Chers Collègues,

Notre duo de traducteurs, Basile Keugoung et Isidore Sieleunou, a comblé le retard des derniers mois et vous propose aujourd’hui les traductions des articles principaux des lettres 104 et 105. Je les remercie pour tout le travail accompli depuis plus d’un an déjà. J’espère que vous prendrez plaisir à lire les résumés proposés. Dans cette édition, nous revenons sur les affaires de corruption détectées au Fonds Mondial. Il nous parait hypocrite que des gouvernements comme la Suède, la Danemark ou l’Allemagne gèlent leur versements au Fonds Mondial sous prétexte qu’ils ont découverts des problèmes de corruption. Je penses qu’à l’inverse, et comme la fait la Grande Bretagne, il faut reconnaitre les efforts faits par cette agence. Efforts que peu de bailleurs bilatéraux et multilatéraux font ou du moins rendent publique. Personnellement, j’ai entendu parlé de détournements dans pratiquement toutes les agences multilatérales et bilatérales avec lesquelles j’ai été en contact. D’ailleurs la corruption est partout, plus ou moins sérieusement selon les cas. Jusqu’ici tout ça est plutôt considéré comme un effet secondaire incontournable de l’aide. On a l’impression que le discours est « Si on veut atteindre les objectifs de l’aide, il faut bien mettre les moyens même si pour la forme, il est bon de combattre la corruption.» Et ici par objectif de l’aide on ne considère pas seulement le bien-être des populations bénéficiaires ou les OMD mais on regarde plus largement aux motivations des états qui donnent l’aide. (consultez notamment cet article de Gilles Carbonnier sur le sujet.) En conclusion, les hauts cris entendus autour du Fonds Mondial ressemble plus à des prétextes pour remettre en question les contributions au Fonds Mondial plutôt qu’une réelle indignation sur le fond du dossier.

David Hercot


Global Health policy and financing

1.    Global Fund – How the Global Fund protects its grant money

Michel Kazatchkine;

http://www.theglobalfund.org/en/howprotect/

Évidemment Kazatchkine a dû réagir au trouble causé par l’article d’AP, particulièrement maintenant que la Suède, le Danemark et l’Allemagne ont mis leur contribution au FM en attente. L’article se réfère aussi à plusieurs publications intéressantes sur l’enquête et la mauvaise utilisation de l’argent du Fonds Mondiales.

Pour le directeur, le Fonds Mondial est commis aux normes les plus strictes de transparence et de responsabilité, et a agi sur chaque cas de mauvaise utilisation de ses ressources en prenant des actions fortes et rapides, en suspendant des subventions, gelant les débours liquides et en exigeant un retour de fonds utilisés improprement.

2.    Lancet – European academic institutions for global health

Andy Haines, Antoine Flahaut, Richard Horton;

http://www.lancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(11)60108-6/fulltext

Une nouvelle organisation – l’Alliance Universitaire européenne de Santé Mondiale – rassemble un grand nombre d’institutions universitaires en Europe dont les actions englobent un éventail d’activités compatibles avec la large portée de santé globale, pour se concentrer sur quelques objectifs clés qui sont :

        Plaider pour des politiques liées aux évidences et l’augmentation des ressources pour la santé mondiale, et informer les décideurs de l’Union européenne sur la recherche et le développement pour la santé mondiale ;

        Encourager et soutenir l’évaluation des investissements en santé mondiale pour s’assurer de leurs effets désirés ou non ;

        Contribuer au renforcement des capacités dans des institutions partenaires des pays à faible revenus en réponse à leurs priorités, y compris le soutien du développement des capacités dans les secteurs comme la recherche, l’enseignement, l’administration et l’infrastructure ;

        Développer des directives pour des partenariats entre des institutions européennes et leurs homologues dans des pays à faible et moyen revenu (incluant les questions de propriété intellectuelle et de partage des données); tirer des leçons du partenariats effectifs à partir des études de cas et promouvoir la mise en œuvre de telles directive ;

        Stimuler la prise de conscience sur les défis et les opportunités en santé mondiale pour les professionnels médicaux, infirmiers, de santé publique et autres, aussi bien publics que privés.

        Entreprendre un regard lointain pour identifier les sujets nouveaux et émergents et partager la connaissance de potentiels impacts à travers les programmes d’enseignement et de recherche aussi bien sur la politique que sur la pratique( ;

        Encourager la formation de réseaux collaboratifs semblables dans d’autres régions du monde et forger des liens avec ceux qui existe déjà ; soutenir le développement d’une fédération mondiale d’associations de même opinion.

3.    Owen Barder – BORN TO SHINE

Owen Barder;

http://www.owen.org/blog/4325

Save the Children a publié un nouveau rapport, aucun enfant ne nait pour mourir : réduire la fracture. Ce rapport est accompagné d’une excellente vidéo qui ne vaut que deux minutes et demie de votre temps.

Owen salue l’action de Save car selon lui, c’est un scandale mondial que tant d’enfants meurent de maladies facilement évitables et traitables. Comme Save le dit correctement, nous devrions mobiliser le financement pour des vaccins et améliorer la disposition du financement à long terme pour les systèmes de santé.

4.    HP&P – How to do (or not to do)…Assessing the impact of a policy change with routine longitudinal data

Mylene Lagarde;

http://heapol.oxfordjournals.org/content/early/2011/01/27/heapol.czr004.full

Un manque d’évidence sur l’effet des politiques sociales alternatives dans les pays à faible et moyen revenu a été récemment souligné et l’intérêt des essais randomisés est de plus en plus préconisé. Cependant, il est aussi reconnu que la randomisation n’est pas toujours faisable ou politiquement acceptable. Les analyses utilisant la série de données longitudinale avant et après une intervention peuvent aussi livrer des résultats robustes et de telles données sont souvent raisonnablement faciles d’accès.

Utilisant un exemple d’évaluation d’impact sur l’utilisation d’un changement de politique de financement de la santé, cet article de Lagarde explique comment les études ont souvent échouées à résoudre les possibles biais qui peuvent survenir dans une simple analyse de données longitudinales ordinaires. L’auteure décrit deux approches statistiques possibles pour évaluer l’impact d’une façon plus fiable et illustre en détail la plus simple méthode. Elle discute également des avantages et des limites de cette approche quasi-expérimentale pour l’évaluation d’impact des politiques de santé.

5.    Health Research Policy and Systems (Comment) – Research on health transition in Africa: time for action

Dermot Maher et al.

http://www.health-policy-systems.com/content/9/1/5

Avec la mondialisation croissante, les tendances vers des régimes malsains, l’obésité, la sédentarité et les habitudes malsaines aboutissent à un fardeau mondial accru de maladies chroniques non contagieuses. En Afrique cela signifie que les systèmes de santé font face au double défi des maladies contagieuses et non contagieuses. Cette transition de santé représente un énorme défi en Afrique car étant la région ayant le moins de ressources pour une réponse efficace.

Pour Maher et al., les précédentes épidémies, y compris celle du VIH, ont frappé une Afrique non préparée. Les auteurs pensent que l’opportunité de devancer les vagues de la transition épidémiologique en Afrique doit maintenant être considérée sérieusement. La recherche de santé a un rôle clé à jouer dans l’atteinte des objectifs de santé et ceux du développement, et doit s’adapter aux modèles évolutifs des maladies. Il y a donc un besoin urgent de la recherche sur la transition de santé en Afrique pour permettre de répondre efficacement à ces défis.

Selon les auteurs, les secteurs clés de la recherche incluent : l’épidémiologie (pour permettre une bonne compréhension de la distribution des maladies infectieuses et non infectieuses) ; les interactions entre maladies contagieuses et non contagieuses; le système de santé avec un accent sur les nouvelles approches qui visent à améliorer la réponse des soins primaires au cours de la transition épidémiologique; et les stratégies d’évaluation. Maher et al. pensent qu’il est temps d’exploiter l’environnement politique mondial – qui devient de plus en plus favorable à une action sur la transition de santé en Afrique – et mettre en œuvre un agenda de recherche pour la transition de santé. Les alliances ont un rôle clé à jouer dans l’exécution de cet agenda par la construction des capacités de recherche et par la mobilisation des investissements nécessaires. 

Aid

6.    HLSP – Results based aid and results based financing: What are they? Have they delivered results?

Mark Pearson;

http://www.hlsp.org/Home/Resources/Resultsbasedaid.aspx

Il existe de plus en plus un intérêt croissant sur le rôle que pourrait jouer le financement basé sur les résultats dans l’accroissement et les effets de l’aide.

Cet article de Pearson qui résulte d’un travail commandité par le Département pour le Développement International (DFID) en 2009 décrit la typologie du financement basé sur les résultats, comment est-ce qu’il est supposé marcher, et discute certaines des leçons apprises. Il se fonde sur un une revue des mécanismes gérés par des initiatives de santé mondiales, des pays donateurs, des pays récipiendaires et des acteurs non étatiques, y compris quelques approches en cours dans des pays de l’OCDE.

Pour l’auteur, les approches basées sur les résultats sont nouvelles et encore en grande partie non prouvées. Elles sont prometteuses, mais doivent être étroitement suivies par rapport à leurs effets sur les systèmes de santé dans l’ensemble. Pearson retient de ces approches que : une bonne conception est essentielle; l’approche peut mieux réussir dans un contexte que dans un autre; à elle seule, elle est probablement insuffisante pour produire les résultats escomptés; les arguments en faveur d’un soutien budgétaire général rentent forts; et le besoin d’assurer ces approches ne sape pas les systèmes de santé.

Vous pouvez télécharger l’article en PDF ici.

Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.