Par Basile Keugoung

Après le 24 mars, les patients tuberculeux ont repris leur mode de vie habituel. Les résolutions ont été prises par les leaders mondiaux, les décideurs nationaux, les gestionnaires de programmes tuberculose pour assurer à brève échéance  l’objectif mondial «Plus de tuberculose de mon vivant». En attendant 2014, pour la prochaine journée, des questions pourraient être posées pour savoir ce qui va changer dans les stratégies, les activités, le financement afin d’accélérer les progrès réalisés jusqu’ici. Pour arriver à zéro cas de tuberculose, il y a encore un long chemin à parcourir pour des pays à très forte prévalence comme en Afrique sub-saharienne.

La communauté mondiale a besoin de mettre en place des stratégies plus efficaces mais surtout que les pays contextualisent ces stratégies pour garantir un accès universel aux soins pour tous les patients suspects de tuberculose.

La lutte contre la tuberculose est caractérisée par sa forte standardisation. Ce qui est un atout pour évaluer et pour comparer les résultats entre les entités tant aux niveaux local, national, régional ou mondial. Toutefois, cette forte standardisation pourrait devenir contreproductive si un travail de re-modélisation des stratégies n’est pas fait à tous les niveaux y compris au niveau opérationnel (district).

Malheureusement, ce processus d’évaluation continue des stratégies n’est pas toujours réalisé. La même approche est mise en œuvre dans tous les pays depuis des années, et à l’intérieur des pays dans tous les régions et districts.

La persistance de la forte prévalence de la tuberculose serait aussi le résultat de la faible efficacité des stratégies utilisées.

Il est temps avant le 24 mars 2014 que chaque acteur fasse une analyse profonde des stratégies de lutte contre la tuberculose dans son contexte pour garantir un accès universel aux soins aux patients suspects de la tuberculose. Sinon le 24 mars deviendrait aussi une fête standard, une manifestation qui dure le temps des discours, des visites aux malades…

 

 

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.