Chers Collègues,

La Belgique peut être fière de fournir à l’Europe son premier Président. L’Europe, premier donateur d’aide au développement est à la traine par rapport à ses engagements pour le développement (voir infra pour la Grande Bretagne ou ici pour la France). Nous verrons si Rambo comme sa femme le surnomme saura relever le défi.

Bonne lecture

David Hercot

La sélection a été réalisée avec l’appui de Kristof Decoster, Josefien Van Olmen & Wim Van Damme


Global Health

1. Lancet – Ann Veneman: a second term at UNICEF?

Richard Horton ; http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(09)61997-8/fulltext

 

Richard Horton a réalisé un sondage auprès de nombreux acteurs de la survie de l’enfant pour savoir si Ann Veneman devait être reconduite à la tête de l’UNICEF. Il nous livre ici ses résultats. Les opinions sont assez partagées. D’après une partie des observateurs, Ann Veneman a relevé le défi de mettre la survie de l’enfant au premier plan des priorités de l’UNICEF, en y incluant certaines interventions tel que l’hygiène, les moustiquaires ou le continuum de soins. Certaines critiques s’élèvent cependant sur son expérience politique et diplomatique même si elle a progressé au cours des 5 ans de son mandat. Certains observateurs critiquent également le manque d’attention accordée à la nutrition et le peu d’attention apportée aux liens intersectoriels. Si Ann Veneman est perçue comme un leader fort, elle n’a pas réussit à renforcer les capacités de l’UNICEF notamment en matière de suivi-évaluation, de nutrition ou de système de santé. Au niveau des pays, certains critiquent l’attitude de « grosse ONG » et de joueur en solo souvent adoptée par l’UNICEF. Doit-elle être reconduite ? D’une part la survie des enfants pourrait peut-être bénéficier d’un leader plus charismatique. D’autre part, le recrutement d’une personne de ce rang ne devrait plus être subordonné à la volonté d’un état mais être soumis à un recrutement transparent basé sur la compétence.

2. GH – Exceptional epidemics: AIDS still deserves a global response

Alan Whiteside and Julia Smith; http://www.globalizationandhealth.com/content/5/1/15/abstract

Whiteside & Smith discutent comment l’exception accordée au SIDA doit être maintenue dans certaines conditions.

 

Il y a une recrudescence du débat pour savoir si le SIDA mérite une réponse exceptionnelle. Nous soutenons que le SIDA a des impacts qui varient selon l'ampleur de l'épidémie, et les groupes de population touchés, et que de même, la réponse doit être adaptée en conséquence. Le SIDA est exceptionnel, mais pas partout. L’exceptionnalisme s’est développé comme une réaction occidentale à une épidémie autrefois mal comprise, mais reste approprié au niveau de la réponse mondiale multidimensionnelle actuelle. Les attaques contre l'exception accordée au SIDA ont surgit en raison du montant des financements ciblés accordés à la maladie et de la conviction de certains que les activistes du SIDA place cette maladie au dessus des autres problèmes de santé. Les détracteurs les plus virulents de l’exceptionnalisme revendiquent que la riposte au SIDA a sapé les systèmes de santé dans les pays en développement.

Nous sommes d'accord que dans les pays à faible prévalence, le SIDA doit être normalisé et traité comme une question de santé publique – mais la réponse doit traiter avec force de la question des droits de l'Homme et lutter contre la stigmatisation et la discrimination dont sont victimes les groupes marginalisés. De même, le SIDA devrait être normalisé dans les pays où la prévalence est à mi-niveau, sauf si la disponibilité du traitement dépend des ressources [financières] de l'extérieur – comme c'est le cas dans la plupart des pays africains – puisque la dépendance à vie au traitement représente un défi de durabilité unique. Le SIDA exige toujours une réponse exceptionnelle dans les pays à prévalence élevée (plus de 10 pour cent). Dans ces situations il y a une morbidité importante, remplissant les hôpitaux et alourdissant la charge des soins ;  et une mortalité accrue, ce qui réduit l'espérance de vie le plus visiblement. L'idée que l'exceptionnalisme est erroné est une simplification excessive. La riposte au SIDA ne peut pas être construite de façon isolée: elle s'inscrit dans le cadre de la stratégie de développement. Elle doit être fondée sur les principes des droits de l’Homme, et elle doit viser à améliorer la santé et le bien-être de la société dans son ensemble. Traduction assistée par google translate

 

3. KFF survey – Kaiser Family Foundation Looks At Views On The U.S. Role In Global Health

http://www.kff.org/globalhealth/upload/8013.pdf

Ce rapport présente les résultats d’une enquête auprès de l’opinion publique américaine vis-à-vis du financement de la santé globale. Etonnamment (ou pas) la majorité des américains pensent qu’il faut maintenir ou accroitre les dépenses dans ce domaine, malgré la récession.

4. GHM – Ambassador Goosby talks to John Donnelly about health systems, building capacity and the Global Health Initiative

http://www.globalhealthmagazine.com/guest_blog/ambassador_goosby_a_q_a/

Goosby, le directeur du PEPFAR, partage son point de vue sur la manière dont le programme dont il a la charge va changer de stratégie pour mieux soutenir les systèmes de santé. (5 Nov).

 

Il souligne notamment : un soutien plus marqué au secteur publique par rapport aux ONG pour permettre une plus grande durabilité des investissements et à moindre coût, un alignement plus marqué sur les priorités des pays, une rationalisation de l’offre particulièrement dans les villes. Il suggère également la possibilité de soutenir les salaires du personnel où le recours aux ARV génériques. Il ne pense pas que dans le contexte actuel, les patients avec un taux de CD4 inférieur à 350 seront mis sous traitement. Il n’y a pas encore assez de moyen pour soigner ceux qui sont sous les 200 : Commençons par trouver l’argent. Sur le plan du financement, il souhaite ouvrir un débat sur la responsabilité commune et le rôle que devrait jouer l’ensemble de la communauté internationale dans ce domaine.

 

Health Financing

5. CGD – How the Global Fund is Dealing with More Demand Than Supply

David Wendt ; Center for Global Development  

Au cours de son dernier conseil d’administration, le Fonds Mondial a approuvé le round 9 et la première vague de nouvelles stratégies de “soumission des stratégies nationales”. L’un des points les plus attendus est la façon dont le Fonds va financer le round 9. L’auteur tente de développer la stratégie qui sera adoptée par le Fonds pour épargner un peu d’argent. En effet, les montants approuvés par le conseil d’administration dépassent l’argent disponible. Première stratégie économie d’efficience : Comme pour le round 8, les bénéficiaires doivent dégraisser leur budget de 10%. Combien de temps faudra t’il pour que les pays incluent d’emblée ce coussin dans leur propositions ? Si ce n’est déjà fait. Deuxième stratégie : économie sur l’incertitude : Le Fonds ne va débourser que 90% des montants alloués au cours des deux premières années et espère avoir trouvé l’argent d’ici là. Mais ceci entache la prédictibilité du Fonds. Les projets dont l’approbation est retardée couvrant les pays les moins pauvres ou les moins touchés par la maladie pourraient ne pas être approuvés. Au total, cela représente 264 m + 238 m +538 m = 1,04 milliard de dollars que le fonds ne devra pas débourser au cours des deux prochaines années sur les 2,64 milliards promis.

 

Ces choix sous tendent des jugements de valeur notamment que les pays pourraient faire le même travail avec moins d’argent. Certains observateurs de l’UNAIDS et de Roll Back Malaria pensent que l’argent disponible reste insuffisant.  La réalité est qu’il y a moins d’argent mais que la masse de travail, elle, n’a pas changé.

 

Vous pouvez également voir la lettre en Anglais du GFO qui suit spécifiquement le Fonds Mondial.

6. AFGH & AJC – Financial transactions tax

AFGH & Joanne Carter in US Journal "AJC"

La taxe sur les échang
es de monnaie ou la taxe sur les transactions financières comme on l’appelle également est toujours sur l’agenda politique malgré la réticence du secrétaire au Trésor des Etats-Unis d’aborder la question au cours du sommet du G20 en Ecosse. Plusieurs acteurs de poids du système financier mondial ont récemment critiqué la faisabilité d’une telle taxe, notamment le président du FMI Dominique Strauss Kahn. Un membre d’origine américaine du conseil d’administration du Fonds Mondial a écrit un article ou elle regrette que l’utilisation de cette taxe pour le développement n’ait pratiquement pas été abordé lors du dernier G20.
AFGH
sont plus optimistes et pensent qu’il faut poursuivre le combat. Une taxe pour réassurer les banques est bien à l’étude et l’opportunité de l’élargir au développement n’est pas encore exclue. Le groupe sur le financement novateur du développement sous la présidence de la France étudie cette possibilité.

7. Guardian – Broken promises on aid

http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2009/nov/18/broken-promises-aid-blair-brown

Cet article paru dans le Guardian dénonce la langue de bois de Gordon Brown et Tony Blair qui ont poussé les pays du G8 à s’engager pour accroitre leur aide au développement et atteindre 0,56% du PNB en 2010. Nous sommes à la porte de 2010 et seul 5 pays européens vont respecter cet engagement selon un rapport qui sera publié incessamment. La Grande Bretagne n’en fait pas partie. De même, l’alimentation a été reconnus par tous les pays européens comme un droit de l’Homme inaliénable, le sommet de Rome n’aura pas pour autant permis de trouver les 40 milliards de dollars nécessaires pour soutenir l’agriculture et soulager le milliard de gens qui sont sous-alimentés sur cette terre.  L’Union n’a pas non plus dit à quel point ils allaient contribuer au 50 milliards d’Euro nécessaires pour mitiger l’impact du réchauffement climatique dans les pays les plus pauvres. Espérons que lorsqu’il viendra, leur engagement sera concrétisé et additionnel.

AIDS

8. Dallas Morning News (opinion / essay version as well ) – Travis Kavulla: Africa needs more than condoms

Travis Kavulla ; http://bit.ly/jjxEb

Une approche différente de la prévention du SIDA, à contre pied du modèle occidental de promotion du préservatif.

Travis Kavulla examine les croyances africaines de «cause à effet» et leur rapport avec le VIH / SIDA. Selon Kavulla, la seule solution durable au SIDA en Afrique passera par un changement de comportement. «Dans une société qui lie les maux à des actes moraux individuels et collectifs répréhensibles, une approche qui moralise le comportement sexuel et encourage les Africains à prendre le contrôle de leur corps semble le chemin le plus prometteur ».

9. HealthAff – Innovation In Namibia: Preserving Private Health Insurance And HIV/AIDS Treatment

Onno P. Schellekens, Ingrid de Beer, Marianne E. Lindner, Michele

van Vugt, Peter Schellekens, and Tobias Floris Rinke de Wit ; http://content.healthaffairs.org/cgi/content/full/28/6/1799

Cet article traite de l’expérience Namibienne, un pays à revenus intermédiaire, d’inclure les assurances privées dans la riposte au SIDA pour assurer la protection financière et améliorer la qualité des soins pour tous. [NDT : La Namibie dispose d’un système d’assurances privées fonctionnel et très étendu contrairement à tous les autres pays africains ; ce projet semble répondre au lobby de l’assurance qui se sentait lésé par l’approche gratuite pour le SIDA proposée dans les services publiques]

Climate Change, Family Planning & Food Security

10.    GHA – Health as a crucial driver for climate policy

Rainer Sauerborn, Tord Kjellstrom and Maria Nilsson; http://www.globalhealthaction.net/index.php/gha/article/viewArticle/2104/2548

Sauerborn et al. font valoir que les impacts sanitaires du changement climatique et la nécessité de les empêcher devrait être au centre du débat en cours sur les politiques climatiques.

11.    KFF – FAO Head 'Not Satisfied' With Omission Of Hunger Eradication Deadline From Summit Declaration    

http://globalhealth.kff.org/Daily-Reports/2009/November/19/GH-111909-Food-Summit.aspx

Le sommet des Nations Unies sur la sécurité alimentaire a été perçu comme décevant par les ONG et par le directeur de la FAO Jacques Diouf. Ce dernier a appelé la communauté internationale à passer des mots à l’action. La sécurité alimentaire semble être revenue sur la table des priorités internationales depuis l’inflation des prix de l’alimentation en 2008 mais l’argent ne semble pas suivre. Le sommet a entériné un changement de stratégie visant à promouvoir l’autosuffisance alimentaire des pays en développement.

12.    KFF – Family Planning Drive Launched During Conference In Uganda

http://globalhealth.kff.org/Daily-Reports/2009/November/19/GH-111909-Family-Planning.aspx

Un nouveau projet, soutenu par les Etats-Unis, vient d’être lancé à Nairobi pour améliore l’accès aux contraceptifs pour les femmes dans six pays Africains [Ouganda, Ethiopie, Nigeria, Sénégal, Tanzanie et Kenya] ainsi qu’en Indonésie et an Pakistan.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Please fill in the below * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.