Editorial – Après le Symposium sur la recherche en systèmes de santé de Beijing

 

Par Basile Keugoung

Lire ici

 

Tuberculose

1.    WHO – Rapport 2012 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

https://extranet.who.int/tme/assets/

L’OMS a publié le Rapport Global sur la tuberculose en 2012. On note des progrès dans le contrôle de la tuberculose. ne baisse continue du nombre de personnes malades de la tuberculose, mais toujours une charge mondiale considérable avec 8,7 millions de nouveaux cas en 2011 :

  • un nombre estimatif de 1,4 million de décès dus à la tuberculose, dont 500 000 femmes, ce qui montre que la maladie est l’une des principales causes de mortalité pour les femmes;
  • une diminution des taux d’incidence et de mortalité dans les six Régions OMS, bien que les Régions africaine et européenne ne soient pas encore en voie d’atteindre l’objectif consistant à réduire de moitié la mortalité par rapport à 1990 d’ici 2015;
  • des progrès toujours très lents dans la riposte à la tuberculose multirésistante, avec seulement un patient sur cinq diagnostiqué dans le monde.

Basile Keugoung

Recherche

2.     Journal of Blood Transfusion – Fortes prévalence des hépatites virales B et C et du VIH chez les donneurs de santé au Cameroun : Un algorithme de dépistage des donneurs de santé dans les pays à faible revenu

Fouelifack Ymele et al.

Titre original: High rates of Hepatitis B and C and HIV infections among blood donors in Cameroon: a proposed blood screening algorithm for blood donors in resources-limited settings

Le VIH et les hépatites virales B et C sont des problèmes majeurs de santé publique au Cameroun. Entre janvier et juin 2008, 4650 donneurs de santé ont été reçus à la Banque de sang de l’Hôpital Central de Yaoundé. Les dons de sang étaient essentiellement familiaux. Le sang était collecté et les analyses pour le dépistage des infections étaient effectuées ultérieurement. Les prévalences du VIH, des Hépatites virales B et C étaient de 12,14%, 4,44% et 1,44%. La co-infection VIH-Hépatite virale B était rencontrée chez 0,77% des donneurs, suivie de la co-infection Hépatite B et C chez 0,21% et enfin de la co-infection VIH-Hépatite C chez 0,06% des donneurs. Les trois affections virales ont amené à la destruction d’une poche de sang sur 6 poches collectées.

Il est impératif de reformer la politique des dons de sang pour garantir la sécurité transfusionnelle, améliorer l’efficience et prendre en charge les donneurs infectés. L’utilisation des tests rapides permettrait d’éviter la collecte et la destruction ultérieure des poches de sang (infectées). Les banques de sang devraient travailler en partenariat avec les services de soins pour offrir les soins adéquats aux personnes infectées.

Basile Keugoung

Santé maternelle et infantile

3.    ONU- Première Journée Internationale de la Fillette: 11 octobre

Titre original: First International day of the Girl Child – 11 October

http://www.un.org/en/events/girlchild/

Suite à l’adoption de la résolution 66/170 par l’Assemblée générale des Nations Unies, le 11 octobre a été instauré «  Journée internationale de la fillette ». Le mois dernier, la toute première célébration de cette journée a mis l’accent sur le mariage des enfants. Cette pratique, considérée comme une violation des droits humains fondamentaux avec répercussions sur tous les aspects de la vie d’une fille, a été démontrée comme mettant fin à son éducation. Il s’est donc avéré nécessaire de protéger les droits des filles et aider à réduire les risques de violence, les grossesses précoces, les décès et infections à VIH, les invalidités maternelles, y compris les fistules obstétricales. Pour cela, l’éducation de la jeune fille a été relevée comme étant l’une des meilleures stratégies pour palier à cette situation qui faciliterait également la réalisation de presque tous les Objectifs  du Millénaire pour le développement.

Finalement, les gouvernements, en partenariat avec les acteurs de la société civile et la communauté internationale ont été appelé à prendre des mesures urgentes pour mettre fin à cette pratique néfaste.

Laure Fotso

4.    Lancet – La santé des femmes et des enfants: Pas de temps pour la complaisance

Titre original: Women’s and children’s health: no time for complacency

Richard Horton;

http://www.lancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(12)61613-4/fulltext
Lorsque de nouveaux chiffres sur la mortalité infantile des moins de 5 ans ont été publiés ce mois-ci, le message global est que l’aide est importante. Les décès chez les enfants de moins de 5 ans ont chuté, passant d’environ 12 million en 1990 à 6,9 million en 2011. Il existe de nombreux exemples de réussite. Au Niger, le taux de mortalité des moins de 5 ans a presque diminué de moitié entre 1998 et 2009. Les taux de réduction de la mortalité néonatale ont également accéléré depuis les années 1990. Ces résultats sont vraiment impressionnants, et méritent pleinement l’encouragement et les félicitations.

Les progrès dans la santé maternelle et infantile sont extrêmement inégaux. Nous voyons tous les jours les femmes et les enfants souffrant dans certaines régions les plus difficiles du monde, de la malnutrition en Afghanistan,  ou les décès d’enfants de réfugiés au Sud-Soudan. Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) 4 et 5 (pour la survie de l’enfant et la santé maternelle respectivement) ne seront pas atteints dans la plupart des pays. Les pays à faible revenu ont moins d’une chance sur 20 d’atteindre leur cible de l’OMD pour la faim et de la nutrition (OMD 1c). Il a été reconnu que la santé des femmes et des enfants exige une approche différente, une stratégie globale, ce qui a conduit le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon souligner que : «Ensemble, nous devons faire un pas décisif, maintenant, pour améliorer la santé des femmes et des enfants… Nous savons ce qui fonctionne… Les réponses se trouvent dans la construction de notre volonté collective d’assurer l’accès universel aux services de santé essentiels et prouvés, les interventions qui sauvent des vies pendant que nous travaillons à renforcer les systèmes de santé. »

Mais comment?

Un élément clé du plan, M. Ban Ki-moon, était de s’assurer que tous ceux qui ont pris des engagements pour les femmes et les enfants tiennent leurs promesses. Il a établi une Commission sur l’information et la responsabilisation des femmes et la santé des enfants en 2011, cette commission a publié son rapport en formulant des recommandations après, pour créer un mécanisme catalytique pour livrer sa stratégie globale et les recommandations de la Commission. M. Ban Ki-moon, a créé un groupe d’experts indépendants d’examen (IERG) pour faire un rapport chaque année jusqu’en 2015 (l’année cible de l’OMD). Les missions de l’IERG  sont d’examiner les progrès accomplis pour la santé des femmes et des enfants, d’évaluer la prestation et la transparence des engagements pris, d’identifier les bonnes pratiques et les obstacles à la santé, et de faire des recommandations pour améliorer la reddition de comptes. L’accent de l’IERG est sur 75 pays concernés où les plus hauts ratios et taux de la mortalité maternelle, néonatale et infantile sont observés. Ce groupe d’experts dont Horton fait partie a conclu qu’il n’existe aucun accord entre les groupes qui calculent des estimations de la mortalité infantile et maternelle sur les pays qui sont sur la bonne voie pour atteindre les OMD et ceux qui ne le sont pas. Cette absence de consensus sur les progrès des pays est extraordinaire. Il envoie des signaux confus inacceptables pour les dirigeants des pays et des planificateurs. Les différents groupes effectuant des estimations devront travailler ensemble, et non pas à s’entendre sur des chiffres précis, mais se mettre d’accord sur la trajectoire générale de chaque pays à l’égard des OMD.

Pire encore, les engagements financiers pour la santé maternelle, néonatale et infantile ont diminué. Il n’y a tout simplement pas de mécanisme de contrôle adéquat au sein de l’ONU afin de s’assurer que les engagements pris sont en cours de réalisation. Il s’agit d’un énorme fossé au cœur de sa stratégie mondiale.
Pourtant, il y a des raisons d’être optimiste. L’Afrique sub-saharienne est une priorité et selon n’importe quel critère devrait recevoir une plus grande attention de la communauté internationale. Il existe de nombreuses possibilités pour intégrer les femmes et la santé des enfants avec d’autres programmes de santé (VIH/SIDA), les maladies non transmissibles. Les nouvelles preuves montrent que des approches novatrices pourraient offrir des avantages positifs. Des exemples de réussite montrent ce qui pourrait être réalisé dans les conditions appropriées aux pays. Mais les obstacles restent importants. Les faiblesses des systèmes de santé sont omniprésentes obstinément, malgré une décennie de recherche, le plaidoyer et l’élaboration des politiques mondiales ; le leadership politique est faible ; le financement est insuffisant ; les agents de santé qualifiés sont en nombre insuffisant ; les lacunes de la couverture sont nombreuses ; et la collaboration entre les secteurs est presque inexistante. Il y a aussi quelques thèmes scandaleusement négligées : la dénutrition ; la santé et le bien-être des adolescentes, ainsi que la discrimination entre les sexes et le grand tabou de la santé mondiale reste l’avortement. La tâche finale pour l’IERG était de mettre au point des recommandations pour renforcer la reddition de comptes. Le but de ces recommandations est d’offrir un moyen coordonné et cohérent pour atteindre les OMD concernant la santé des femmes et des enfants. L’IERG a créé un mécanisme qui permet à un groupe engagé de surveiller les progrès, d’examiner les preuves, et de parler librement sur les actions qu’ils estiment. Sur la base de la preuve la plus fiable, doivent être prises des décisions pour atteindre le succès. Cette liberté du processus intergouvernemental, qui bien qu’un puissant outil politique oblige souvent les institutions multilatérales dans des positions conservatrices. Nous avons appris que la responsabilité est une idée dangereuse  et c’est pourquoi, si judicieusement appliqué, elle pourrait bien commencer à ouvrir des possibilités qui ont déjà été fermées.

Bouchra Assarag

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.