Le 7 avril se célèbre chaque année la Journée mondiale de la santé. Le thème de cette année 2013 s’intitule : “Mesurer votre tension artérielle pour rester en bonne santé”. En effet, les maladies chroniques non transmissibles sont en recrudescence dans le monde en général, et dans les pays à faible et moyen revenu en général.  L’hypertension artérielle en particulier toucherait près d’une personne sur trois à partir de l’âge de 25 ans.

Le diagnostic de l’hypertension artérielle passe par la mesure de la pression artérielle. Il s’agit d’un geste simple, non invasif, et qui peut être fait partout. En effet, il existe des appareils de mesure de la tension artérielle (tensiomètres) à mercure ou électronique. La mesure de la tension artérielle bien qu’elle nécessite quelques précautions n’exige pas de formation particulière.

L’hypertension artérielle est une maladie insidieuse dont les complications sont graves et touchent pratiquement tous les organes de notre corps. L’accident vasculaire cérébral, l’insuffisance rénale et l’insuffisance cardiaque sont certaines de ces complications dont l’issue est souvent fatale. Ces complications surviennent si le diagnostic est tardif ou si la prise en charge est de mauvaise qualité. En 2008, plus de 17 million de personnes sont décédées de suite de complications de maladies cardiovasculaires et la majorité de ces décès ont été enregistrés dans les pays à faible et moyen revenu.

Ainsi, le thème de la Journée mondiale de la santé 2013 est indiqué. Il s’agit d’amener toute personne à prendre sa tension artérielle de façon régulière pour effectuer un dépistage et une prise en charge précoces de cette maladie avant l’installation des complications souvent irréversibles.

Les déterminants de l’hypertension artérielle sont multiples. La sédentarité et le surpoids sont des facteurs de risque importants. Au-delà du système de santé, les municipalités devraient inscrire la prévention de l’hypertension artérielle dans les programmes de développement urbain. Ceci pourrait inclure la promotion du sport par la création des aires de jeux, des espaces de promenade urbaine, des pistes cyclables…

Les pays à faible et moyen revenu sont aujourd’hui plus interpellés. Ils ont déjà le fardeau des maladies infectieuses transmissibles qui consomment une part importante des budgets de la santé. S’engager activement dans la lutte contre les maladies non transmissibles permettrait d’éviter ou d’aggraver le double fardeau maladies transmissibles (telles que le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose) et non transmissibles (telle que l’hypertension artérielle et le diabète).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.