Le Lancet a publié une nouvelle série sur la survie de l’enfant et l’équité qui reprend plusieurs articles et commentaires que nous résumons brièvement pour vous ci-après.

Mickey Chopra et ses collègues ont passé en revue les interventions à haut impact telles qu’elles ont été décrites par Agha Khan University l’année dernière. Ils revoient les plateformes par lesquelles ces services sont offerts à la population. Ils proposent ensuite des pistes pour déplacer les interventions d’une plateforme à une autre qui est plus efficiente ou d’améliorer la façon dont l’intervention est organisée au sein d’une même plateforme et ensuite ils présentent une revue des stratégies qui permettent d’améliorer la performance des plateformes de service et par là d’améliorer la survie de l’enfant.

Il y a ensuite un article du groupe de réflexion sur l’équité pour les enfants dans la planification pour la santé. Dans cet article, les auteurs présentent les résultats de leurs recherches sur la manière de progresser  vers l’OMD 4 tout en ayant une approche qui permet de couvrir les plus pauvres. En utilisant LiST et MBB, les auteurs étudient si une planification axée sur les interventions à base communautaire et les interventions planifiables sera plus efficiente qu’une approche « classique » ou l’emphase est mise sur la couverture d’un paquet de services intégrés offerts depuis des centres de santé. Leur modèle montre qu’une approche qui favorise une couverture universelle d’un paquet d’interventions communautaires et planifiables est potentiellement plus efficace et probablement moins chère pour réduire la mortalité infanto-juvénile.

Vous ne le savez peut-être pas mais le Niger, malgré un contexte difficile a réussi à faire chuter fortement la mortalité infanto juvénile depuis 2000. Pour tenter de comprendre et tirer des leçons, l’équipe du « Countdown 2015 » a commandité une étude approfondie de la stratégie de survie de l’enfant au Niger entre 2000 et 2010. En se basant sur une analyse des résultats des enquêtes réalisées au Niger au cours des dix années, ils ont pu retracer la progression d’un certain nombre d’indicateurs de couverture des interventions à haut impact. En utilisant le logiciel LiST, ils ont pu lier ces couvertures à la réduction de mortalité observée. Ainsi, ils estiment que la disponibilité des moustiquaires a contribué pour 25% à la réduction de mortalité des enfants. Les vaccinations pour plus de 11 % et la supplémentation en vitamine A pour 9%. En outre, les activités curatives ont permis de sauver plus de 22% des enfants. La prise en charge de la malnutrition aigüe et chronique 19%. (voir tableau) L’analyse qualitative identifie trois plateformes qui ont permis d’atteindre les enfants :

  • L’accès aux services curatifs, de la case de santé à l’hôpital national, qui s’est fortement amélioré d’un point vue géographique et financier
  • Les campagnes de masse
  • Les centres de prise en charge de la malnutrition et les efforts de prévention de la malnutrition.

 

Ces résultats sont commentés par le Ministre de la santé du Niger qui souligne notamment les efforts fait par le Niger pour améliorer l’accès aux soins et l’importance pour le Niger que les partenaires poursuivent leurs efforts.

 

Plateformes (selon Chopra et al.) Interventions efficaces au Niger Contribution à la réduction de  la mortalité
Soins Curatifs Soins curatifs Paludisme 9%
  Soins curatifs Pneumonie 8%
  Soins Curatifs Diarrhée 5%
Services Planifiables Moustiquaires 25%
  Supplémentation en Vit A 9%
  Vaccination Rougeole 5%
  Vaccination HiB 4%
  Vaccination Tetanos (CPN) 2%
Interventions préventives/ promotionelles  communautaires Allaitement maternel 3%
Legislation et/ou medias
Nutrition Prise en charge malnutrition aigue 9%
  Prise en charge malnutrition chronique 10%

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.