Chers Collègues,

Nous avons démarré cette semaine un nouveau modèle de cours à l’institut qui occupe les membres de notre équipe. Un cours de deux semaines ou nous tentons de rapprocher les perspectives entre le ministère de la santé, le ministère des finances, la société civile, les bailleurs favorisant l’approche « appui budgétaire » et ceux favorisant l’approche « verticale ». Une très riche expérience.

La question de l’aide à la santé est de nouveau à l’ordre du jour de notre lettre. Que ce soit l’élargissement du mandat du Fonds Mondial soutenue par le Lancet ou la redéfinition de l’aide internationale proposée par notre collègue Gorik Ooms. N’hésitez pas à donner votre avis sur ces sujets

Bonne lecture

David Hercot

La traduction a été assurée principalement par George Ngufor Fotoh.

La sélection a été réalisée par Kristof Decoster, Josefien Van Olmen, Wim Van Damme, Miti Katabaro, Peter S. Hill et David Hercot.


Global Health

< ![if !supportLists]>1. < ![endif]>Cross Europe High Level Conference ; Delivering the Right to Health with the Health Millennium Development Goals

Peter Moors, Director General for Development Cooperation of Belgium on behalf of Minister Charles Michel ; (not online)

Assurer le Droit à la Santé avec les Objectifs du Millénaire pour le Développement

Le discours de Peter Moors  au parlement européen à Bruxelles souligne l’importance des OMD comme outil de plaidoyer et de mobilisation politique en faveur du développement humain et du suivi des progrès dans les pays du monde. Il a insisté sur l’atteinte des OMD santé dont plusieurs défis entravent leur poursuite. Quatre incompréhensions doivent être clarifiées : l’Aide globale de santé doit réduire les inégalités entre les pays riches et pauvres et à l’intérieur des pays récipiendaires ; les OMD ne constituent pas le modèle pour les stratégies des pays en développement, ni pour les politiques des bailleurs ; les estimations des coûts pour atteindre les OMD sont inadéquates ; la performance au niveau des OMD santé n’est pas satisfaisante.

La nécessité d’accroitre l’aide au développement, l’amélioration de l’efficacité de l’aide et le renforcement des systèmes de santé sont trois problématiques sur lesquelles l’orateur a insisté. La participation des pays en développement au financement des OMD doit s’améliorer et les mécanismes de mutualisation du risque doivent être envisagés afin d’éviter l’exclusion des pauvres aux soins de santé.

< ![if !supportLists]>2. < ![endif]>KFF – Ban, Clinton Launch Initiative Allowing Travelers To Donate To Global Health

http://globalhealth.kff.org/Daily-Reports/2010/March/05/GH-030510-MassiveGood.aspx

Massive Good une nouvelle source de financement pour la santé internationale

Dans le cadre de la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme et l’amélioration de la santé maternelle et infantile, une nouvelle initiative de financement, MASSIVEGOOD, a été lancée par Bill Clinton et Ban Ki-moon. Elle est fondée sur un don volontaire de $2 lorsque vous achetez un billet d’avion, une réservez une chambre d’hôtel ou louez une voiture. Ce partenariat entre les agences des NU et les compagnies de voyage permettra aux personnes ordinaires de contribuer pour la santé globale. Les fonds seront versés à UNITAID principalement.

< ![if !supportLists]>3. < ![endif]>CNN – Clinton: Improving foreign health is good policy

CNN ; http://edition.cnn.com/2010/POLITICS/03/10/global.health/

Clinton: Améliorer la santé mondiale est une bonne politique

Témoignant devant le Comité des Relations Etrangères du Sénat américain, l’ancien président Clinton et Bill Gates, président du Microsoft ont soutenu la pertinence de l’appui que l’USA doit donner à la santé globale. Les Etats Unis d’Amérique doivent bâtir un monde avec plus de partenaires que d’adversaires. Le gouvernement américain devrait augmenter
son financement pour la distribution des vaccins et le fonds mondial de lutte contre le VIH/SIDA.

Health Financing

< ![if !supportLists]>4. < ![endif]>Yale Journal of International Affairs – Stop development assistance, globalize social protection

Gorik Ooms ; (not online yet)

Arrêter l’aide au Développement, globaliser la Protection sociale

L’Organisation Mondiale de la Santé recommande une contribution d’US $40 par habitant et par an pour fournir un paquet minimum de soins de santé dans les pays à faible revenu principalement en Afrique. Pour ce faire il faudrait que les pays les plus viables contribuent US $23 par habitant pour compléter les US $17 que les pays africains pourraient contribuer sur leurs ressources domestiques.

Les pays développés trouvent cette formule trop chère pour eux car la pérennité reste incertaine.

L’auteur propose d’adapter le modèle belge aux relations globales de solidarité. La mise sur pied d’une sécurité sociale mondiale qui va couvrir la santé, l’éducation, l’eau potable, la sécurité alimentaire et le logement de façon continue à travers les taxes pour les services de santé. Un gouvernement global n’est pas nécessaire, comme pensent certaines personnes, pour atteindre cet objectif.

< ![if !supportLists]>5. < ![endif]>WB policy research working paper – Financial Transactions Tax. Panacea, Threat, or Damp Squib ?

http://ideas.repec.org/p/wbk/wbrwps/5230.html

La Taxe sur les transactions financières, panacée, menace ou mirage ?

 Dans ce rapport de la Banque Mondiale, les auteurs postulent qu’une taxe sur les transactions internationales ne permettra pas de collecter autant d’argent qu’annoncé par ailleurs et pourrait entrainer d’importants changements dans les comportements économiques. Jeffrey Sachs n’est pas de cet avis.

< ![if !supportLists]>6. < ![endif]>Canwest – Growth in defence spending to slow; foreign aid to be capped

Juliet O’neill ; http://www.nationalpost.com/story.html?id=2637029

La croissance de la dépense militaire va ralentir; l’aide étrangère va être limitée

Il y a beaucoup de bruit autour de la décision canadienne de limiter son budget pour l’aide étrangère au moment où le Canada s’apprête à accueillir et présider les réunions du G8 et G20 cette année. Ceci jette le doute sur le leadership que le Canada voudrait prendre pour la mobilisation international des fonds en faveur de la santé maternelle et infantile. « Que de contradictions ! » expriment les observateurs.

< ![if !supportLists]>7. < ![endif]>Lancet – The Health Impact Fund

Donald Light  ; http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)60387-X/fulltext  

Le Fonds d’Impact de Santé

Donald Light commente l’article de  Amitava Banerjee and colleagues sur le fonds d’impact de santé (voir IHPn 47 fr art 9).

Malgré une ressemblance apparente entre le fonds d’impact de santé (FIS) et la Garantie anticipée de Marché (AMC), il existe trois différences fondamentales en faveur du FIS (voir IHPn 53 fr art 4). Dans le schéma du FIS, le bénéfice des sociétés pharmaceutiques est proportionnel au gain en terme de santé et ce à long terme. Sans modifier les règles de brevets, le FIS les rends obsolètes en mettant un mécanisme en place qui encourage les sociétés en fonction du bien être produit.  L’AMC permet aux sociétés de maximiser leur profit aussi bien sur les marchés émergeants que dans les pays pauvres. Il est souhaitable que le FIS évolue de façon autonome sans tenter de mimer l’AMC.

Global Health Initiatives

< ![if !supportLists]>8. < ![endif]>Lancet – The Global Fund: replenishment and rede
finition in 2010

The Lancet ; Full Text

Le fonds mondial : réapprovisionnement et redéfinition en 2010

 Le Fonds mondial a contribué de façon significative à la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme dans les pays à faible et à moyen revenu. Son rapport intitulé « The Global Fund 2010 : innovation and Impact » présente des résultats impressionnants, par exemple : 790 000 femmes enceintes séropositives traitées, 6 million de tuberculeux traités et 104 millions de moustiquaires imprégnés d’insecticide distribués en 8 ans de fonctionnement.

Des défis importants restent à surmonter pour les trois maladies en plus du financement du renforcement des systèmes de santé. Le fonds doit aussi démontrer la réussite auquel il prétend de façon fiable et indépendante et sur cette base, il pourra justifier son nouvel appel de fonds. Le Lancet pense qu’il est temps maintenant que le Fonds Mondial devienne le Fonds Mondial pour les OMD santé et être réapprovisionné en fonction dés cette année.

< ![if !supportLists]>9. < ![endif]>The Global Fund – Progress Reports 2010 – Resource Scenarios 2011-13

http://www.theglobalfund.org/en/publications/progressreports/2010/

Résumé exécutif en Français (PDF 2,4 Mb)

Rapport d’évolution 2010 et scenarios de financement.

En vue du prochain appel de fonds prévu en octobre cette année, le Fonds Mondial a produit une série de rapports d’évaluation. Nous vous recommandons le Resource Scenarios 2011-2013 (en anglais, résumé en Français). Dans ce scénario, le Fonds Mondial présente trois scénarios différents allant de 13 à 20 milliards. Le plus faible étant jugé insuffisant par la société civile pour maintenir les services actuels.

< ![if !supportLists]>10.    < ![endif]>GFO – Global Fund Pursues Discussions with GAVI and World Bank on Joint Funding of HSS

The Global Fund Observer; http://www.aidspan.org/?issue=116&article=4

Le Fonds Global Poursuit les Discussions avec GAVI et la Banque Mondiale pour le financement conjoint du RSS

Une plateforme tripartite pour le financement conjoint du renforcement des systèmes de santé (RSS) est en cours de constitution entre le Fonds Mondial, GAVI et la Banque Mondiale.

Le financement du RSS est un domaine commun aux trois organisations. Les avantages de cette stratégie de financement du RSS pour les pays bénéficiaires sont explicités en plus du fait d’accélérer l’atteinte des meilleurs impacts sanitaires.

Deux options sont préconisées pour l’exécution de cette stratégie :

< ![if !supportLists]>·        < ![endif]>une demande de financement unique du RSS ;

< ![if !supportLists]>·        < ![endif]>un financement fondé sur une évaluation conjointe de stratégies nationales.

Pour le Fonds Mondial chaque approche dépendra de certaines considérations énoncées.

La société civile exprime son inquiétude face à cette initiative au vu de la différence entre la BM et les deux autres partenaires en matière de mécanismes de financement et du fait du récent rapport sur la faible performance des investissements de la BM en santé en Afrique.

Aid effectiveness

< ![if !supportLists]>11.    < ![endif]>NYT – Sachs’ Millennium villages – Shower of Aid Brings Flood of Progress   (example in Kenya)

http://www.nytimes.com/2010/03/09/world/africa/09kenya.html

Une pluie d’Aide Amène un Fleuve de Progrès

« Villages du Millénaire » représente une stratégie de lutte contre la pauvreté dans les pays en développement. La mise en œuvre de cette stratégie caractérisée par les activités génératrices de ressources a produit des résultats spectaculaires par exemple dans la ville  de Sauri à l’ouest du Kenya. Une augmentation de la productivité agricole, une chute de 30% de la mortalité infantile et une amélioration de la fréquentation scolaire sont parmi les résultats les plus éloquents.

A ce jour il existe plus de 80 villages semblables à travers l’Afrique faisant partie d’un projet développé par Jeffrey D Sachs qui reçoit l’appui des grands bailleurs comme les fondations Clinton, Bill Gates et d’autres.

Toutefois, ce projet est fort critiqué par William Easterly et d’autres qui le considère comme un ilôt d’abondance dans une mer de pauvreté. Certains critiques pensent que les évaluations du projet manquent de rigueur scientifique et que le passage à l’échelle de ce projet sera presqu’impossible en Afrique à cause de la forte prévalence de la corruption, de politique ethnique, de l’absence de la transparence et d’autres maux. M. Sachs n’est pas d’accord avec ses critiques !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.