Chers Collègues,

La plupart de nos lecteurs regrettent certainement que les experts des pays développés dominent trop souvent le débat sur la santé mondiale. Heureusement, il y a du changement dans l’air.

Il est maintenant temps que les experts des pays en développement se fassent entendre. Pour soutenir ce changement, nous lançons une compétition de rédaction d’essai scientifique par laquelle, nous invitons les experts des pays à faible et moyen revenus à exprimer leur point de vue sur les progrès possible pour atteindre la couverture universelle des interventions promouvant la santé dans les pays en développement. Les auteurs des meilleurs essais seront invités à une session de formation à l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers, Belgique. Ils seront également invités à participer au colloque de l’Institut et au premier symposium sur la recherche sur les systèmes de santé qui se tiendra à Montreux, Suisse. Le tout dans le courant du mois de novembre 2010.

Bonne lecture.

David Hercot

La traduction a été assurée principalement par George Ngufor Fotoh. La sélection a été réalisée par Kristof Decoster, Josefien Van Olmen, Wim Van Damme et David Hercot.


Global Health

1. Plos – Health Diplomacy and the Enduring Relevance of Foreign Policy Interests

Harley Feldbaum, Joshua Michaud ; http://www.plosmedicine.org/

La diplomatie de la Santé et la pertinence durable des intérêts de la politique étrangère

La diplomatie de la santé est un concept de plus en plus utilisé dans le domaine des relations entre les pays et entre les organisations qui gèrent les problèmes de santé globale. La diplomatie de la santé peut influencer la diplomatie étrangère tout comme la diplomatie étrangère peut influencer la diplomatie de la santé.

Les auteurs discutent 5 liens importants entre les deux diplomaties :

  • La communauté d’experts de santé publique profite du concept de diplomatie sanitaire pour accroitre la visibilité de la santé dans la politique étrangère;
  • Les diverses définitions de la diplomatie sanitaire représentent des perspectives différentes sur l’utilisation et la neutralité politique des différentes interventions sanitaires ;
  • Les priorités de la politique étrangère déterminent souvent la priorité politique et le financement des actions de santé globale ;
  • L’utilisation des interventions sanitaires par les états et les organisations non gouvernementales pour atteindre des objectifs ultérieurs est une action controversée qui est cependant de plus en plus fréquente;
  • Pour comprendre la diplomatie de la santé globale, il est important de connaitre les enjeux de la politique étrangère.

2. CGD – Slender on Gender: Global Fund Round 8 and 9 Proposals

Christina Droggitis ; http://blogs.cgdev.org/

Les Propositions du Fonds Global Round 8 et 9 peuvent mieux faire au niveau Genre

Dans le cadre du financement de la lutte contre le VIH/SIDA le Fonds Global donne une place importante aux stratégies d’égalité entre les genres. Mais les propositions du Round 8 et 9 n’ont pas répondu suffisamment à cette exigence. Le taux de propositions contenant un composant genre significatif est passé de 35% à 20% entre le round 7 et 8.

Le Fonds Global ayant constaté cette faiblesse se propose d’insister sur la nécessité de mener une analyse nationale du genre à prévoir dans le guide de rédaction des propositions du round 10.

Il est souhaité que les pays demandeurs du financement du Fonds Global obtiennent une assistance technique des autres partenaires tels que l’ONUSIDA, l’OMS et la Banque Mondiale pour une élaboration satisfaisante des propositions.

3. Lancet – Tedros Adhanom Ghebreyesus—a Global Fund for the health MDGs

Kelly Morris ; http://www.thelancet.com/

Tedros Adhanom Ghebreyesus – un Fonds Global pour les OMDs santé

Cet article présente monsieur Tedros Ghebreyesus actuellement ministre de la Santé Publique en Ethiopie. Apres des études de Biologie, couronnées par un doctorat (PhD) en Santé Communautaire, cet éminent chercheur dans le domaine du paludisme devient président du Conseil d’administration du fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme en 2009.

Le ministre Tedros souhaite voir le mandat du Fonds Mondial élargit pour devenir un Fond Mondial pour le financement de tous les OMDs santé. Le ministre Tedros a soutenu l’approche sectorielle dans son pays et le Fonds Mondial reste pour lui le résultat d’un engagement collectif indispensable pour le succès de la santé mondiale.

4. Reuters – Europe must rethink aid approach – development chief

Bate Felix & Julien Toyer; http://in.reuters.com/

Interview – l’Europe doit repenser son approche de l’aide selon le commissaire de l’UE pour le développement

Dans le contexte de la crise financière mondiale l’Union Européenne cherche des nouveaux  mécanismes de financement afin de respecter ses engagements vis-à-vis de l’aide aux pays les plus pauvres du monde.

L’Europe est le premier bloc de pays donateurs du monde. Les états de l’UE se sont engagés à fournir de l’aide internationale à hauteur de 0.7% de leur produit national brut (PNB). Selon l’Organisation pour la Coopération Economique et le Développement (OCDE) les états de l’UE n’ont contribué que 0.42% de leur PNB en 2009.

Andris Piebalgs, commissaire pour le développement à la commission européenne, soutient la proposition d’établir une taxe sur les transactions financières pour permettre à l’UE de ne pas faillir à son engagement.

Maternal Mortality

5. Karengrepin – Are my made up numbers better than your made up numbers? Uncovering the new maternal mortality estimates

Karen Grepin ; http://karengrepin.blogspot.com/

Mes chiffres fabriqués sont-ils mieux que vos chiffres fabriqués? La vérité sur les nouvelles estimations de la mortalité maternelle.

La nouvelle estimation de la mortalité maternelle parue dans le Lancet la semaine passée a fait l’objet de nombreux commentaires. Nous avons sélectionné quelques uns : Karen Grepin, dans son blog, a fait un effort pour expliciter la différence entre les chiffres présentés par les deux groupes de chercheurs qui ont publié les estimatifs les plus solides au cours des dernières années, le Groupe Hill et le groupe de l’Institut pour l’information sanitaires et l’évaluation (IHME). Les chiffres présentés par IHME en 2008 sont inférieurs de 193.000 décès maternels à ceux présentés
par le groupe Hill en 2005. Trois raisons peuvent expliciter cette différence : chaque groupe a fait ses choix et suppositions  quant à l’exploitation des données disponibles, l’explication des sous reportage des données, et la manière dont chacun a développé le modèle de calcule des données manquantes.

Quelles sont les leçons apprises de cette discussion ?

  • Les estimations de la mortalité maternelle varient selon les suppositions faites ;
  • La mortalité maternelle mondiale a  connu une baisse progressive (1-2% par an ) au cours des 30 dernières années ;
  • Dans certaines zones du monde le progrès a été plus marqué (Chine, Inde, Amérique latine). Mais en Afrique, les progrès sont presque inexistants.

Sur le blog du centre pour le développement mondial, Nandini Oomman propose quatre messages clés : Nous avons besoin de meilleurs données, nous devons comprendre pourquoi il y a eu des progrès –ou pas, il faut maintenant faire la distinction entre les causes directes et indirectes de mortalité maternelle (notamment suite à l’importance de la mortalité liée au SIDA dans certaines régions) et finalement il est peut-être temps de développer des nouvelles idées tel que le paiement à la performance.

Enfin, Nicholas Kristof souligne sur un blog du New York Times que cette bonne nouvelle pourrait être positive pour les activistes de la santé maternelle. « On préfère souvent faire partie de quelque chose d’utile, qui progresse, et qui peut être amélioré ».

Malaria

6. Lancet – Malaria 2010: more ambition and accountability please

Editorial ; http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)60601-0/fulltext

Paludisme 2010: plus d’ambition et de transparence s’il vous plait

Dans un éditorial le Lancet affirme qu’il y a de l’espoir pour un accès universel à la prévention et au traitement du paludisme d’ici la fin de cette année en réponse à la demande du secrétaire général des NU de 2008. Malgré la résolution de l’assemblée générale des Nations Unies visant une réduction de 50% de cas et de décès dus au paludisme et des progrès réalisés dans la prévention, on constate un certain pessimisme ça et là.

L’absence d’un vaccin efficace, la distribution du paludisme dans les pays en développement et sa résistance à l’artemisinine sont des facteurs d’inquiétude. Le progrès fait par GSK dans la production du vaccin pré-érythrocyte et l’investissement de la Fondation Bill et Melinda constituent une source d’espoir. L’OMS, l’UNICEF et le Fonds Mondial doivent accroitre le plaidoyer au vue de l’urgence et la communauté de santé globale doit montrer plus d’ambition et de transparence.

Health Research

7. Lancet – Getting research into policy, or out of practice, in HIV?

Justin Parkhurst, Ian Weller b, Julia Kemp ; http://www.thelancet.com/

Amener la recherche dans les politiques, ou la pratique dans la recherche, dans le VIH ?

Les programmes de prévention et de traitement du VIH/SIDA sont fortement influencés par de nombreux facteurs tels que le comportement de la population, le milieu, le niveau socio-économique. Ceux-ci déterminent la performance des programmes, soit de façon isolée ou de manière combinée.

Les auteurs de cet article présentent un schéma préconisant deux voies pour impliquer la recherche : le chemin GRIPP [Getting Research into policy and practice] pour partir de la recherche vers la politique et la pratique et le chemin GROP [Getting Research out of practice] pour identifier les sujets de recherche a partir de la pratique. Le modèle GROP proposé est composé de 4 domaines qui nécessitent un financement et un appui technique international : le développement des hypothèses plus explicites, une recherche opérationnelle améliorée, l’utilisation croissante de l’évaluation des processus et de l’évaluation d’impact.

8. Lancet – Young Voices demand health research goals

Maarten Kok, Dziedzom Komi de Souza ; http://www.thelancet.com/

Les jeunes talents demandent de fixer des objectifs de recherche

Suite au Forum Global sur la Recherche en Santé tenu à La Havane à Cuba en 2009, les jeunes lauréats du concours d’essai ont tenu à s’exprimer au sujet de la recherche en santé dans le Lancet de cette semaine.

En dépit des 13 forums tenus et des appels à l’action pour la recherche en santé dans les pays en développement, la recherche reste surtout une affaire financée, décidée et mise en œuvre par les pays développés.

Les jeunes chercheurs des pays en développement ont eu peu d’opportunités pour présenter des propositions de recherche en santé et surtout des sujets pertinents pour leurs pays. Le manque d’action et de transparence des gouvernements restent au cœur de la problématique. Deux buts spécifiques sont proposés pour  la recherche en santé :

  • Fixer des priorités nationales pour la recherche en santé dans chaque pays

  • Etablir un fonds national pour la recherche en santé dans tous les pays.

Les bailleurs de fonds devraient appuyer les pays qui doublent les dépenses annuelles pour la recherche en santé.

Health Financing

9. Heapol – Health Financing in Brazil, Russia and India: What Role Does the International Community Play?

Devi Sridhar, and Eduardo J. Gómez; http://heapol.oxfordjournals.org/

Le Financement de la Santé au Brésil, en Russie et en Inde: Quel rôle joue la Communauté Internationale?

Les auteurs ont mené une analyse du financement de la santé dans les 3 pays à travers les budgets nationaux, leurs distributions en fonction du fardeau de la maladie et l’impact spécifique du VIH/SIDA, de la Tuberculose et du Paludisme. Le Brésil et l’Inde ont un biais important en faveur du financement du VIH/SIDA. A travers le cadre d’analyse de Reich ils ont identifié les facteurs pour la reformulation de l’état du dessus, de l’intérieur et en dessous.

10. Lancet – Health-financing strategy for WHO’s Asia-Pacific Region

Chris D James, Dorjsuren Bayarsaikhan, Henk Bekedam ; http://www.thelancet.com/

Une stratégie de Financement de la Santé pour la Région OMS de l’Asie et du Pacifique

Malgré la croissance du PIB de 7.2% dans la zone d’Asie et du Pacifique au cours des années 1999-2008 une importante frange de la population a peu d’accès aux service de santé et plus de 70 millions de personnes doivent payer pour leurs soins au moment de la maladie.

Dans le souci d’améliorer l’accès et l’équité aux soins dans la région, l’OMS a ajouter quatre objectifs chiffrés à la stratégie adoptée en septembre 2009:

  • Les dépenses directes des ménages ne doivent pas dépasser 30 à 40% des dépenses totales de santé ;

  • Le pourcentage du PIB dépensé pour la santé doit atteindre 4 à 5% ;

  • Le taux de couverture des populations par les systèmes de prépaiement doit atteindre les 90%;

  • La couverture de la population vulnérable par la sécurité sociale devrait approcher des 100%.

La stratégie de l’OMS précise aussi les domaines prioritaires sur lesquels les experts en politique de santé devraient se pencher parmi lesquels le plaidoyer pour investir dans la santé, l’efficience, le mode de rétribution des fournisseurs de services et l’équité.

Commentaires récents sur l’efficacité de l’aide

L’ancien économiste du département anglais pour le développement (DFID), Owen, a publié trois blogs récemment. Dans l’un d’entre eux il dit ne pas être d’accord avec les recommandations de l’article de Lu et al. publié dans le Lancet récemment sur la fongibilité de l’aide. Dans un autre commentaire, il parle des élections en Angleterre et pense que la question n’est pas tellement sur les 0,7% de l’aide que tous les partis approuvent mais plutôt sur la cohérence des autres politiques (tel que les armes, les médicaments, l’immigration,…) qui doivent être équitable pour les pays tiers.

Au sujet de la fongibilité de l’aide, le Centre pour le développement mondial (CGD) discute de manière technique la méthodologie utilisée par cette même étude de Lu et al. L’auteur conclut que l’interprétation des résultats est discutable.  Le point de vue de nos collègues, publié en même temps que l’article original est également intéressant à lire. (article original ou acces libre)

Enfin, deux dames influentes, Nancy Birdsall and Liliana Rojas-Suarez , commentent les changements observés dans la gestion de la Banque Mondiale et du FMI suite à la crise financière de l’année passée.


Go to archiveGo to homepage

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.