Titre original : A post 2015 development goal for health – should it be universal health coverage?

Amanda Glassman et al.;

http://blogs.bmj.com/bmj/2012/

Comme 2015 approche et que les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) viennent à échéance, la communauté sanitaire mondiale discute des options pour la prochaine série d’objectifs internationaux en matière de santé.

Certains groupes dirigés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Fondation Rockefeller, et les entrepreneurs du gouvernement américain -ont appelé à la «couverture universelle» ou «couverture maladie universelle» (CMU) comme le “parapluie” objectif en matière de santé.
Pour déterminer si la CMU comme objectif de développement après 2015 est une bonne idée, il est d’abord important de comprendre ce que les OMD ont réalisé en matière de santé. Les attributs des OMD qui ont contribué à accroître l’aide en santé étaient que les indicateurs choisis (1) ont été définis et compris facilement, (2) sont mesurables et mesurés régulièrement, (3) ont fait une différence pour la santé, et (4) ont eu un large consensus dans le domaine.

CMU comme un objectif ou un indicateur, malheureusement ne dispose pas d’un de ces attributs. Tout d’abord, le concept de CMU n’est pas facilement compris ni défini. Même au sein de l’OMS, il y a désaccord sur ce qui constitue CMU. Deuxièmement, les dimensions CMU de couverture des services de santé (en général) et le risque financier de protection, comme proposé actuellement ne sont pas systématiquement mesurée par les gouvernements et les agences internationales, ce qui rend peu probable que les mises à jour annuelles soient réalisables. Troisièmement, il existe peu de preuves empiriques reliant l’utilisation des soins de santé en général et / ou la protection contre le risque financier de l’impact sanitaire. Enfin, il n’y a certainement pas un large consensus dans le domaine de l’une des deux dimensions proposées.

Par ailleurs, le souci de la protection du risque financier, un objectif quasi universel des systèmes de santé, est sa relation avec la pauvreté, qui présente une très bonne place dans les OMD actuels.

Pourquoi ne pas plutôt plaider en faveur d’un sous-indicateur de l’appauvrissement dû à la maladie, l’invalidité et la mort dans le but de la pauvreté?
La CMU est importante pour tous les pays à poursuivre, mais il n’est pas encore un concept analytique universellement reconnu qui sera utile comme objectifs de développement après 2015.

Audrey Foukou

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.