Traduction par George Ngufor Fotho de

Glaxo offers free access to potential malaria cures

http://www.guardian.co.uk/

Selon Andrew Witty, directeur exécutif de GlaxoSmithKline, les firmes de production des médicaments doivent mériter la confiance de la société non par la satisfaction des attentes mais en allant au delà.

Le directeur exécutif de la deuxième plus grande compagnie pharmaceutique du monde annoncera ce jour sa mise à disposition du domaine public des milliers des médicaments potentiels pour le traitement du paludisme.

« Il est impératif aux compagnies multinationales de médicaments d’équilibrer la responsabilité sociale parallèlement au besoin de satisfaire leur actionnaires » dira Andrew Witty lors d’un discours majeur.

GSK publiera de sa bibliothèque, et pour la première fois dans le monde, les détails sur 13.500 produits chimiques susceptibles d’agir contre le plasmodium, agent causal de la malaria en Afrique subsaharienne et responsable des décès d’au moins un million d’enfants chaque année.

Witty annoncera aussi la mise à disposition de $8 million pour rémunérer les chercheurs afin qu’ils explorent ces produits chimiques et d’autres dans un « laboratoire ouvert » au sein son Centre de Recherche à Tres Cantos, Espagne qui est consacré à travailler sur la malaria et d’autres maladies des pays en développement.

GSK amènera plusieurs chercheurs à s’impliquer dans la recherche en matière de traitement du paludisme et avancera son agenda prononcé il ya un an à l’Université de Harvard pour mettre tous les produits potentiels de traitement des maladies tropicales négligées dans une « mare de brevet ». Witty a promis de réduire les prix de tous les produits GSK dans les pays les plus pauvres et de réinvestir 20% du bénéfice dans les projets visant les indigents.

Toutefois Oxfam, médecins sans frontières et d’autres ONG restent hésitant sur l’option prise par GSK. Ils auraient voulu que GSK embrase favorablement une mare de brevet pour les ARV.

Le point de vu de Witty est que le Sida n’est pas une maladie négligée.

Go to archiveGo to homepage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.