Chers Collègues,

Cela fait maintenant un an que nous vous distillons notre sélection d’articles en santé internationale et tentons de mettre un peu de perspective dans ce torrent d’information. Nous tenterons de maintenir ce service tant que faire se peut. N’hésitez pas à inviter d’autres collègues à nous rejoindre, plus nous avons de lecteurs, plus nous pourrons justifier la poursuite du projet. Vous êtes nos meilleurs ambassadeurs.

Et tant que nous y sommes à faire notre pub, notre département a maintenant mis sur pied une lettre d’information qui se concentre sur les systèmes de santé. Partant du même principe que cette lettre mais sur base mensuelle, la lettre propose en anglais seulement une « sélection d’articles sur les systèmes de santé ». Pour voir les archives visiter le site : http://www.strengtheninghealthsystems.be/newsletters.html et pour vous inscrire écrivez à [email protected].

 

Bonne lecture

 

David Hercot

La sélection a été réalisée avec l’appui de Kristof Decoster, Josefien Van Olmen, Wim Van Damme et Peter S. Hill


Global Health Financing

1. Lancet – Financing of health systems to achieve the health Millennium Development Goals in low-income countries

Robert Fryatt, Anne Mills, Anders Nordstrom ; http://www.thelancet.com

Cet article reprend les principaux défis rencontrés par le groupe de travail de haut niveau sur le financement novateur pour les systèmes de santé – communément appelé « The Taskforce » dans la littérature spécialisée anglophone – et ses deux sous groupes.  Il a été écrit par les principaux responsables du rapport du groupe de travail.

Traduction du résumé de l’article (g)

Constatant que des systèmes de santé faibles et sous-financés font obstacle à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement de la santé dans les pays à faible revenu, un groupe de travail de haut niveau a été mis sur pied  en septembre 2008. Ce rapport résume les principaux défis rencontrés par le groupe de travail et ses deux sous groupes de travail. Le premier sous groupe a étudié les contraintes du passage à l’échelle et les coûts. Les défis rencontrés par le groupe comprennent: difficulté pour généraliser des connaissances sur les systèmes de santé rares et spécifiques au contexte; pas de consensus sur l’approche optimale sur les services devant fournir les interventions, conduisant à des différences de coût importantes; pas de consensus sur les gains enregistrés par les différentes prestations de santé; difficulté de quantifier les gains d’efficacité probables et des défis dans l’estimation des besoins financiers additionnels en raison des incertitudes sur les engagements pris pour le financement de la santé. Le deuxième sous groupe de travail a examiné les différents mécanismes novateurs de mobilisation et de canalisation des fonds. Les défis rencontrés par le groupe comprennent: la définition variable des financements novateurs; peu de preuves scientifiques de l’efficacité des financements novateurs; une expérience insuffisante dans l’harmonisation des initiatives mondiales de santé, et le manque d’expérience dans l’utilisation des investissements internationaux pour améliorer la santé maternelle, néonatale et infantile. Les différents mécanismes examinés et, finalement, recommandés avaient des caractéristiques différentes, certaines portant sur des problèmes spécifiques et d’autres sur la mobilisation des ressources en général. Les questions litigieuses portaient notamment sur le rôle potentiel du secteur privé, l’approche fondée sur le droit à la santé, et le passage à l’aide axée sur les résultats. Les défis et les divergences qui sont apparues lors des travaux du groupe de travail attirent l’attention sur les nombreuses questions auxquelles font face les décideurs dans les pays à faible revenu. Les donateurs internationaux et les gouvernements doivent travailler ensemble pour améliorer la base de connaissances pour renforcer les systèmes de santé, l’accroissement des engagements à long terme et l’amélioration de la gestion comptable grâce à une approche nationale transparente et complète.

 

2. Fox news.com  –   Tax and Spend: U.N.’s Rx for New World Medical Order

http://www.foxnews.com/story/0,2933,583670,00.html

Taxé et dépenser, tel est le traitement proposé par les Nations Unies pour le nouvel ordre médical mondial.

FOXNews.com a consulté avec attention les nouvelles recommandations du groupe d’experts mandaté par l’OMS pour le financement de la recherche et du développement. Le mandat principal du groupe de travail étant de trouver le moyen de financer la recherche pour les maladies négligées, ces maladies qui ne concernent pas les riches. Ils reviennent sur la dénonciation par Cecilia Lopez Montano des pressions subies par le groupe de travail pour ne pas remettre en question les principes actuels de brevets (TRIPS) afin de trouver des arrangements plus favorables à la recherche pour les maladies négligées. « Si l’objectif est de fournir des médicaments moins chers pour les pauvres, comment peut-on ne pas revenir sur le TRIPS ? » Le journal cite également les nombreuses sources possibles de financement avancées par les experts tel que les taxes obligatoires et volontaires sur toutes sortes de commodités. Ils critiquent le fait que tout cet argent transiterait par l’OMS pour soutenir des institutions dans les pays en développement mises sur pied par l’OMS elle-même. Ils reviennent sur la recommandation de l’assemblée mondiale de la santé faite en 2008 pour que l’OMS joue un rôle central pour déplacer les priorités de la recherche des intérêts du marché vers les besoins des populations. La solution préconisée par l’OMS semble être d’investir dans la recherche, particulièrement au sein des institutions satellites de l’OMS.

 

Global Health

3. PLOS – The Global Health System: Lessons for a Stronger Institutional Framework

Suerie Moon, Nicole A. Szlezák, Catherine M. Michaud, Dean T. Jamison, Gerald T. Keusch, William C. Clark, Barry R. Bloom ; http://www.plosmedicine.org/

Dans ce dernier article de la série sur le système de santé global, Moon propose des actions prioritaires pour renforcer ces institutions.

4. PLOS – Meeting the Demand for Results and Accountability: A Call for Action on Health Data from Eight Global Health Agencies

Margaret Chan, Michel Kazatchkine, Julian Lob-Levyt, Thoraya Obaid, Julian Schweizer, Michel Sidibe, Ann Veneman, Tadataka Yamada ; http://www.plosmedicine.org/

Répondre à la demande de résultats et de responsabilité : Un appel à l’action sur les données sanitaires lancé par les huit agences internationales de la santé

Voir le résumé ici

5.  (Nigerian) G
uardian – WHO lists gains, obstacles to public health

Chukwuma Muanya; Nigerian Guardian

Dans un discours prononcé à la réunion du conseil exécutif de l’OMS, Margaret Chan a énuméré les progrès réalisés en matière de santé publique dans la dernière décennie et les principaux défis à venir.

6. Economist – The second epistle of St Bill

http://www.economist.com/

Second Epitre de Saint Bill

The Economist discute la deuxième lettre annuelle de Bill Gates sur la philanthropie, qui met l’accent sur l’innovation comme une solution aux problèmes de santé, la pauvreté, la faim et l’éducation. Bill a eu une semaine chargée: il a assisté à une réunion informelle belge à Davos, a annoncé le doublement des dépenses de sa fondation pour les vaccins au cours des dix prochaines années, a trouvé le temps de critiquer Google dans sa confrontation avec les dirigeants chinois, et a lancé son propre blog: http://www.thegatesnotes.com/

Health Financing

7. World Bank report – Paying primary health care centers for performance in Rwanda

Paulin Basinga et al. ; http://go.worldbank.org/2LUZSFHXN0

La Banque Mondiale a publié un nouveau document de travail dans sa série sur la politique de recherche, sur la première série de résultats de l’évaluation d’impact du paiement à la performance pour les centres de santé au Rwanda. (en Anglais seulement, pour des documents et contacts en français visitez le blog paiement à la performance )

Reaching Health MDGs

8. HPP Scaling up in international health: what are the key issues?

Lindsay J Mangham and Kara Hanson ; http://heapol.oxfordjournals.org/

Pour contribuer à la définition de “scaling-up” ou passage à l’échelle, les auteurs ont revu la littérature publiée sur le sujet. Ils étudient les problèmes rencontrés lors de l’expansion des programmes et les progrès réalisés jusqu’à aujourd’hui. Finalement ils évaluent comment réussir ce passage à l’échelle pour les interventions prioritaires. Dans un article lié, Gilson développe deux aspects du passage à l’échelle : L’importance de l’engagement politique et la gestion stratégique du passage à l’échelle. Lisez aussi, sur le sujet, le billet d’humeur en français de Guiard-Schmid publié en 2003 déjà.

Résumé de l’article (g)

Le terme «scaling-up» est maintenant largement utilisé dans la littérature sur la santé internationale, bien qu’il manque une définition commune. Nous passons en revue ce que l’on entend par passage à l’échelle dans le contexte des changements en santé internationale et développement au cours des dix dernières années. Nous soutenons que la notion d’élargissement est principalement utilisée pour décrire l’ambition ou le processus d’accroissement de la couverture des interventions sanitaires, bien que le terme fait également référence à l’augmentation de la capacité financière, en ressources humaines et les investissements nécessaires pour accroitre la couverture.

 

Nous discutons de quatre questions pertinentes dans l’accroissement de la couverture des interventions de santé: les coûts de l’élargissement de la couverture, les contraintes à l’intensification, les problèmes d’équité et de qualité, et les grands problèmes de prestation de services lors de l’intensification.

 

Nous passons ensuite en revue les récents progrès dans l’élargissement de la couverture des interventions sanitaires. Ceci comprend une augmentation considérable du volume de l’aide, accompagnée de nombreuses initiatives de santé et de nouveaux mécanismes de financement. Il y a également eu des améliorations dans les résultats sanitaires et quelques exemples de succès des programmes de grande envergure.

Enfin, nous réfléchissons sur l’importance d’obtenir une meilleure compréhension de la façon de réaliser le passage à l échelle des interventions de santé prioritaires, l’accent mis actuellement sur le renforcement du système de santé et les défis du maintien des acquis dans l’environnement économique mondial actuel.

9. Lancet – Reforming country health systems for women’s health

Badara Samb  ; The Lancet

Badara Samb énumère trois domaines de la réforme des systèmes de santé qui ont un grand potentiel pour accroître l’accès et l’utilisation des services de santé par les femmes : Les femmes devraient pouvoir avoir accès aux soins de santé sans se heurter à des obstacles financiers. Les femmes ont besoin des services de santé axés sur les femmes. Et enfin, les femmes devraient participer davantage aux processus décisionnels liés aux systèmes de santé et de prestations de santé.

 

10.    KFF – Canada To ‘Champion’ Major G8 Initiative To Tackle Maternal, Child Mortality

http://globalhealth.kff.org/

Le Canada veut que la santé maternelle et infantile soit une priorité absolue au prochain G8.

La méthode canadienne pour réduire la mortalité, telle que présentée dans l’article et en accords avec les investissements précédents du Canada dans le projet SASDE grâce à l’Initiative Catalytique, s’appuie sur les agents de santé communautaires. Nous nous demandons cependant dans quelle mesure la mortalité maternelle peut être réduite avec cette approche « d’interventions à faible coût.»

11.    BMJ (Comment) – How can child and maternal mortality be cut?

http://www.bmj.com/

Les OMD pour réduire la mortalité maternelle et enfantine ne sont pas en vue.

Tatum Anderson relève une série de contraintes à relever citées par les acteurs pour retrouver le chemin. Elle souligne les obstacles proposés pour expliquer ces retards. Elle cite le manque de volonté politique et la qualité insuffisante de la gouvernance dans les pays, une priorité plus importante accordée à d’autres problèmes de santé et les hésitations et controverses parmi les experts sur la meilleure façon de procéder. De plus toute tentative de compréhension est brouillée par des poches de succès dans des pays ou on les attend le moins (Népal, Malawi, Haïti jusqu’il y a peu). Selon certains, la raison se trouve dans le manque d’attention apportée par le politique dans les pays en développement et au sein de la communauté internationale. En Zambie, le système de santé ne dispose que de 10% du budget pour autre chose que les problèmes verticaux.

La pauvreté n’est pas le seul facteur, l’Inde par exemple ne parvient à progresser suffisamment pour atteindre l’OMD 4 notamment suite à la persistance de la mortalité par rougeole sur son territoire. Le problème est complexe, particulièrement pour faire reculer la mortalité maternelle, il y a besoin d’un système de santé fonctionnel ce qui rend plus difficile la tâche de
démontrer des résultats tel que les bailleurs le demandent actuellement.  La première contrainte est souvent un personnel en nombre, motivation et qualifications insuffisantes. Trois pourcent des agents de santé mondiaux prennent en charge 50% de la mortalité maternelle mondiale. Si pendant tout un temps les experts se sont disputés sur la façon de progresser, le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant permet aux experts de parler d’une seule voix et d’accroitre leur pouvoir de persuasion. Ils plaident pour un continuum de soins du planning familial aux soins d’urgences pour l’accouchement jusqu’à la prise en charge des pathologies de la petite enfance.

L’accès aux soins requiert également que les coûts pour les utilisateurs des soins soient réduits à un niveau qui ne freine pas son utilisation notamment par la gratuité des prestations mais également par des mesures pour réduire les coûts associés tel le transport ou le coût d’opportunité qui sont parfois supérieurs. La bonne gestion à tous les niveaux est également nécessaire. La chaine logistique, le système d’information sanitaire ou encore la corruption sont autant de points d’attention qui peuvent empêcher la survie des mères et des enfants.  

Public Policy

12.    Lancet – A framework for mandatory impact evaluation to ensure well informed public policy decisions

Andrew D Oxman, Arild Bjørndal, Francisco Becerra-Posada, Mark Gibson, Miguel Angel Gonzalez Block, Andy Haines, Maimunah Hamid, Carmen Hooker Odom, Haichao Lei, Ben Levin, Mark W Lipsey, Julia H Littell, Hassan Mshinda, Pierre Ongolo-Zogo, Tikki Pang, Nelson Sewankambo, Francisco Songane, Haluk Soydan, Carole Torgerson, David Weisburd, Judith Whitworth, Suwit Wibulpolprasert ; The Lancet

Dans cet article, les auteurs plaident pour une évaluation systématique de l’impact des politiques qui touchent à la (sur)vie des personnes. «Nous devons mieux utiliser ce que nous savons déjà et mieux évaluer les effets de ce que nous faisons». Ils suggèrent que tout comme au Mexique, la législation rende obligatoire la pratique des évaluations de l’impact des politiques publiques.

Aid Effectiveness

13.    WRR report – Minder pretentie, meer ambitie. Ontwikkelingshulp die verschil maakt

The Broker

Le conseil scientifique Néerlandais pour les politiques gouvernementales (WRR) a présenter son rapport intitulé ‘Moins de prétention, plus d’ambition: pour un aide au développement qui fait une différence’ au ministre Néerlandais de la coopération au développement. L’étude décrit la situation actuelle de la politique d’aide des Pays-Bas et plaide pour des changements importants dans l’organisation de l’aide ainsi qu’une plus grande attention pour les biens publics mondiaux. Le rapport a d’ores et déjà fait couler beaucoup d’encre, notamment vis-à-vis du point de vue que précédemment l’aide pour les secteurs sociaux aurait bénéficié de trop d’importance. The Broker publie une traduction en Anglais du résumé exécutif.


Go to archiveGo to homepage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.