Global Health< ?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

1. Karen Grepin – Best global health blogs

http://karengrepin.blogspot.com/2010/09/best-global-health-blogs.html

Une de nos bloggeuses favorites en santé mondiale, Karen Grepin, liste les blogs en santé mondiale et internationale qu’elle lit régulièrement. Malheureusement, le nôtre ne se trouve pas encore parmi ses 5 principaux. 😉

2. Lancet – < ?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" />Japan‘s new global health policy: 2011—2015

Katsuya Okada ; http://www.lancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)61357-8/fulltext

En prélude au Sommet de l’ONU sur les OMD, Katsuya Okada, Ministre des Affaires étrangères a donné un aperçu de la Politique sanitaire mondiale du Japon pour la période 2011-2015. Le Japon réitère son engagement aux OMD et redéfinit son rôle pour atteindre ces objectifs en 2015. Le pays de Soleil levant voudrait se focaliser sur le renforcement des systèmes de santé pour agir sur 3 piliers : la santé maternelle, du nouveau-né et de l’enfant (SMNE); les maladies infectieuses majeures ; et la contribution aux urgences de santé publiques mondiales (influenza par exemple). La SMNE se fera à travers le modèle EMBRACE -Ensure Mothers and Babies Regular Access to Care  ou Assurer aux Mères et Bébés un Accès Régulier aux Soins. Ceci dans le but d’offrir des soins continus depuis la grossesse jusqu’au postpartum. Les soins prénataux adéquats, l’accès aux formations sanitaires, les personnels de santé compétents, les structures de santé équipés et les soins postnataux –y compris la vaccination- sont essentiels pour l’amélioration de la SMNE. Une innovation dans la politique japonaise est que les résultats des interventions seront publiés contrastant avec la focalisation par le passé sur les intrants. Il y a donc un accent sur la mesure des outcomes, le renforcement des capacités de monitorage et d’évaluation et l’utilisation de la politique basée sur l’évidence. Le partenariat bi- et multilatéral, public-privé sera également renforcé  pour le passage à l’échelle des interventions à haut impact pour produire de meilleurs résultats et réduire le gap entre les connaissances biomédicales et la mise en œuvre des interventions.

3. Global health Europe – Europe and the future financing of WHO

David Gleicher ; http://www.globalhealtheurope.org/images/stories/issues_paper_082010_v3_web.pdf (6p, PDF, 532 Kb)

Un dossier de Global Health Europe précise quel pourrait être le rôle de l’Europe dans le futur financement de l’OMS. L’Europe devrait viser pour un meilleur et plus efficace financement de l’OMS, et ses Etats membres devraient quitter graduellement le financement affecté vers un financement plus général du budget.

Actuellement, 66% de toutes les contributions volontaires européennes pour l’OMS sont des fonds spécifiées, inflexibles, affectées. Seuls des pays comme l’Espagne font figures de modèles actuellement. Le pays est le 4ème plus grand contributeur européen pour l’OMS, mais n’a que moins de 25% de contribution affectée. Comme principe général, les pays de l’UE devraient faire des efforts de se conformer aux demandes du Conseil de l’Union européenne et de la Commission européenne de soutenir l’OMS avec un financement flexible. En outre, ils devraient s’efforcer de prolonger ce principe à la région européenne dans son ensemble.

Bien que l’OMS ne soit pas un acteur d’aide dans le sens traditionnel, les questions qui sont à la base de l’examen de son futur financement reflètent celles qui ont mené à la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide en 2005 : prédictibilité, alignement, flexibilité, harmonisation des pratiques parmi les donneurs, et liens étroits aux résultats.

Le leadership européen pourra ainsi être décisif dans la réalisation des changements significatifs pour l’OMS et par là ceux de la gouvernance globale de santé.

Lancet special issue on MDGs:

4. Lancet – Equity as a shared vision for health and development

(editorial); http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)61431-6/fulltext

Un Editorial du Lancet note que l’équité est une vision partagée pour la santé et le développement. En effet, l’un des OMD était de réduire de moitié l’extrême pauvreté et d’assurer un développement équitable pour tous. La pauvreté, l’éducation, l’approche genre, la santé, l’environnement et les partenariats mondiaux étaient les cibles des OMD. Cette semaine, le Lancet a publié les résultats d’une Commission appuyée par le Lancet  et le Centre du Développement International de Londres intitulés : Les OMD : analyse sectorielle et principes de définition des objectifs après 2015. Ce rapport analyse l’origine des OMD, les objectifs, leurs forces et faiblesses et les défis de leur mise en œuvre. Comme points positifs, les OMD ont permis de mobiliser un engagement politique mondial, de faire le plaidoyer, mobiliser les ressources et améliorer le monitoring et l’évaluation des programmes. Seulement, les synergies entre les objectifs ont été peu recherchées et l’introduction de nouveaux objectifs tels que les maladies non transmissibles n’a pas été faite.

Le prochain cadre conceptuel des OMD devrait partir d’une vision partagée de développement qui prend en compte le cours de la vie plutôt que des objectifs isolés. L’équité serait également centrale. Les pauvres ont les plus mauvais indicateurs de santé. L’aide extérieure devrait être plus efficace et pérenne. Les objectifs devraient être remplacés par les principes. Un effort soutenu devrait être fait  pour que les plus pauvres soient atteints pour que l’esprit des OMD motive et concerne tous ceux qui s’occupent de la santé à l’échelle mondiale.

5. Lancet – Africa faces an uphill struggle to reach the MDGs

Wairagala Wakabi ; http://www.lancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)61435-3/fulltext

Wairagala Wakabi rapporte le fait que les déficits de financement et peu de volonté politique rendent difficiles le progrès vers l’atteinte des OMD pour la santé en Afrique. Les inquiétudes grandissantes notent qu’avec un faible financement, plusieurs pays africains ne pourront pas atteindre les OMD en ce qui concerne la mortalité maternelle et infantile. Tous les ans, 4,5 millions de décès d’enfant et 265 000 de décès maternels sont rapportés en Afrique, et dans certains pays il y a peu de signes en faveur d’une amélioration de la situation. Cet inquiétant état des choses a incité les chefs d’Etat africains à consacrer leur sommet tenu à Kampala en Ouganda du 25-27 juillet dernier, à discuter quels besoins doivent être faits pour permettre au continent de réaliser les OMD pour la réduction des décès maternels et infantiles.

Les activistes de santé et les agences des Nations Unis quand à eux relèvent le défaut de financement adéquat de la santé dans beaucoup de pays africains, notant que seuls trois pays ont atteint l’année dernière la cible de la dépense de 15% de leur budget sur la santé.

Selon des statistiques compilées par le Service d’Information de Santé Publique de l’Afrique, basé au Nigéria, l’allocation budgétaire de la santé en Europe et en Amérique est respectivement de 14,8% et 16,8%, comparé à la moyenne de l’Afrique de 8,7%. La plupart des pays africains dépensent moins que la moitié du paquet minimum recommandé par l’OMS qui est de $40 par personne sur la santé.

6. Lancet- Levels and trends in child mortality, 1990-2009 (comment)

Danzhen You, Gareth Jones, Kenneth Hill, Tessa Wardlaw, Mickey Chopra

http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)61429-8/fulltext

7. Lancet – Improving aid for maternal, newborn and child health

Devi Sridhar ; http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)61418-3/fulltext   

Sridhar commente le rapport de Pitt et al. sur la tendance de l’Aide Public au Développement (APD) 2003-2008 pour la santé materno-infantile. Elle met en relief les trois points soulevés par le rapport,

         l’APD selon les activités de santé materno-infantile a augmenté en valeur réelle de 105% pour tous les pays en voie de développement. Bien que cette observation soit importante, Sridhar pense que nous ne devrions pas attribuer de jugement normatif à cette conclusion. Car la question est de savoir si un domaine de santé est plus méritant que d’autres, et plus globalement si un secteur social vaut mieux que l’autre. A ce titre, OXFAM notait « tant que l’aide totale n’augmente pas, les enfants africains payeront les soins de santé de leur mère en sacrifiant leur éducation ».

         68 « pays Countdown » ont reçu 70,3% – 77,9% de tout l’APD pour les activités de santé materno-infantile, avec une corrélation claire entre mortalité et APD. La question évidente ici étant de savoir si les pays à revenu intermédiaire tels que l’Inde, la Chine et le Brésil devraient encore recevoir l’aide. Pourquoi les dollars d’aide devraient-ils subventionner les pays qui soient capables de fournir indépendamment des soins de santé à leur population?

         Entre 2003-2008, plus de 90% du financement pour la santé materno-infantile continuent d’être déboursés à travers les modalités basées sur les projets. Les approches sectorielles, le basket fund et le soutien budgétaire représentaient seulement 7,2% de l’APD en 2008. Bien que l’aide projet puisse mener aux résultats mesurables à court terme, sans investissements réalisés au niveau des ministères de Santé qui assurent le stewardship, quelle sera la stratégie de sortie à long terme pour les donateurs ?

Pour Sridhar, les trouvailles de Pitt et al. nous laissent encore avec deux étapes centrales pour mieux comprendre et améliorer cette question de l’aide:

         Quel est l’ampleur global de l’APD pour la santé? Etant donné que l’analyse de Pitt ne prend pas en compte tout l’APD pour la santé, à l’instar de celle de la Fondation Bill & Melinda Gates, des pays donateurs émergents tels que la Chine et le Brésil.

         Quel est l’effet de cette aide sur l’amélioration de la santé? Bien que l’argent soit naturellement au cœur de tout, notre intérêt principal est de savoir si les résultats de santé pour les mères, les nouveau-nés, et les enfants s’améliorent. Ceci n’a malheureusement pas encore été répondu.

8.  ARI – Changing the Course of MDGs by Changing the Discourse

Jan Vandemoortele ; http://www.realinstitutoelcano.org/wps/portal/rielcano_eng/Content?WCM_GLOBAL_CONTEXT=/elcano/Elcano_in/Zonas_in/ARI132-2010

Le 2nd et dernier sommet sur la revue des objectifs du millénaire avant la date butoir de 2015 s’est tenu il y’a quelques jours. Il ne reste plus qu’1/3 de chemin à parcourir pour 2/3 des objectifs à atteindre.

Ava
nt la tenu de ce sommet, Vandemoortele argumentait qu’il ne sera réussi que si les leaders mondiaux ont la vision et le courage de mettre sur la table le triple débat sur la reforme du système de commerce mondial, la sérieuse prise en compte du changement climatique, et surtout, la réduction des injustices dans les pays.
Car de ce changement radical du discours dépendra l’atteinte des OMD.

La réalisation des OMD implique des transformations fondamentales dans la société, qui dépassent habituellement les modèles macro-économiques, sectoriels et institutionnels car, la fin de la pauvreté ne résulte pas de l’augmentation de richesse ou d’aide, mais plutôt de l’accroissement des capitaux propres et de plus de justice.

Derrière chaque décès maternel ou infantile évitable, derrière chaque enfant non scolarisé où sous-alimenté, derrière chaque patient infecté par le VIH n’ayant pas accès aux ARV, se trouve une histoire de grande inégalité et de profonde discrimination.

Au lieu de réitérer une série de généralités et les platitudes au sujet de la croissance économique, l’aide et l’efficacité d’aide, et la bonne gouvernance, la véritable discussion au sujet des OMD doit être celui du triple objectif mentionné plus haut.

Health Financing

9. AP – AIDS Advocates Call For African Governments To Spend More Of Their Own Funds On Health

Donna Bryson ; http://globalhealth.kff.org/Daily-Reports/2010/September/13/GH-091310-AIDS-Funding.aspx

Vendredi dernier, les médecins et les activistes du VIH/SIDA ont invité les gouvernements africains à respecter l’engagement pris il y’a dix ans, de consacrer plus de ressources financières propre à la santé s’ils veulent l’aide internationale pour le combat du VIH/ SIDA. Un message opportun de Graca Machel, l’épouse de Mandela, demande aux gouvernements africains d’honorer leur engagement, à savoir consacrer au moins 15 pour cent du budget national à la santé.

 

10.    Reuters – Vaccine drives face multibillion funding shortfalls

http://www.reuters.com/article/idUSTRE68D4QI20100914

Dans un nouveau rapport, GAVI a indiqué un déficit de financement de $4,3 milliards pour ses programmes qui prévoient d’offrir l’immunisation à 110 millions d’enfants d’ici 2015. Alors que les décès dus à la rougeole ont diminué de 78% en 2008, les enfants dans les pays pauvres continuent à souffrir des maladies que l’on peut prévenir par la vaccination telles que la pneumonie et les diarrhées. La campagne d’éradication de la polio accuse un déficit $1,3 milliard. Chaque $ utilisé pour la vaccination permet d’épargner $14,5 dans les coûts de soins.

Research

11.    Needs-driven rather than market-driven rules to spread access to medicines in poor countries

Daniele Dionisio ; http://www.scribd.com/doc/34721306/Needs-driven-rather-than-market-driven-rules-to-spread-access-to-medicines-in-poor-countries (PDF, 5p, 92,5 Kb, SCRIBD or Facebook account required)

Dionisio relève que les politiques et règles actuelles basées sur les droits de patente sur les médicaments ne permettent pas aux pays pauvres – en particulier d’Afrique sub-saharienne- d’avoir accès aux médicaments pour la prise en charge des maladies infectieuses.  Ceci malgré les résolutions de la 61e (Mai 2008) et 63e (Mai 2010) Assemblée générale de l’OMS qui encouragent le développement et l’accès aux médicaments en fonction des besoins plutôt que sur base des lois du marché Il propose de nouvelles stratégies pour que les prix des médicaments pour le patient ne soient pas liés à leur coût de recherche et de fabrication, notamment :

         Le partenariat dans la production de médicaments pour renforcer la collaboration entre le public (gouvernement, universités, institut de recherche) et le privé (industries pharmaceutiques, ONG, fondations…)

         L’achat des patentes permettrait à des organisations de racheter les patentes pour les redistribuer gratuitement ou à des coûts accessibles

         L’octroi des priorités pour la revue des procédures de fabrication écourterait les périodes et procédures de fabrication

         Le Fonds d’impact santé : les industries pharmaceutiques recevraient ce fonds proportionnellement à l’impact que leur médicament à sur la santé en terme de QUALYS par exemple sauvés.

         Les Pools de patente : plusieurs compagnies qui possèdent chacune une patente sur un produit les mettent ensemble pour la production publique de ce groupe de médicaments. Ceci est très utile dans le cadre des multithérapies (VIH/SIDA, Tuberculose, paludisme).

La combinaison de ces modèles est indispensable pour améliorer l’accès aux médicaments dans les pays pauvres. Ces mesures doivent être associées à d’autres interventions telles que l’amélioration des infrastructures, la correction de la pénurie en personnels, le renforcement des contrôles des médicaments et la réduction des prix des médicaments importés.

Disclamer

This e-mail and any attachments thereto may contain information which is confidential and/or protected by intellectual property rights and are intended for the sole use of the recipient(s)named above. Any use of the information contained herein (including, but not limited to, total or partial reproduction, communication or distribution in any form) by persons other than the designated recipient(s) is prohibited. If you have received this e-mail in error, please notify the sender either by telephone or by e-mail and delete the material from any computer.


This e-mail message has been scanned for Viruses and Content.


______________________________________________________________________
This email has been scanned by the MessageLabs Email Security System.
For more information please visit http://www.messagelabs.com/email
______________________________________________________________________

Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.