Chers Collègues,

La semaine passée, l’OCDE a publié un rapport sur les promesses d’aide des nations les plus riches. Selon leurs projections, les pays donateurs donneront des milliards de moins que ce qu’ils avaient annoncé malgré le respect ou le dépassement des engagements de certains.

Bonne lecture

David Hercot

La traduction a été assurée principalement par George Ngufor Fotoh.

La sélection a été réalisée par Kristof Decoster, Josefien Van Olmen, Wim Van Damme, Miti Katabaro, Yibeltal Assefa, Peter S. Hill et moi-même.


Global Health Initiatives

1. Enjeux politiques de l’évaluation du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Kerouedan D ; http://afrikibouge.com/ (PDF;  302 Kb)

Cet article en Français discute les points clés de l’évaluation du Fonds Mondial. Le fonds mondial pour la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme a été évalué à cinq ans sur sa performance organisationnelle, institutionnelle et sur l’environnement de partenariat aussi bien que l’impact de l’accroissement du financement. Comme résultats, entre autres on note une expansion rapide des services de prévention et de traitements des trois maladies mais peu de progrès dans l’effort collectif de ralentissement de la transmission du VIH. Il conclut que les politiciens doivent faire attention à « la nécessité de réfléchir aux stratégies d’accompagnement des nouveaux instruments de financement du développement en vue d’améliorer leur efficacité. »

2. The Lancet Infectious disease – Rights of vulnerable people and the future of HIV/AIDS

http://www.thelancet.com/

Les droits des personnes vulnérables et le futur du VIH/SIDA

Au cours des trois dernières décennies qui ont suivi l’identification de la pneumonie à Pneumocystis carinii jirovecii, le SIDA a évolué d’un syndrome lié à des populations spécifiques à une affection pandémique touchant la plupart des groupes sociaux dans chaque pays. Des progrès importants ont été réalisés depuis la découverte du virus jusqu’au diagnostic et au traitement. Selon le rapport actualisé de 2009 sur l’épidémie du SIDA le nombre de nouvelles infections a chuté de 17% et les décès liés au SIDA ont chuté de 10% au cours des 5 derniers années. En plus, 2.9 million de vies ont été sauvées depuis 1996.

Les préjugés, la discrimination et la stigmatisation sont des facteurs qui continuent à marquer les groupes les plus affectés et à plus grand risque et constituent un blocage à la lutte contre la maladie. Près de 30 pays continuent à interdire aux personnes porteuses du VIH d’entrer chez eux.  Les homosexuels, les travailleurs du sexe, les drogués par injection sont des groupes à grande prévalence de l’infection à VIH et méritent une attention particulière dans la lutte contre le VIH.  Le financement de la lutte contre le VIH dans ces groupes marginalisés doit s’améliorer et leur droit à la santé doit être restauré si l’épidémie de VIH/SIDA doit diminuer plus rapidement.

3. Global health initiatives: opportunities or challenges?

Viroj Tangcharoensathien* and Walaiporn Patcharanarumol ; http://heapol.oxfordjournals.org

Les initiatives globales de santé: opportunités ou défis ?

L’avènement des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la session spéciale de l’assemblée générale des NU sur le VIH/SIDA, a vu un accroissement significatif du financement global de la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Les initiatives globales comme le Multi-country AIDS Program ont permis le passage à l’échelle de la prévention et traitement du VIH/SIDA et de la couverture vaccinale dans les pays à faible revenu. Dans ce processus il y a des opportunités à exploiter et des défis à minimiser.

Ces initiatives globales contribuent à améliorer la gouvernance à travers la transparence de leur gestion en plus du passage à l’échelle des activités pour un accès et impact meilleur. Dans certains cas ces initiatives globales ont contribué au renforcement des systèmes de santé.

Concernant les défis, on note que ces financements n’ont pas pu assurer l’harmonisation, la coordination, le monitoring et l’évaluation des activités par les gouvernements et les bailleurs. Par ailleurs, certaines initiatives ont imposé une rigidité des programmes avec comme conséquences l’affaiblissement du leadership et de l’appropriation des pays bénéficiaires. Le volume important de certains financements a induit des problèmes de la capacité d’absorption et fragilisé la transparence dans la distribution des ressources nationales. Pire encore la focalisation des Initiatives sur le VIH a dévié le regard sur la santé maternelle, néonatale et infantile. La contribution du GAVI pour la survie de l’enfant est négligeable !

Un meilleur équilibre est attendu de la part des initiatives globales de santé pour mieux exploiter les opportunités et minimiser les défis.

4. GAVI’s Advance Market Commitment

earlier report by Usher ; Nina Schwalbe and Ibrahim El-Ziq ; Donald W Light

La Garantie de Marché par Avance de GAVI (AMC)

GAVI a mis en place un nouveau mécanisme (AMC) pour mettre des nouveaux vaccins à disposition des pays à faible revenu de façon durable. Selon Light, le Rapport Mondial produit par GAVI émet des arguments contradictoires et incompatibles sur la capacité de ce mécanisme à remplir ses engagements. Malgré les promesses de GAVI visant à aboutir à une production de vaccins moins coûteux pour couvrir plus d’enfants, le design de l’AMC tient les négociateurs à la merci des producteurs en position de monopole qui cachent le vrai coût de production des vaccins et gardent les pays à faible revenu perpétuellement dépendant des dons.

Ruth Levine qui a conseillé GAVI sur l’AMC spécule que le prix de production serait d’environ de $7 pour une dose contrairement à l’estimation de $1 à 2 proposée par les conseillers technique de GAVI eux-mêmes. Selon lui, les bailleurs devraient soutenir des stratégies qui permettent aux sociétés innovantes de bénéficier de la vente de nouveaux vaccins pour des maladies mondiales mais qui doit permettre également de les mettre à la disposition des pays GAVI-éligibles à des prix abordables à long terme.

Nina Schwalbe et Ibrahim El-Ziq pour leur part tentent d’expliquer comment le mécanisme de définition du prix des vaccins n’a pas d’influence sur le nombre d’enfants vaccinés dans le schéma proposé par l’AMC. [Pour info, l’AMC est un mécanisme financier qui devrait permettre la stimulation de la production par les fabricants de vaccins d’un vaccin contre le pneumocoque (dans un premier temps) dont les valences seront adaptées à l’Afrique. Dans le schéma actuel, le prix pour les pays acheteurs via GAVI serait de 3,50 USD la dose au delà de la phase initiale. Il est déjà question de l’étendre à la tuberculose alors même que le mécanisme n’ a pas encore été testé pour le pneumocoque.]

5. KFF – Obama Administration Nominates Former Clinton
Adviser To Lead UNICEF

http://globalhealth.kff.org/ 

Un nouveau patron pour l’UNICEF

Malgré un appel du Lancet il y a quelques mois pour un recrutement basé sur les compétences pour les postes clés au sein des Nations Unies et en particulier de l’UNICEF, l’administration Obama a procédé à la nomination politique d’un nouveau patron pour l’UNICEF.

Health Financing

6. AFGH report – The IMF and the human resources for health crisis in developing countries – report

AFGH

Le FMI et la crise de ressources humaines pour la santé dans les pays en développement – rapport

“Action for Global Health »- Royaume Uni et Stop AIDS Campaign a publié un rapport sur l’impact des politiques du FMI sur la crise des ressource humaines pour la santé dans les pays en développement.

Près de 57 pays en développement sont confrontés à une crise de main d’œuvre dans le secteur de la santé selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ce manque de ressources humaines risque de compromettre l’atteinte des OMD-santé.

A l’aube de la crise monétaire mondiale le FMI se réclamait d’une rhétorique de flexibilité accrue de ses politiques fiscales et monétaires en faveur des pays bénéficiaires de son financement afin de pouvoir améliorer leurs ressources. Ceci n’a pas été le cas. Les pratiques macroéconomiques du FMI restaient restrictives, sa flexibilité limitée et peu durable et son influence disproportionné sur les pays à faible revenu.

7. EG4H – Robbing from the rich to give to the poor

http://www.eg4health.org/

Robin des Bois : Dérober les riches pour donner aux pauvres

Une grande coalition de la société civile Anglaise vient de se constituer au tour d’une taxe sur les transactions financières, la taxe Robin des Bois, visant à taxer les riches pour donner aux pauvres. Elle est fortement soutenue par certains leaders européens (Brown, Sarkozy, Merkel) et par de grands intellectuels comme le Prof. Joseph Stiglitz.

Toutefois le gouvernement des USA continue de s’opposer malgré le soutien et la pression populaire. Nous vous encourageons à signer la pétition sur http://www.robinhoodtax.org/

Health Information Systems

8. Better data needed: everyone agrees, but no one wants to pay

Carla AbouZahr, Laragh Gollogly, Gretchen Stevens ; The Lancet

De meilleures données sont nécessaires: tout le monde est d’accord, mais personne ne veut payer

Dans The Lancet aujourd’hui M. Reich et K. Takemi soulignent le peu d’attention apporté à la collecte d’informations sanitaire pourtant l’un des trois éléments clés qu’ils ont identifiés à côté des ressources humaines et financières pour le fonctionnement des systèmes de santé. Voir Reich 2009.

L’importance de l’état civil pour la production des informations et le suivi de l’état de santé globale ont été constaté autant que le blocage de la collecte de cette information. 1/3 des naissances et 2/3 tiers des décès dans le monde ne sont pas enregistrés. Ainsi les estimations et les extrapolations de l’évolution des populations dépendent de l’extrapolation des coûteuses enquêtes de ménages. La plupart des états membre des Nations Unies ont signé toutes les conventions relatives à l’exploitation des informations enregistrées à l’état civil.

Toutes les agences des NU (UNFPA, OMS, UNICEF, UNDP,…) ont été défaillantes dans leurs rôles de gestion des données de l’état civil tels les naissances, les décès, et les causes de décès.

Néanmoins certains pays dont le Mexique, l’Afrique du Sud et le Thaïlande ont amélioré leurs systèmes d’enregistrement à l’état civil. La Chine et l’Inde ont des systèmes exemplaires d’enregistrement à l’état civil mais ils ne confèrent pas aux individus les droits liés à l’enregistrement de l’état civil. En plus on observe des disparités régionales dans la gestion des informations civiles.

Au sommet du G8 les experts en santé se sont accordés sur la nécessité d’avoir des données de qualité pour la prise de décision. Diverses méthodes sont recommandées pour améliorer la collecte des données.

Il faut accroitre le financement et renforcer les systèmes d’informations des états civils. Les agences des NU doivent jouer leurs rôles respectifs pour soutenir les pays dans cet effort. On estime à une dime par tête, le prix réaliste pour un bien public global qui va améliorer l’impact et la capacité de mesurer l’effet de l’investissement mondial dans la santé.

AIDS

9. Offline: AIDS is not zero sum

Richard Horton ; The Lancet

Hors ligne: le SIDA n’est pas une addition dont le résultat est nul

Dans un article sur la nomination du remplaçant Andy Haines, de L’Institut d’Hygiène et de Médicine Tropicale de Londres (LSHTM), Richard Horton pointe une division entre les experts de santé publique spécialisés dans la lutte contre le SIDA. 

Selon lui, les scientifiques du VIH sont divisés sur l’avenir du SIDA. Les optimistes affirment la pertinence de l’investissement dans la lutte. Les pessimistes pensent que les fonds ne seront jamais suffisants et d’autres domaines comme la santé maternelle, néonatale et infantile restent peu abordés. Ce n’est ni l’un ni l’autre. La somme n’est pas égale à zéro affirme t’il. La lutte contre le SIDA et la santé globale pourraient être des alliés dans une potentielle stratégie gagnant-gagnant.


Go to archiveGo to homepage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.