Titre original : Universal health coverage anchored in the right to health

Gorik Ooms et al.;

http://www.who.int/bulletin/

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) définis pour l’horizon 2015 ont été au cœur des débats depuis plus d’une décennie. A trois ans de cette échéance, les réflexions sont en cours pour de nouvelles orientations durant les années à venir. Ainsi pour le  Commissaire européen au Développement, Andris Piebalgs, il est nécessaire d’entrevoir une « mise à jour » de ces objectifs afin qu’ils puissent fournir un niveau de vie décent pour tous, tout en garantissant un niveau minimum auquel personne ne devrait être en dessous. Pour le commissaire Européen, la mise à jour des OMD doit offrir les droits fondamentaux à tous les citoyens de la planète  et en particulier des pays pauvres avec le soutien de la communauté internationale à travers un accroissement de l’aide au développement. Par le biais d’un article paru dans le bulletin de l’OMS,  Gorik Ooms et ses collègues membres de Go4Health, un consortium d’universitaires et de membres de la société civile partagent la même lecture que le commissaire et affirment que le droit à la santé devrait être au cœur de l’agenda post-2015 de la santé internationale. La prise de position de Go4Health se justifie par plusieurs raisons.

D’abord, les OMD actuels sur la santé maternelle et infantile et sur le contrôle des maladies infectieuses seront probablement remplacés par l’objectif de la couverture maladie universelle, définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme une couverture universelle des services de santé nécessaires et une protection contre les risques financiers. Ensuite, l’objectif de santé mondiale sous l’angle de la couverture maladie universelle est une  stratégie pour améliorer la santé  par rapport aux objectifs disparates actuels. Pour Go4Health, ces nouvelles orientations doivent se faire dans l’ancrage du droit à la santé car le déficit du droit est l’une des raisons de l’échec des OMD actuels. La reconnaissance des droits fondamentaux permettrait aux décideurs politiques de lutter pour un environnement physique et social sain afin de garantir les conditions minimales de vie (par  l’exemple l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, à une meilleure nutrition, à l’égalité entre les sexes……).

Cependant, si Go4Health partage des objectifs post 2015, le consortium se préoccupe non seulement du contenu des objectifs de santé, mais aussi sur le processus de leur formulation. Pour le consortium, la définition du contenu et de leur formulation  doivent se faire en collaboration avec les communautés dont la santé est en jeu sous l’angle de consultations participatives continues entre les chercheurs, les gouvernements et les communautés. Une telle approche devrait être adoptée pour éviter d’être des objectifs formulés par les élites politiques après des consultations symboliques et superficielles, ce qui serait en contradiction avec les droits qui doivent sous-tendre les nouveaux objectifs.

Morris Kouame

Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.