Crowding out: are relations between international health aid and government health funding too complex to be captured in averages only?
Dr Gorik Ooms PhD, Kristof Decoster MSc, Katabaro Miti PhD, Sabine Rens BA, Luc Van Leemput MSc, Peter Vermeiren MSc, Wim Van Damme MD
The Lancet, Early Online Publication, 9 April 2010 doi:10.1016/S0140-6736(10)60207-3

Vases communicants: les relations entre l’aide international en santé et le financement public de la santé sont-elles trop complexes pour être exprimées en moyennes seulement?

Dans cet article paru en même temps que celui de Lu et al., Ooms et ses collègues donnent leur point de vue sur l’effet de l’aide dans le secteur de la santé sur le financement domestique de la santé.

L’Aide internationale pour la santé induit des réponses qui produisent des effets de vases communicants ou de fongibilité. Ces réponses varient selon les pays et selon que l’aide soit augmentée ou réduite. Les auteurs ont mené une étude basée sur les données des comptes nationaux de la santé fournies par l’OMS pour tenter de comprendre, non seulement si les états font ces choix, mais aussi, pourquoi ils les font. En comparant les situations en 2002 et 2006 en Ethiopie et au Rwanda les auteurs ont pu définir 3 hypothèses de politique pouvant aboutir à un effet de vases communicants :

  • une compensation et redistribution aux autres secteurs que la santé ;
  • l’anticipation de la non fiabilité de l’aide internationale ;
  • et l’expansion de l’aide pour couvrir plusieurs années.

Go to archiveGo to homepage

Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.