur utilisation rationnelle par les populations passe par une forte sensibilisation de ces dernières sur les risques de l’automédication.

Polio

3. Lancet (Correspondence) – Polio eradication: getting the basics right

Asmat Ullah Malik et al.;

http://www.lancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(13)60884-3/fulltext

Dans un éditorial, le Lancet soutenait la nécessité de remettre l’objectif d’éradication de la polio sur la bonne voie au Pakistan en offrant une sécurité aux agents de vaccination. L’OMS a également augmenté le nombre de personnels dédiés à l’éradication de la polio.

Asmat Ullah Malik et collègues notent que la focalisation sur la polio et les aspects sécuritaires détournent plutôt l’attention de l’effritement de la vaccination de routine caractérisée par la mauvaise gouvernance, l’absentéisme du personnel, et la corruption. Ces facteurs ont affaibli les infrastructures à travers lesquelles les activités d’éradication de la polio sont offertes. En effet, près du tiers des enfants ne sont pas vaccinés à travers la vaccination de routine, et près de 200 enfants sont décédés de suite de rougeole dans la Province de Sindh ces derniers mois.

Ainsi, le renforcement de la vaccination de routine est crucial car :

– Il est impossible d’assurer la sécurité aux 90000 femmes qui vaccinent les enfants contre la polio pendant la campagne

– La polio occupe peu de place dans les débats politiques des élections parlementaires à venir

– Les populations à haut risque continuent de refuser la vaccination polio à cause de leurs croyances religieuses et culturelles

Pour éviter de rater une fois de plus la date fixée pour l’éradication de la polio, il est impératif de lever les problèmes systémiques qui enfoncent la vaccination de routine.

Ceci nécessitera une communication juste et adaptée au contexte et l’intégration de l’éradication de la polio dans les autres vaccinations que les communautés considèrent plus importantes que la polio.

 

Politiques et Financement de la santé

4. Cahiers d’Etudes et de Recherches Francophones / Santé  – Leadership et vision exercée pour la couverture universelle des soins dans les pays à faible revenu

http://www.jle.com/fr/print/e-docs/00/04/74/5F/resume.phtml
Auteur(s) :  Ziemlé Clément et al. 

Si les fonctions des équipes cadres des districts sanitaires sont connues de longue date, certaines d’entre elles restent négligées dans la plupart des pays africains à faibles revenus : le leadership, la vision exercée par la coordination, et la recherche. Cet article montre comment une équipe de district qui a mis en œuvre ces fonctions selon une vision dynamique de la planification et du management de district a pu améliorer l’offre de services et de soins de l’hôpital de district, réduire la part intra hospitalière des décès maternels et néonataux, améliorer l’accès géographique et financier aux soins et l’équité dans l’accès aux soins pour les populations du district, en droite ligne avec la stratégie des soins de santé primaires et des principes directeurs de l’initiative de Bamako, et ce malgré des ressources financières largement inchangées. Cette expérience montre que dans les pays à faibles ressources, la performance managériale des équipes de district à l’échelon déconcentré peut avoir un effet de levier important sur le système de santé. Si la qualité de la gestion est importante, le leadership et la vision sont essentiels pour améliorer l’accès aux soins dans un système de santé intégré. Investir dans la performance des équipes de district est une action à effet rapide sur la santé et à faible coût.

 

Santé Maternelle

5. PLOS Medicine – La prééclampsie comme un facteur de risque de diabète dans le postpartum: une étude de cohorte.

Titre original: Preeclampsia as a Risk Factor for Diabetes: A Population-Based Cohort Study

Denice Feig S. et al.

http://www.plosmedicine.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pmed.1001425

Par Bangaly Doumbouya

Les femmes atteintes de prééclampsie et d’hypertension gravidique  présentent une résistance à l’insuline durant la grossesse et une intolérance au glucose, indépendamment de l’obésité. L’objectif de cette étude était de déterminer si les femmes atteintes de prééclampsie ou d’hypertension gravidique  pendant la grossesse ont un risque accru de développer un diabète après la grossesse, et si la présence de prééclampsie / hypertension gravidique  en plus du diabète gestationnel augmente le risque d’avoir  le diabète dans le post-partum.

Étude rétrospective de cohorte ayant inclus une population de 1 010 068 femmes enceintes qui ont accouché en Ontario, au Canada entre Avril 1994 et Mars 2008. Les femmes ont été classés en 6 groupes :

– prééclampsie seule (n = 22933)

– hypertension gravidique seule (n = 27605)

– diabète gestationnel  seul (n = 30852)

– diabète gestationnel  + prééclampsie (n = 1476)

– diabète gestationnel  + hypertension gravidique  (n = 2100), et

– aucune de ces conditions (n = 925102).

Le principal résultat a été le diagnostic de nouveaux cas de diabète dans le post-partum les années suivantes, jusqu’en Mars 2011 sur la base de nouvelles notifications dans la base de données du diabète de l’Ontario. Le taux d’incidence du diabète pour 1000 personnes-années était de 6,47 pour les femmes avec prééclampsie et 5,26 pour l’hypertension gravidique  contre 2,81 chez les femmes n’ayant aucune de ces conditions.

En analyse multi variée, les deux prééclampsies et hypertension gravidique  seules avaient  des facteurs de risque de diabète ultérieur. Les femmes atteintes de diabète gestationnel étaient les seules à risque élevé de développer un diabète du post-partum,  mais la co-présence de prééclampsie ou hypertension gravidique  en plus de diabète gestationnel  présentait un risque plus élevé. Les données sur l’obésité n’étaient pas disponibles.

Les femmes ayant une prééclampsie / hypertension gravidique  ont un risque deux fois plus élevé de développer un diabète 16,5 années après la grossesse, même en l’absence de diabète gestationnel. La présence de prééclampsie / hypertension gravidique  dans le cadre de diabète gestationnel  a également montré que le risque de diabète est significativement au-delà de celle observée avec le diabète gestationnel  seul. Un antécédent  de prééclampsie / hypertension gravidique  au cours de la grossesse devrait alerter les cliniciens à la nécessité d’un conseil de prévention et de dépistage plus vigilants pour le diabète.

 

6. Plos One –  L’impact de l’aide publique au développement sur la santé maternelle et reproductive : un examen systématique

Emma Michelle Taylor et al.;

Titre original-The Impact of Official Development Aid on Maternal and Reproductive Health Outcomes: A Systematic Review

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0056271

Par Alma Benzaïd

À ce jour, les progrès vers les huit OMD d’ici à 2015 signés par les Etats Membres des Nations Unies sont inégaux, et l’OMD n°5 visant à améliorer la santé maternelle et reproductive est en retard. Les études menées indiquent que seuls 23 pays sur 181 sont susceptibles d’atteindre l’objectif malgré l’augmentation de l’aide publique au développement fournie par les bailleurs de fonds.

En adoptant la Déclaration de Paris en 2005, la communauté internationale s’était engagée à améliorer la gestion de l’aide publique au développement (APD), selon les cinq Principes de Paris : appropriation, alignement, harmonisation, gestion axée sur les résultats et responsabilité mutuelle. Cette approche vise à répondre aux problèmes du financement par les bailleurs de fonds de projets multiples hors contrôle et parfois à l’insu des autorités étatiques. L’Agenda d’Accra pour l’action, adopté en 2008, reconfirme le recours aux Principes de Paris, et pose la question de savoir si ce mode d’aide a un impact pertinent pour atteindre l’OMD n°5.

Le Département britannique pour le développement international (DFID) a commandé une étude comparative des preuves de l’impact des Principes de Paris sur les changements dans la santé maternelle et reproductive, afin de résumer l’impact de la fourniture de l’APD selon les principes de Paris et de l’Agenda d’Accra sur l’OMD n°5, et de comparer ces résultats avec ceux de l’aide générale octroyée pour ce même objectif.

Les études menées ont concerné l’APD soutenue par tout ou partie des cinq principes de Paris au sein des régions en développement du monde. Il s’agit des aides conçues comme un appui budgétaire général, données directement au gouvernement central destinataire, sans indication de la façon dont elles devraient être dépensées, mais avec l’obligation de mettre en place une stratégie nationale de développement solide et transparente. Ont également été étudiées d’autres aides liées aux Principes de Paris, suffisamment harmonisées avec celles des bailleurs de fonds, pour lesquelles les donateurs soutiennent une politique sectorielle globale menée par le gouvernement.

La stratégie de recherche conçue a impliqué la revue des études potentiellement admissibles, à partir de bases de données, de littérature et de prises de contact avec les auteurs et experts des domaines de la santé maternelle et de l’APD, et obtenir des recommandations de spécialistes.

Un outil d’évaluation de la qualité a été créé, interrogeant l’indépendance de l’étude, son rapport avec l’APD, sa méthodologie, la solidité de l’analyse des données, la présence de facteurs de confusion, pour classer les études par ordre de qualité croissant. Ainsi, les études démontrant une adhésion de la région à tous ou une partie des Principes de Paris ont été classées dans le Groupe A, les études qualifiées d’aide général sans indication de l’adhésion aux principes de Paris ou sans information suffisante ont été classées dans le Groupe B.

Les 30 études menées suggèrent que les interventions d’aide, selon les Principes de Paris ou non, peuvent être associées à des changements positifs dans les zones cibles d’intervention. Toutefois, il s’agit d’une déduction à partir d’associations plutôt que d’un lien de causalité. Les études couvrant différents pays et périodes, s’appuyant sur de multiples facteurs confondants, il n’est pas possible d’être certain que les changements positifs se produisent en raison de la manière dont l’aide est fournie, ni de distinguer entre l’impact de l’aide fournie selon les Principes de Paris et l’aide fournie en dehors de ce cadre.

 

 

 

 

 

 

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.